AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:23

Il fallut plusieurs heures de marche pour que la centaine de commandos atteignent la base ennemie, un ancien temple abandonné. A une centaine de mètres de la base, les commandos se mirent à couvert dans la dernière dune avant l’entrée du temple et sortirent leurs binoculaires.
« Il n’y a pas grand-chose qui bouge là-bas, maugréa le général Big-Oh. »
« Regardez sur le quadrant Est à 15 heure, répliqua Amato. Il y a une batterie de senseurs camouflés. »
Le général centauris ajusta ses binoculaires aux coordonnées indiquées. Il ne put que constater la véracité des informations données par Amato.
« Patron, regardez au Sud, à 11 heure, clama un des soldats. »
Cyrilhorus braqua son regard dans la direction indiquée. Il constata la présence d’une patrouille d’une dizaine de soldats, sûrement des clones vu leur démarche.
« Scan, rapport, aboya le général Big-Oh. »
« Douze unités en patrouilles. Identification positive : unités clones portant l’emblème des troupes de Grammont. Scan de communication positive : contact radio permanent avec leur base.»
« On fait quoi, demanda le général. Si on les attaque on sera repéré, mais s’ils continuent leur patrouille, ils vont nous tomber dessus. »
« On les élimine vite fait bien fait, et simultanément on attaque la base, suggéra Amato. »
« Et on se repère comment dans leur base, maugréa Big-Oh. »
« « Le double Centaure » n’est pas aussi puissant que vos joujous, mais au moins il a de bon scanners, tiqua Amato. Je vous envoie les scans de la base. »
Alors que Cyrilhorus et le général examinaient le plan et donnaient des ordres, Amato passa à l’attaque. Il enclencha les cellules énergétiques de ces blasters à fusion de contrebandes. La première série de tir toucha le soldat de tête qui s’écroula sur le sol dans une trace sanglante. Les commandos de Cyrilhorus réagirent promptement malgré l’absence d’ordre. Malheureusement les clones aussi et ils se jetèrent à couvert, limitant leurs pertes à deux autres hommes.
« Bordel Amato c’est quoi que tu as foutu, hurla Cyrilhorus. »
La réponse d’Amato se noya dans le tumulte de la bataille. Pourtant les commandos se mirent en mouvement. Une moitié de ceux-ci se mirent à pilonner l’entrée de la base tentant de faire une ouverture dans la base alors que l’autre moitié se dirigèrent vers les portes de la base. Pourtant les troupes de Grammont réagirent rapidement, mettant en route de puissantes batteries en route, fauchant plusieurs commandos.
« Et merde, ces foutus canons nous alignent, gémit le général. »
« Je m’en occupe, dit Cyrilhorus. »
« Il y a au moins une centaines de mètre à découvert sous les tirs ennemis à parcourir, objecta le général. »
« Je te couvre, dit Amato. »
Cyrilhorus s’élança au milieu des explosions et des tirs de roquettes. Il sentit derrière lui la présence d’Amato qui tirait coup sur coup, éliminant impitoyablement tous les soldats ennemis. Les deux guerriers zigzaguaient et avançaient vers la base ennemi malgré les tirs soutenus de leurs adversaires.
« Roquette anti-scanner, hurla une voix dans le comlink des deux guerriers. »
Les deux hommes se jetèrent au sol, laissant les roquettes siffler au-dessus d’eux. Une explosions s’ensuivit et un nuage grésillant se répandit devant les portes de la base ennemi.
« Roquette lourde sur les portes dans trente secondes ordonna Amato. »
« Mais vous n’avez pas éliminer ni les canons ni les générateurs de protection, protesta un soldat. »
« On l’aura fait, coupa Cyrilhorus. »
Le massif centauris se leva et sprinta sur les vingt derniers mètres, sortant et activant ces doubles haches. D’un ample balayage il élimina un parapet où se cachait plusieurs soldats, qui succombèrent aux tirs effroyablement précis d’Amato. D’un simple revers de sa main gauche, Cyrilhorus trancha en deux le fut du premier canon. Il activa ces lasers lourds et détruisit les embases des trois autres canons. Alors qu’il sauta en direction du trou de roquette le plus proche, il vit le dernier générateur de protection rendre l’âme, détruit par les dagues électromagnétiques lancées par Amato.
« Oblitération des portes, hurla un soldat. »
Une dizaines de roquettes passèrent en hurlant au-dessus des deux soldats, arrachant les portes de la base. Les 80 commandos survivants se ruèrent vers les portes éventrées, submergeant les troupes en poste.
« On dirait que leur base va bientôt tomber, observa Cyrilhorus. »
« Je vais m’en assuré, dit Amato en tapant un code sur son comlink. »
Au loin « Le Double Centaure » apparut en soulevant des nuées de poussières. Des troupes d’élites sortirent du vaisseaux, prenant possession de la base.
« S’ils ont laissés quelque chose d’exploitable là dedans, on le trouvera, dit Amato. »
« Mais pourquoi voulais-tu que je sois là, s’étonna Cyrilhorus. »
« Je voulais être sur que tu sois le bon choix pour l’avenir de cet Empire, répondit Amato. »
« Mais pourquoi veux-tu ça, s’étonna Cyrilhorus. Tu as toujours été en marge du système. »
« Pour avoir une marge, il faut un système, dit Amato. Et à mon avis le futur ne manquera pas de défi pour ce système. »
Le centauris partit en direction des tréfonds obscures de la base ennemi. Il ne fallut guère de temps aux commandos d’élites de Cyrilhorus et d’Amato pour prendre le contrôle de la base, la plupart des soldats n’étant pas du niveau des soldats clones qu’ils avaient combattu au-dehors.
« On dirait que notre oiseau n’est pas là, remarqua Amato en entrant dans la salle de commandement dont la porte avait été défoncé par les explosifs des commandos. »
« En effet, dit un soldat qui était connecté au réseau informatique de la base. On dirait que la plupart des bases que l’on a repéré avec les Marteleurs ne sont que des coquilles vides. »
« Comment cela, demanda Cyrilhorus en pénétrant à son tour dans la salle. »
« Les rapports de transfert de matériel montre qu’il n’y a quasiment pas de troupes dans la plupart des installations sous leurs contrôle, répondit le soldat. »
« Ca pourrait être des droides, remarqua le général Big-Oh. De ce fait il n’y aurait besoin de beaucoup de transferts de matériel. »
« Même les droides doivent être entretenus, remarqua Amato. Mais Carck tu as dit que la plupart des bases étaient des coquilles vides, alors ma question est simple : quelle est celles qui sont de véritables forteresses ? »
« Pourquoi y aurait-il de véritables forteresses, demanda le général. Ils ont peut-être moins de ressources que ce que vous croyiez. »
« Non, nos estimations sont sures, coupa Cyrilhorus. Alors Carck, où sont-ils ? »
« Si j’aurais un site à dire, ce serait le 861722, répondit l’informaticien. »
« Le quoi, s’étrangla le général Big-Oh. Vous n’auriez pas pu dire directement où c’est. »
« Toutes nos informations sont codées par mesure de sécurité, expliqua l’informaticien. Mais je me demande qui ils ont envoyé !!! »
« Je crois bien qu’il s’agit d’Emera et du major Ombre, finit par dire Amato après de longues secondes de réflexions. »
« Espérons qu’ils soient à la hauteur de leurs réputations, railla le général Big-Oh. »
« Même s’ils sont à la hauteur de leurs réputations, cela ne suffira pas, trancha l’informaticien en montrant un plan de l’immense base. »


Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:26

Chapitre 60 : Les Amazones
Cycle de la chute de l’aigle

A bord de « L’Honneur du Guerrier », Emera vérifia son équipement d’infiltration au milieu de l’activité bourdonnante du pont des chasseurs. Autour d’elle, les techniciens de pont s’occupaient de préparer les différents escadrons de chasseurs en vue du prochain engagement avec les forces de Grammont. Pourtant cette bataille là ne troublait pas Emera. Alors qu’elle faisait le tour de son chasseur alpha, vérifiant les arceaux de soutien des deux canons lourds, ainsi que les ailerons de stabilisations, elle vit Dofu, le second de la commodore Saab se porter à sa rencontre.
« Major, nous venons de recevoir le rapport du Major Ombre, lâcha dans un souffle l’officier de pont, qui semblait sur le pont des chasseurs débordant d’activités aussi incongrue que de la pluie sur Tatoine. »
« Et je suppose qu’on a un briefing immédiat, répondit Emera. »
« En effet, acquiesça l’officier. Il semblerait que votre mission soit avancée. »
« Bien, répondit la jeune femme. Je réunis mes pilotes. »

Il fallut un quart d’heure à Emera pour qu’elle réunisse les membres de son escadron. Lorsqu’elles arrivèrent dans la salle de briefing, la commodore y était déjà, visionnant les rapports de reconnaissance envoyé par le Major Ombre.
« Escadron Amazone au rapport, clama Emera. »
« C’est pas trop tôt, maugréa Saab. J’ai fais l’effort de me lever, malgré l’heure très matinale qu’indique l’horloge interne du vaisseau. »
« Ca fait partit des désavantages du succès, murmura Aurore derrière Emera. »
« Tu sais parfaitement que je ne suis pas du matin Aurore, coupa durement la commodore. Bon passons, ce n’est pas le sujet de cette réunion. »
Les membres de l’escadron Amazone prirent place autour de la table de la salle de briefing, alors que la commodore revenait sur les premières images du rapport.
« Voici votre objectif, commenta-t-elle une fois que toutes les membres de l’escadron furent assise. D’après les rapports du Major Ombre, il s’agit d’une base un peu plus conséquente que celles que nous avons démanteler ces derniers temps. Comme notre cher ami fait son boulot consciencieusement il nous a envoyé toute sorte d’informations pour la faire tomber. Mon équipe d’analyste c’est penché sur la question et a décidé de la marche à suivre. Il s’agira pour vous de mener deux attaques simultanées, une terrestre pour détruire les armes sol-air de la base et ces boucliers, et une attaque aérienne pour détruire les différentes unités postés en soutien. »
Une série de projection se matérialisèrent, montrant les défenses de la base, ainsi que des baraquements et des zones où étaient parquées des engins de guerre lourd.
« La première partie de la mission sera assumé par les commandos du Major Ombre, continua Saab. Votre mission consistera en une infiltration sur la planète, puis vous attendrez le signal du Major. Une fois l’opération lancée, votre mission constituera à la neutralisation de l’armement et des équipements de la base ainsi qu’à couvrir les commandos. Accessoirement vous devrez les soutenir. Des questions ? »
« Comment communiquerons nous avec le Major Ombre, demanda Emera. »
« Votre mission sera en stand-by jusqu’au signal d’attaque, répondit la commodore. Ensuite, une fois qu’il vous aura contacté, la communication se fera par les voies habituelles. Autre chose ? »
« Quel est la véracité des renseignements, demanda Aurore. »
« Aussi bonne que possible, mais vous vous doutez que si on pensait que tout est sous contrôle ce n’est pas vous que l’on enverrez, dit la commodore. Autre chose ? Non, alors c’est parfait. Vous partez dans deux heures, les coordonnées de saut sont déjà dans vos équipements. Bonne chance à vous. »

Les lourds patins du transporteur de classe Thêta vibrèrent en touchant le sol. Emera vérifia les informations venant des conteneurs où les Amazones avaient cachés leurs chasseurs. Le transporteur était sûrement l’un des plus gros vaisseaux qui étaient posés sur le spatioport de la minable colonie que l’on nommée Sekam.
« Ici contrôle spatioport Seka à transporteur « Enutrope », nos agents vont venir vous inspecter, cracha une voix au milieu de parasites. »
Emera regarda Milou, qui enfilait son uniforme qui lui donnait le grade de capitaine de l’immense transporteur. Elle eut bien du mal à reconnaître sa coéquipière, qui maintenant mesurait dix centimètres de plus, et dont le visage avait été modifié par l’ajout de tampon de synthéchair cassant ces traits habituels.
« Aller, en route pour le grand jeu, déclara Milou, en prenant une posture autoritaire. Je vais montré à ces fonctionnaires que l’ont ne dérange pas un capitaine pour de simple formalités de douane. »
« Vas-y doucement avec ton rôle, s’inquiéta Aurore. Le but ce n’est pas que tu sois arrêté pour outrage agent. »
Aurore chercha de l’aide auprès d’Emera qui hocha la tête en signe d’acquiescement.
« Des nouvelles de nos contacts, demanda la jeune major. »
« Ouaip, ils nous ont contacté et nous signale que tout marche comme prévu, signala Lash, une rodienne membre de l’escadron qui était installé à la console de communication. »
Un trio d’officiers des douanes apparurent alors et se mirent à questionner Milou sur son chargement ainsi que leurs clients. La jeune femme répondit avec toute la mauvaise grâce d’un capitaine indépendant et expérimenté, alors que le reste de l’escadron se postait en couverture au cas ou. Après une dizaine de minutes de discussions plutôt animées où menaces et conciliation alternaient à grande vitesse, les agents des douanes finirent par autoriser le déchargement des marchandises.
« Pfu, ils ont été plutôt collant sur ce coup là, remarqua Milou en s’effondrant dans le siège de commandement. »
« Dit toi que c’est la partie la plus simple de la mission, railla El-n. »
« Et puis vu l’état de cette colonie, ils n’auraient pas eu les moyens de contrôler l’ensemble du vaisseau, remarqua froidement Aurore. »
« Encore heureux, maugréa Emera. S’ils découvrent ce qu’il se cache dans ces entrailles, on aurait pu rempilé directement. Aller, en route la mission est loin d’être finie. »

La nuit était tombée sur la capitale de la colonie. En bordure de l’astroport, quelques véhicules à répulseurs allaient et venaient, chargeant et déchargeant des cargos en partance. La nuit était chaude, même pour une nuit de la saison estivale, quasiment étouffante même pour les autochtones. Les rues étaient quasi désertes, et personne ne vit les ombres qui se déplaçaient en direction de la zone industrielle et commerciales qui s’étendait autour du spatioport.
« Ici Ombre Leader, rien à signaler. »
« Ici Ombre deux, rien à signaler. »
Lorsque les onze commandos eurent fait leur rapport, Pti Gégé souffla pendant un instant. Les trois équipes de quatre hommes étaient arrivées en vue de leurs objectifs sans problèmes. Il espérait intérieurement que cela allait durer, même si cette phase de l’opération était relativement sans risques. Il double cliqua dans son comlink, lançant les opérations. A quelques mètres de là, il vit son second armer son puissant lance-roquette PLX et mettre en joue le transporteur de classe thêta baptisé « Enutrope ». La roquette franchit en quelques secondes les quelques centaines de mètres la séparant de son objectif. L’explosion souffla plusieurs sections du transporteur, déclenchant une série quasi ininterrompue d’explosion. En moins de trente secondes le transporteur s’abîma dans les explosions, s’effondrant sur le tarmac en une multitude de débris incandescent. Le major Ombre scruta avec ses binoculaires la scène. Il aperçut deux de ces hommes en train de semer des débris organiques, attestant de la disparition des douze membres d’équipages du transporteur dans l’explosion accidentelle d’un des conteneurs de produits chimiques qu’il transportait.
« Major, ici Trois. L’opération est terminée. Autorisation de se replier.
Le centauris fit cliquer une fois son comlink de casque, confirmant la retraite. Il s’enfonça dans les ombres de la cité, alors que les sirènes d’alarmes hurlaient et les speeders de secours se déployaient en toute hâte.

Du toit du hangar où les Amazones avaient cachés et mit en place leurs chasseurs, Emera observa les boules de feu qui s’élevaient du spatioport. Une massive colonne de fumée s’éleva alors, masquant une partie des lumières de la cité.
« Je pense que l’effet est convaincant, observa Aurore. »
« C’est sur qu’avec tout ce qu’il y avait en produits chimiques et en explosifs dans ce tas de ferraille, les pompiers et la sécurité planétaire vont avoir de quoi s’amusé, remarqua Milou. »
« C’est clair que les cours de chimie c’est pratique, pour faire de jolies explosions, remarqua El-n. Surtout quand on oublie qu’il faut ne pas mettre l’eau dans de l’acide mais l’inverse pouffa-t-elle. »
« Surtout à coté de trois tonnes de poudres pour feux d’artifices, remarqua Milou avec un air joyeux. Oh regarde la belle bleu !!! »
Emera secoua la tête alors que ces deux coéquipières se perdaient dans un torrent de blagues et de souvenirs sur leurs cours de chimie avec Tom.
« Dit moi une chose, coupa Aurore en observant Emera. Pourquoi es-tu monté ici pour observer l’explosion. On la voit aussi bien d’en bas. »
Alors qu’Emera s’apprêtait à répondre, une lueur se matérialisa dans une rue proche du hangar, avant de disparaître aussi soudainement qu’elle était apparue. Le phénomène se répéta alors trois fois successivement, avec quelques secondes de battements entre chaque série.
« Silence, ordonna Aurore, soudain tendue. »
Emera dégaina son blaster, mais au lieu de tirer, elle enclencha plusieurs fois son laser de visée. Les éclairs intermittents reprirent alors cinq fois. Aurore vit Emera répondre de nouveau, puis la jeune femme se retourna vers ses compagnes.
« Pti Gégé et ces hommes sont là, on va descendre voir ce qu’ils ont de beau à nous raconter. »

Dans sa base à quelques kilomètres à l’ouest de Seka, le duc Grammont regardait les volutes de fumées provenant du spatioport de la capitale de la colonie.
« Ils sembleraient qu’un transporteur ait explosé, signala un des officiers présent dans la salle de commandement. »
« Serais-ce celui que nous surveillons, demanda le duc. »
« Oui Monseigneur, répondit l’officier. »
« Bien, bien, siffla Grammont. On dirait que les Amazones soient très prudentes et couvre leurs traces. Donc si je ne me trompe pas, leur attaque ne va pas tarder. »
« Comment êtes-vous sure que ce sera bien l’escadron Amazone et les commandos Ombre qui vont nous attaquer, demanda alors un autre officier. »
« Pour deux raisons, répliqua Grammont. La première est que mon maître m’en a assuré. Et la seconde est que j’ai vérifié l’information avec mon réseau d’agents. »
« C’est pour cela que vous avez laissé ces commandos sondaient nos premières lignes de défenses, conclut alors son officier tactique. »
« En effet Monsieur Nors, acquiesça Grammont. Les Amazones et les Ombres croient qu’ils viennent moucher une chandelle. A la place, ils affronteront une super nova. »
« On aurait pu les éliminer dès qu’on les avez repéré, suggéra un troisième officier. »
« Et se priver de l’avantage psychologique de tenir entre nos mains ceux qui passent pour les meilleurs soldats aramidiens, railla Grammont !!!! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:27

« Voici les plans de la cible, dit Pti Gégé en enclenchant un hologramme. La base comprend deux lignes de défenses. Une première constituée de batteries légères au milieu d’un glacis défensif, et une deuxième constituées de batteries lourdes anti-aérienne. Les générateurs de boucliers sont protégés par ces turbolasers. »
« Alors on joue ça comment, demanda Emera. »
« Moi et mes hommes, on neutralise discrètement les turbolasers lourds. Ensuite vous attaquez les batteries légères, ainsi que les baraquements et autres réserves de véhicules. Pendant ce temps, on finit les générateur de boucliers et on envois le signal au commodore Saab qui enverra des troupes dans l’heure. »
« On fera quoi pendant cette heure, demanda Emera. »
« On les harcèle et on met en place un blocus, répondit Pti Gégé. Mais ne t’inquiète pas, le commodore a sûrement prévue des troupes d’intervention rapide. Des questions ?»
« On commence quand, demanda Emera. »

Pti Gégé et ces hommes se déplaçaient dans l’ombre, se faufilant dans les ombres de la forêt entourant la base de Grammont. Ces hommes activèrent leurs systèmes anti-senseurs de leurs armures et attendirent que la lune se masque pour pouvoir avancer sur le glacis. En quelques minutes, ils avaient tous traversés les cinq cents mètres à découvert et s’étaient mis en position dans les recoins sombres des tranchées qui entouraient la base. Ensuite ils se séparèrent en direction des batteries des turbolasers, et ils connectèrent leurs datapads portables aux différentes tourelles automatisées, injectant le virus informatique fournit par Faab, le chef des Marteleurs. Au bout de quinze longues secondes, le datapad de Pti Gégé clignota d’une lueur verte, indiquant que le programme était installé et opérationnel. Pti Gégé se dirigea alors vers les générateurs de bouclier. En chemin, il posa une série de mine sur les batteries de détecteurs ainsi que sur les relais de communication, au cas ou. Il fallut à peine une demi minute à Pti Gégé pour atteindre les générateurs de la base, dont les unités de refroidissement bourdonnaient doucement. En quelques instants tous ces hommes avaient pris position et avaient miné les générateurs. Avec un soupir de soulagement, Pti Gégé envoya le signal autorisant les Amazones à prendre l’air en direction de leurs objectifs et ordonna le repli vers la forêt toute proche.

« Signal envoyé Monseigneur. »
« Bien, ordonné aux gardes de neutraliser les commandos, et déployait les unités de lance roquette sur la voie d’attaque. Rappeler leur que nous les voulons vivantes. »

« Signal d’attaque reçu, clama Emera sur la fréquence de l’escadron. Amazone, en route. »
Les douze chasseurs jaillirent en hurlant du vieux hangar, arrachant les portes principales dans un fracas indescriptible. Emera vira immédiatement sur la droite, laissant le vol un se mettre en position derrière elle. Il n’y avait que quelques kilomètres à parcourir pour atteindre la base ennemie. La jeune femme regarda son scanner et reconnue parfaitement la structure que Pti Gégé lui avait montré quelques heures plut tôt.
« Vol un, on s’occupe des batteries de la porte principale, ordonna Emera. Vol deux et Trois, vous vous occupez des défenses est et ouest et les baraquements. Aller action. »
Emera vit sur son radar les vols deux et trois virer de bord en direction de leurs objectifs. C’est alors que son regard vit au sol des ombres en mouvement sur le glacis défensif. Un frisson la parcourut, et son instinct lui souffla qu’il y avait un danger.
« 2, 3,4, détruisez moi ces unités en contrebas, ordonna-t-elle. »
« T’es sur que c’est pas les gars de Pti Gégé, demanda Aurore »
Une nuée de roquettes sol/air surgit alors en direction du quatuor de chasseurs. Milou, Aurore et El-n se dispersèrent immédiatement comme des débris de grenades à fragmentation. Mais Emera vit que les roquettes arriveraient quand même à les toucher. Elle vit basculer son chasseur en direction de la nuée de roquettes et se mit à tirer sans discontinuer.
« Emera, décroche, hurla Milou. »
« Négatif répondit Emera. Décrochez et planquez vous. Appelez aussi Saab, vous allez avoir besoin de renforts. »

Au sol Pti Gégé entendit avec soulagement le bruit des réacteurs des chasseurs de l’escadron Amazone. C’est alors qu’un de ces hommes lui montra les formes sombres qui se déplaçaient sur le glacis. Immédiatement les commandos ouvrirent le feu. Cela n’affecta pas vraiment leurs ennemis dont la moitié répliquèrent avec un déluge de feu et de grenades. Pti Gégé se jeta à terre évitant les détonations des grenades.
« Rendez leur la monnaie de leur pièce, cracha-t-il dans son comlink de casque. »
Immédiatement douze grenades au baradium s’élevèrent dans les cieux avant de retomber sur leurs ennemis. Les explosions en série soulevèrent des tonnes de terre et neutralisant définitivement leurs ennemis. Pourtant Pti Gégé vit les roquettes partirent en direction des chasseurs de l’escadron Amazone. Il releva les yeux vers le ciel et vit alors le chasseur de tête, probablement celui d’Emera littéralement se jeter vers la grêle mortelle. Le chasseur élimina au moins la moitié des roquettes avant d’être toucher. Des éclairs fusèrent alors des roquettes survivantes, neutralisant toutes l’électronique du chasseur. Celui tomba en catastrophe et s’écrasa lourdement à une centaine de mètres des commandos.
« Aller en avant, on va la sortir de là ordonna Pti Gégé. »
C’est alors que toutes les batteries de la base ennemie se réactivèrent, ciblant les chasseurs survivants qui disparurent dans l’épaisseur de la forêt. Pti Gégé vit alors avec horreur les batteries rapides anti-troupe les mettrent en joue et ouvrir le feu. La première salve fauchant la moitié des ces hommes, avant qu’ils ne puissent se jeter à terre pour éviter les rayons. L’odeur de chairs carbonisées fit comprendre à Pti Gégé que contrairement aux Amazones, ces hommes et lui ne devaient pas forcément être pris vivant.
« Ombre à commandos et Amazones : repli vers la zone d’extraction, je répète, repli vers la zone d’extraction. »
Alors que les batteries turbolasers tonnèrent de nouveau et qu’un chasseur se transforma en une impressionnante boule de feu, Pti Gégé suivit son ordre et partit en courant en zigzag en direction de la forêt toute proche.
Si Saab n’arrive pas, on est mal, très mal.

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:28

Epilogue Cycle de la chute de l’aigle

« Rapport de la traque de Grammont fini de décoder, dit un officier clone à l’attention de Jée-dai. »
« Merci CR 80201, répondit l’humain en ouvrant le fichier qu’il venait de recevoir. »
L’humain parcourut rapidement le listing, indiquant que la plupart des bases découvertes n’étaient que des coquilles vides. C’est alors qu’un message urgent apparut sur la console de commandement du « Survivant ». Jée-dai lut alors attentivement le message, et son front se barra de rides d’inquiétudes.
« Lieutenant, convoquer immédiatement le Major Yr86, ordonna l’humain. »
L’officier s’exécuta, tout en ce demandant ce qu’il se passait, ce genre de manière direct n’étant pas dans l’habitude de l’humain. Deux minutes plus tard, le lieutenant clone revint avec Yr86 sur les talons.
« Que ce passe-t-il, demanda alors le major clone. »
« Regarde, répondit abruptement Jée-dai en désignant sa console. »
Yr86 parcourut le message avant de se relever et de regarder l’humain.
« Cette situation sur Sekam me semble plutôt épineuse en effet, dit le clone. »
« Epineuse, c’est un euphémisme, lâcha Jée-dai. Tu sais ce qui se passera si il arrive quelque chose à Emera ou aux autres membres historiques de l’escadron Amazone. »
« Lestate n’apprécierais pas en effet, commenta Yr86. Alors on fait quoi ? »
« On envoi un force d’intervention pour les sortir de ce merdier, et on contacte les flottes centauris et aramidienne pour qu’elles interceptent Grammont. »
« J’aurais pensé envoyer directement Lestate, suggéra le clone. »
« Depuis quand n’est on plus en contact avec Lestate, demanda l’humain. »
« Bon ba je crois que je vais m’y coller, répondit le clone. Je pars immédiatement avec mon escouade pour Sekam. Au fait, il faudrait penser à retrouver Lestate, ça pourrait être utile. »
« En effet dit Jée-dai en observant le clone qui partait. Il va vraiment falloir le retrouver celui-là. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:30

Chapitre 61 : Captive
Cycle de la traque

Le duc Grammont regarda avec satisfaction les troupes ennemis s’éparpillaient devant l’attaque menée par ces troupes.
« Rapport de la situation, demanda-t-il. »
« Les commandos ennemis ont été fortement secoué, au moins la moitié de l’unité a été abattu, répondit l’officier tactique. Quand a l’escadron Amazone son leader a été capturé, quand au reste de l’unité elle c’est dispersée dans les sous bois après s’être posée. »
« Des dégâts aux structures de la base, s’enquit le duc. »
« Non aucun Monseigneur, répondit un officier chargé de la sécurité. Nos capacités offensives et défensives sont intactes. »
« Des nouvelles de la flotte d’extraction ? »
« Aucune, mais nos vaisseaux sont en alerte maximale Monseigneur. »
Bien bien pensa Grammont, tout est sous contrôle.

Le commodore Saab faisait les cents pas sur la passerelle de son vaisseau étendard. Au-dessous d’elle, les hommes d’équipages s’activaient avec leur célérité habituelle, à peine dérangé par l’inquiétude apparente de leur chef.
« Calmez-vous commodore, dit Dofu d’une voix apaisante. On dirait un rancor en cage !!! »
« Tu n’as jamais vu ce qu’est un rancor en cage, répliqua Saab. »
« Pourquoi vous oui, s’étonna le second. »
« Oui, une fois, dans la base des Marteleurs, répondit la commodore. Malheureusement la cage n’était pas assez solide, et il fallut que Lestate démontre ces talents de jedi pour nous empêcher de finir en chair à saucisse. »
« Intéressant, acquiesça le second. Mais cela n’enlève rien au fait que ce n’est pas la première fois que les commandos du Major Ombre sont en retard sur le planning, surtout s’ils sont accompagnés par les Amazones. »
« Si tu le dis, lâcha la commodore, d’un air peu convaincu. »
« Ne vous inquiétez pas, j’ai étudié les rapports des expéditions précédentes, répondit le second. De plus j’ajouterais que vous n’avez pas envoyé vos chères amies à la mort, alors arrêtez de vous ronger les sangs, vous jeter tête baissé sur cette planète n’arrangera rien. »
« Vous savez votre point commun avec Lestate, demanda abruptement Saab. »
« Non, répondit Dofu d’une voix méfiante à cause du brusque changement de sujet. »
« Vous êtes tout les deux trop perspicace, et c’est pour ça que je déteste bosser avec vous. »
« Et c’est pour cela que vous nous adorez, contra Dofu en éclatant de rire. »

Aurore regarda avec inquiétude la colonne de soldats passée sous sa cachette. Son cœur battait si fort qu’elle avait l’impression que ce seul son suffirait à la faire repérer. Mais avec soulagement elle constata que la colonne d’une vingtaine d’hommes passa sous elle en l’ignorant complètement. Elle fit signe aux autres membres survivants de l’escadron Amazone que la voie était libre. Milou glissa alors doucement vers elle, se faufilant sans bruit entre les branches de l’arbre dans lequel elles étaient installées.
« Je crois qu’ils nous encerclent remarqua alors la jeune femme. »
« Ca fait trois jours que leurs patrouilles nous traquent, lâcha Aurore. Ca fait un moment qu’ils nous ont encerclés. »
« Pfu, c’est vraiment pas mon truc, soupira Milou. Qu’est-ce que je ne donnerai pas pour un bon vieux chasseur, même un vieux z 95 pourri. »
« J’ai rien à ajouté la dessus, maugréa Aurore. Enfin pourquoi Pti Gégé n’est pas là quand on a besoin de lui. »
« Ou alors pourquoi on se rappelle jamais de ces leçons d’infiltrations et de survie, coupa El-n. »
« Je me demande ce qu’il est devenu, demanda Milou. »
« Son unité a été salement touché, remarqua El-n. J’espère qu’il s’en est sortis. »
Un long silence tomba, alors que les trois compagnes imaginaient ce qu’il était arrivé à un de leurs plus anciens et plus appréciés compagnons.
« Alors on fait quoi, demanda Varth, une durosienne à l’aspect sévère. »
Aurore s’ébroua alors, se morigénant de cette rêverie inutile.
« Il faut rejoindre le point d’extraction initiale des commandos, commença-t-elle. Normalement il y a ce qu’il faut pour partir de ce foutu monde. »
« Et tu as la localisation, demanda alors Lash. »
« Ouaip, dit Aurore. C’est inscrit dans notre databloc au cas ou. »
« Et bien je pense que c’est bien le cas où ces renseignements sont utiles, remarqua Milou en pianotant sur son databloc. »
Les huit survivantes de l’escadron Amazone se mirent alors en route dans les ténèbres en direction du point de rendez-vous qui serait leur passeport vers la liberté.

« Alors Leader, c’est quoi la situation ? »
Pti Gégé sauta souplement de la dernière branche de l’arbre qu’il venait d’escalader. A peine atterrit, il commença à trafiquer une sonde qu’il venait de lancer et de récupérer. Une projection des régions alentours apparues alors, parcourut par des points lumineux de différentes couleurs et de différentes tailles.
« Pas génial, maugréa Pti Gégé. Ils ont déployés des unités lourdes au niveau de la base et de la ville. »
« Et le point d’extraction, demanda un des commandos. »
Pti Gégé se concentra quelques instants sur la projection holographique, manipulant les commandes de la sonde.
« Apparemment il n’est pas menacé, mais si on veut le rejoindre il va falloir éviter au moins la moitié des patrouilles à nos trousses. »
« Et les Amazones ? »
Pti Gégé contempla alors longuement la carte avant de répondre.
« Certaines sont en vie, et elles semblent se diriger vers le point d’extraction, finit-il par lâcher. »
« Pensez-vous qu’elles y arriveront, demanda un des commandos survivants. »
« J’espère que oui, dit Pti Gégé. Mais ce sont des pilotes, pas des commandos. »
Fort de cette observation, les commandos se fondirent sans un bruit dans la nuit, en route vers leur destin, tel de féroces et impitoyables chasseurs.

Lorsque Emera se réveilla, elle ne put que constater son emprisonnement. Elle se rappela alors l’attaque qui avait mis hors circuit son chasseur, ainsi que l’atterrissage en catastrophe qui avait suivi. Malgré tout, elle avait réussi à tenir tête à ces attaquants, même si cela n’avait durer qu’un temps.
J’espère que les filles s’en sont sortis.
La jeune femme se rappela d’avoir ordonné à son escadron de se replier, mais elle avait aussi vu que malheureusement au moins un de ces compagnes avait péri. De toute façon, dans sa situation elle ne pouvait savoir si ces partenaires étaient en vie, morte ou bien captive comme elle. C’est alors qu’un homme entra dans sa cellule aseptisée. Elle le reconnut immédiatement, grâce à la description qu’avait faite Milou après son emprisonnement.
« Seigneur Grammont, je vous aurai cru plus imposant, cracha la jeune femme, alors qu’un champ de force la plaquait contre un mur. »
« Major Emera, je vous aurai cru moins féminine, répliqua tout de go le duc. Mais je ne pense pas que ce soit le lieu et le moment pour ce genre de discussion. »
« En effet acquiesça Emera. Duc Grammont au nom de l’Empire Aramidien, je vous mets en état d’arrestation. »
« Très comique coupa le duc. Et tellement à l’image de votre regretté compagnon. »
La remarque atteignit Emera, qui eut l’impression que l’on venait de lui flanquer un coup de poing dans l’estomac.
« On dirait que j’ai touché un poing sensible, remarqua le duc. »
Le regard meurtrier que lui gratifia la jeune femme lui confirma ces dires.
« Enfin nous ne sommes pas là pour parler d’un passé plus ou moins glorieux, continua Grammont. Je suis ici pour vous faire une proposition qui va vous intéresser. »
« Cela m’étonnerais fortement, coupa la jeune femme. »
« J’en doute, répliqua le duc. Je pense et j’espère que vous avez remarqué que la situation de notre chère nation n’est guère encourageante pour l’avenir alors que de nombreux peuples libérés du joug de l’Empire prospère. »
« Vous y êtes pour quelque chose, remarqua la jeune femme. Vous avez d’abord tenté de prendre le pouvoir avec votre mouvement Empiriste, que se soit de votre main ou de celle des clones. Et maintenant, après que notre peuple ait subi l’une de ces plus durs guerres, vous revenez comme un fossoyeur pour tenter de remplacer un gouvernement qui nous a conduis à travers cette terrible et douloureuse guerre. »
« Je n’ai pas le même point de vue, observa le duc. Certes je me suis vu à la tête d’un empire aramidien débarrassé de tout ce qui l’affaiblissait, mais j’ai toujours voulu mettre en place un système solide et efficace qui traverserait les siècles et les épreuves. »
« C’est ce que nous avions avant que vous ne tentiez de prendre le pouvoir, railla la jeune femme. Gouvernez par notre assemblée, l’Empire aramidien survivra. »
« Je ne pense pas que nous parlions de la même assemblée, soupira Grammont. Si je me rappelle bien, cette assemblée est restée inactive sous l’Empire Galactique et c’est rué sur le pouvoir lorsque des braves se sont sacrifiés pour la liberté. Si je me rappelle bien, c’est cette assemblée qui a validé l’esclavage d’un peuple par des confédérations de marchands… »
« Dont vous faisiez parti, coupa Emera. »
« En effet, mais je n’ai jamais dit que cette situation me plaisait, répliqua le duc. Enfin si je me rappelle bien c’est bien cette noble assemblée qui a trahi le seul qui se dresser contre les clones et qui demandait la démission de la seule tête pensante de l’armée qui avait osé le suivre. Alors Emera, parlons nous bien de la même assemblée.»
« Que me proposez-vous, demanda alors la jeune femme. »
« De m’aider à faire disparaître cette assemblée corrompue et décadente, répondit Grammont. De mettre en place un système fort, dominer par ceux qui ont la volonté de faire bouger les choses. »
« En gros de dynamiter l’idéal de démocratie pour lequel nombre de mes compagnons se sont sacrifié pour le remplacer par une espèce d’oligarchie, voir de dictature, répliqua la jeune femme. »
« La démocratie que vous défendez tant n’est qu’une oligarchie dominé par des être corrompues et faible, soupira Grammont. Amon avis une bonne dictature vaut mieux qu’une mauvaise démocratie. »
« Jamais je ne suivrai de telle idée, lâcha Emera. »
« Alors vous comprendrez Major Emera que je ne peux vous laissez repartir, conclut Grammont d’un air triste. Je trouve ça dommage, mais tout le monde n’a pas la lucidité de feu votre compagnon. »
« Jamais Lestate ne vous aurez suivi, hurla la jeune femme. »
Le duc, qui était en train de partir, se retourna brusquement, comme surpris par la déclaration fougueuse de la jeune femme.
« Alors c’est que vous ne le connaissiez pas aussi bien que vous le croyez, lâcha-t-il d’une voix amère. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:32

Aurore rampa jusqu'à la limite du bosquet dans lequel les Amazones c’étaient mises en plaque. Elle ne put s’empêcher de soupirer quand elle constata que les patrouilles ennemies les avaient devancées.
« Je crois qu’on est mal barré là, observa Milou avec ces binoculaires. Il y a au moins deux patrouilles de dix unités avec deux bipèdes par unités. Je crois que notre ticket de sortie est périmé. »
El-n lui arracha alors les binoculaires des mains, malgré les protestations de la jeune femme.
« Je crois que tu as tort, remarqua-t-elle alors. Ils ne sont pas en formation de défense de zone, mais plutôt en formation de recherche. »
« Comment tu sais ça, s’étonna Milou. »
« Je suis une chevaucheuse de dragon, répondit El-n. Parfois il est pratique de savoir ce que fait l’ennemi pour savoir comment l’attaquer efficacement. »
« Alors que conseilles-tu, demanda Aurore. »
« On les prends par surprise et on les oblitère, répondit la demi-elfe. Ensuite on récupère les comlinks d’extraction et on va se planquer en attendant la cavalerie.»
« De toute façon, on a pas vraiment d’autre idée, remarqua Lash. »
« Bon, ba comme dit toujours Emera, Action, conclut Milou. »
Les huit membres survivantes de l’escadron Amazone mirent une dizaine de minutes à se mettre en place. Quand leur compte à rebours arriva à zéro, les jeunes femmes tirèrent en direction des machines des patrouilles. Grâce aux quatre fusils blasters qu’elles avaient réussi à récupérer lors de leur fuite, trois des quatre engins furent détruits en quelques instants. Mais les ennemis réagirent rapidement, se mettant à couvert et répliquant férocement. Le dernier bipède se dirigea vers la forêt et ouvrit le feu. Un corp vola alors à cause de la puissance de l’arme. C’est alors que les fusils lourds des commandos du Major Ombre mugirent fauchant le bipède et le faisant taire définitivement.
« Je vous dérange pas, demanda Pti Gégé dans son comlink. »
« Pas du tout, répondit Aurore. »
La jeune femme visa alors les ennemis retranchés dans les carcasses de bipèdes. Soutenue pas les armements plus adaptés des commandos, les survivantes de l’escadron Amazone neutralisèrent les patrouilles ennemis en quelques instants sans d’autres pertes dans leur rang. Alors que le silence se fit enfin, Aurore sprinta en zigzaguant en direction de l’arbre sous lequel était enterré le matériel de communication destiné à l’extraction d’urgence. Elle vit du coin de l’œil les commandos survivants de Pti Gégé se déployer en position de couverture. Elle ne mit que quelques instants pour activer les systèmes de communication et lancer le message demandant leur extraction. Mais une série de bourdonnement lointains lui firent froncer les sourcils.
« On a un problème, hurla-t-elle dans son comlink. Quatre chasseurs en approche !!! »
« Alors on décroche, ordonna Pti Gégé. On a pas le matériel pour les abattre. »
Alors que les premières salves de laser s’abattaient sur la clairière , l’ensemble des survivants s’éparpillèrent dans la forêt.

« Rapport de la situation, demanda Yr86 à son pilote. »
Le grondement des moteurs atmosphérique de la navette l’empêcha d’entendre le rapport de son subordonné. Il brancha alors son comlink de casque.
« Le signal d’extraction est capté, pourtant il ne dépasse pas deux ou trois orbites planétaires, commença le pilote. Le matériel doit être abîmé ou saboté. »
« Et nos cibles, demanda le major clone. »
« On les as repéré prêt d’une formation rocheuse en train d’affronter huit chasseurs et au moins cinq unités de patrouilles avec du matériel lourd. »
« Ok, dit le major. Dite aux autres unités de débarquez hors de portée des capteurs des chasseurs et de les descendre. »
« Et nous Monsieur, demanda le pilote. »
« On est l’escouade Survivant, on attaque nos ennemis de front sans aucune peur, clama le Major. »
La formation de douze navettes de débarquement plongèrent dans l’atmosphère en hurlant, laissant derrière elles « L’Allégeance » caché de la flotte ennemie qui était en train de se mettre en formation de blocus.
Dès que je me serais occupé de mes protégés, il va falloir que j’appelle la cavalerie.

Aurore se renfonça dans son abri de pierre quand une salve de lasers crépita là où se trouvait sa tête quelques secondes auparavant. La jeune femme soupira et tira de re-chef sur les ennemis. Depuis qu’ils s’étaient repliés de la clairière où se trouvait leurs équipements leur situation s’aggravait d’heure en heure. Maintenant ils étaient acculé à un amas rocheux qui les protégeait d’attaques venant du sol et de l’air mais qui les empêchait toute fuite.
« On a un problème, observa Milou. Ils se replient. »
« Tous ou juste leurs troupes, demanda Pti Gégé. »
« Juste leurs troupes, répondit Milou. »
« On est mal, il prépare un bombardement de la zone avec leurs chasseurs, s’exclama Pti Gégé. Repliez vous le plus possible dans les grottes de l’amas rocheux. »
Un étrange silence s’abattit sur le champ de bataille qui n’avait pas connu cela depuis plusieurs heures. C’est alors qu’une série d’explosion se fit entendre. Les chasseurs ennemis s’écrasèrent alors dans un fracas de tonnerre. Une antique navette de débarquement clone apparut alors, les canons fumant encore. Un peloton de clone se jeta alors de la navette qui se taillait une aire d’atterrissage à grand coup de canon. Les clones commencèrent à tirer, éliminant impitoyablement ceux qui se dressait contre eux. Aider par les survivants de l’attaque de la base de Grammont, qui n’était plus que huit, il ne fallut guère plus que quelques minutes pour éliminer les troupes ennemis. Alors qu’Aurore descendait vers Pti Gégé, elle le vit parler avec un clone portant une armure d’ARC trooper.
« Aurore, je te présente le Major Yr86 de l’unité des Survivants, dit Pti Gégé alors qu’elle s’approcha. »
« Merci du coup de main, répondit Aurore. »
« C’est un plaisir dit le clone. Bon je vais vous faire un rapport de la situation. Les unités de la flotte de Grammont se sont déployés en orbite, formant un blocus. Mes ordres de missions sont simple : vous retrouvez et oblitérer la base ennemi. »
« Un objectif commun, souligna Pti Gégé. »
« Et qu’avez-vous comme cavalerie, demanda Aurore. »
« Nos trois transporteurs Vénator attendent mes ordres, répondit le major clone. De plus peux entrer en contact avec votre flotte, celle des Marteleurs et celle des trois commandants clones. »
« Et bien faite le, dit Aurore. Car à mon avis on va en avoir besoin. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:33

Chapitre 62 : Forceur de blocus
Cycle de la traque

Le duc Grammont regardait avec satisfaction sa flotte de combat se déployer en orbite en formation de blocus.
« Le commandement de la flotte demande les ordres, indiqua alors un des officiers des communication. »
Grammont soupira. Même si la situation était favorable à lui et ses troupes, il y avait toujours des détails irritants à régler.
« Ordonner au commandement de détacher un escadron de recherche et de balayer la zone autour de la base, répondit le duc. Envoyer aussi deux unités clones dans la ville de Seka pour vérifier que tout est en ordre. »
« Bien Monseigneur, s’inclina l’officier. On a aussi une communication privée pour vous. »
Le duc se douta de son origine, et un froncement de sourcil montra sa soudaine inquiétude.
« Bien, je l’a prendrai dans ma cabine de communication, conclut-il en tournant les talons. »

Le Major Yr86 se permit de souffler un instant alors que ses troupes se repliaient vers une base temporaire que ces hommes avaient érigée. La navette vibra quelque peu quand elle franchit un peu abruptement une série de crêtes quelque peu acérées. Au bout d’une vallée enserrée entre deux alignements de collines, de lourds engins de terrassements érigés des remparts de terre. Derrière ces remparts, de massifs blocs de béton renforcés entourés des nids de canons laser protégeaient les solides structures préfabriquées qui constituaient la base. Et pour protéger le tout, un générateur de bouclier mobile ronronnait dans un tintement sourd.
« Major, on a un contact radio de la base, héla le pilote. »
« Je le prend sur mon comlink personnel, répondit le major clone. »
Au bout de quelques instants l’image tridimensionnelle d’un officier clone apparut.
« Major, la base est prête à vous recevoir ainsi que nos alliés, dit l’officier. »
« Nous n’avons pas de blessé à charge, répondit le major à la question que sous entendait la présentation de son officier. Nos installations de communications sont-elles opérationnelles ? »
« Tout à fait Monsieur, répondit l’officier. Par contre, j’ai une mauvaise nouvelle : des unités de reconnaissance ennemies nous ont reniflé, donc on va avoir bientôt de la visite. »
« Alors préparez la base au combat, ordonna le major. Nous devons tenir cette base le temps que nos renforts arrivent. »
« Bien Monsieur. »

Malgré la distance et la technologie de l’hologramme, rien n’empêchait la froide présence du Seigneur Plagueis de pénétrait dans la chair du duc Grammont. Il s’agenouilla devant l’hologramme silencieux du Seigneur Sith.
« Je suis à vos ordres Monseigneur, finit par dire le duc. »
« Je vous salues mon cher allié, répondit le seigneur Sith. Je viens prendre de vos nouvelles. »
« Tout va bien Monseigneur. Les troupes d’infiltration aramidiennes sont en déroutes et mon blocus empêchera touts renforts de venir, exposa le duc. Une fois leurs troupes au sol capturées, ce qui va arriver dans quelques temps, j’aurais en ma possession leurs unités les plus emblématiques. Je pourrais alors agir pour les détruire avec cet avantage. »
« Croyez vous qu’ils se laisseront avoir comme ça, remarqua alors Plagueis. »
« Le commodore Saab, même si elle est un grand commandant hésitera à sacrifier ces meilleurs et plus fidèles unités, assura le duc. Cette hésitation me permettra d’agir et de renverser ce gouvernement corrompue et inefficace. »
« Je vois que vos projets sont en bonne voie, duc Grammont, je vais donc vous laissez à vos occupations, si vous n’avez pas de questions pour moi, ajouta le seigneur Sith. »
« Non, aucune, a part savoir si vos projets avec mon meilleur ennemi avance, répondit le duc. »
« Je vois que vous avez toujours des sources de renseignements efficaces, constata le seigneur Sith. Disons que ce projet est en bonne voie, et que cela vous sera utile pour la suite de vos plans. Plagueis, fin de la communication. »
Alors que l’image du duc Grammont s’estompait du support de l’holocommunicateur, Plagueis sourit.
Ce Grammont est un lieutenant des plus utiles. Idéaliste, impitoyable, convaincu de la corruption et de l’inefficacité de la démocratie. Il me manquera quand je m’en serai débarrassé.
Une nouvelle présence se matérialisa dans le continuum de la Force, requérant toute l’attention de Plagueis.
Encore un peu de temps, et lui aussi sera en mon pouvoir.

Un trio d’hologrammes se matérialisa devant le Major Yr86 dans le centre de communication préfabriqué. Une rafale de blaster, indiquant que des troupes de reconnaissance de Grammont étaient arrivé aux contacts des défenses avancées de la base, le distraie un instant.
« Excusez moi de cette distraction, dit le Major Yr86. Il semblerait que nos adversaires s’approchent de plus en plus de notre base provisoire. »
« Tiendrez-vous jusqu'à notre arrivée, demanda alors Cyrilhorustha’ar. »
« On fera ce qu’il faut, répondit le major. »
« Et pourquoi le major Emera n’est-elle pas à ce briefing, demanda alors la commodore Saab. »
« Il semblerait que le Major Emera soit aux mains de l’ennemi, informa le major clone. C’est en tout cas ce que m’a dit le Major Ombre. »
« Quelles sont les pertes dans les deux unités envoyées sur cette mission, demanda alors la commodore d’un ton soucieux. »
« Le Major Ombre signale la perte de la presque totalité du commando, décompta froidement le clone. Et l’escadron Amazone a perdu presque les deux tiers de son effectif. Il ne reste malheureusement que 8 survivants, sans compter les éventuels captifs. »
La commodore fronça les sourcils, signe de son inquiétude et de la tristesse pour ses troupes fétiches.
« Yr86, es-tu sur que le Major Emera est bien au main de l’ennemi, s’inquiéta alors Azazel. »
« Les relevés des combinaisons des commandos Ombres sont formels, répondit le major clone. Des troupes ennemies ont capturé le major Emera après son crash. »
« Et que donnait les relevés de sa balise de survie, coupa la commodore. »
« Elle était en vie, puis son armure a été retiré, indiqua le major. »
« Tu sais que cette information va changer le profil de notre mission, enchaîna alors Azazel. »
« En effet, et j’en ai tenu compte dans ce plan de bataille auquel j’ai réfléchis. »
Le clone envoya une série de donnée à ces trois interlocuteurs avant de reprendre.
« A partir des relevés fait par « L’Allégeance » j’ai déterminé un point de saut pour vos trois flottes afin qu’elles puissent désorganiser le blocus ennemi. »
Trois flottes apparurent alors sur l’hologramme, brisant la formation ennemie.
« Ensuite, vous déployez vos troupes terrestres sur les points de drop suivant, continua le clone. Azazel, toi et tes troupes seraient chargés de libérer le major Emera, je pense qu’un pilonnage des portes serait le bienvenue. Cyrilhorus, je charge vos troupes de sécuriser la capitale Seka, même si vos unités d’élites seraient les bienvenues pour appuyer les troupes d’Azazel. Quand à vous commodore, je vous suggères de débarquer vos troupes près de ma base pour se porter en soutien de mes troupes. Avez-vous des questions ? »
« Ou seriez-vous major lors de la bataille, demanda la commodore Saab. »
« Je serais en train d’attaquer la base ennemi avec mon escouade d’élite commodore, répondit le Major. »
« Rien d’étonnant vous connaissant, railla Azazel. »
« Si vous n’avez pas de question, à dans trois heures, coupa le Major clone. »

Le super destroyer stellaire « Seth » filait dans le chaos de l’hyperespace vers son objectif. Comme il en avait l’habitude, Cyrilhorus regardait les nuances infinies de l’hyperespace, cette partie de l’univers où temps et distance communiait. Cyrilhorus n’avait jamais été très doué en astrophysique, et il ne comprenait toujours pas les termes ardues et barbares qu’employaient les scientifiques.
« Tu n’as pas besoin de comprendre le cœur de la chose pour pouvoir l’utiliser correctement, remarqua le général Big-Oh. »
« En effet, soupira Cyrilhorus. Mais ça fait partie de mes mauvaises manies. »
« Une de plus, railla le général Big-Oh. »
Un voyant s’activa alors sur la console de pilotage, et le pilote du vaisseau se retourna vers les deux hommes.
« Sortie de l’hyperespace dans 5 minutes, quels sont les ordres, demanda l’officier. »
« Préparez l’armement, les boucliers, les scanners et la chasse à être opérationnelles dès notre sortie de l’hyperespace, répondit le général Big-Oh. On ne sait pas ce qui nous attend, donc il faut être prêt à tout. »
« La flotte ennemie a été signalé en orbite, Monsieur, objecta le pilote. On sait ce qui nous attend. »
« Oui, mais on ne sait pas quel sera la situation de nos alliés, corrigea le général. Donc on se tient prêt à tout. »
« Compris Monsieur, acquiesça le pilote. »
« Je croyais que c’été moi le chef ici, remarqua ironiquement Cyrilhorus. Enfin ce n’est que moi qui dis ça. »
« Alors qu’as-tu à rajouter, demanda le général. »
Cyrilhorus réfléchit un instant.
« Ba rien, mais c’était pour vous rappeler que j’existais. »

Au sol, Milou éjecta la cellule énergétique vide de son arme. Elle c’était porté volontaire pour aller au-devant de l’ennemi, afin de le ralentir et de laisser le temps aux ingénieurs clones de renforcer la base provisoire. Quelqu’un hurla un ordre, et instinctivement la jeune femme se baissa. Une rafale de tirs du laser lourd d’ARC trooper d’Yr86 l’effleura et alla fracasser la jambe d’un bipode impérial. Milou rechargea son fusil-blaster et finit le travail commencé par le soldat ARC. L’explosion qui suivit fut d’un plus bel effet, recouvrant le champ de bataille dans un brouillard blanc. Les troupes attaquantes en profitèrent pour se replier à l’abri dans un taillis près du site de l’attaque, les mettant à l’abri des derniers survivants de la colonne ennemie.
« Joli travail pour des pilotes, commenta Yr86 à l’attention de Milou et Aurore. Dommage que le reste de votre unité soit dans des cuves à bacta, mes hommes auraient dû neutraliser cette patrouille. »
« Ce n’est pas grave, El-n et Lash s’en sortiront, ce sont des durs à cuire, répondit Milou. »
Une rafale de blaster crépita à quelques mètres d’eux, indiquant l’arrivée d’une colonne d’ennemis.
« En route, on se replie vers la base, ordonna alors le major clone. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:34

La commodore Saab arpentait la passerelle du « Renaissance » de long en large. Elle n’était pas habituer de commander sa flotte à partir de l’immense super destroyer. Mais du fait de son statut et de l’importance de la flotte sous ces ordres, elle avait prendre le commandement de l’immense vaisseau, laissant le commandement de son cher destroyer à Dofu, son second.
« Ne vous inquiétez pas commodore, Dofu est un excellent officier, tout à fait capable de diriger un destroyer, dit paisiblement Lechmi Effrai. »
« Je sais capitaine, mais c’est comme si j’abandonnais un fidèle compagnon, répondit la commodore. Imaginez vous de vous battre ailleurs qu’avec ce vaisseau ? »
« En effet, je comprend vos sentiments, acquiesça le capitaine. »
« Sortie d’hyperespace dans une minute, clama alors une voix froide dans le système de communication interne du vaisseau. »

« Sortie d’hyperespace !!! »
Immédiatement toutes les consoles de la passerelle du « Résurrection » revirent à la vie. Les officiers clones s’activèrent sur leurs systèmes, alors que les boucliers et les armes du destroyer Vénator s’activèrent.
« Rapport de la situation, aboya Shadow. »
Thor se pencha sur une console et lâcha soudainement.
« J’ai une bonne nouvelle, nos vaisseaux et ceux de nos alliés sont là, commença-t-il. La mauvaise c’est que nos ennemis sont aussi là !!! »
Shadow s’approcha de la console de commandement sur laquelle Azazel était penché. Il ne put qu’admirer la précision des ordres envoyés par Yr86, même s’il ne le reconnaîtrait jamais devant le Major clone. Les flottes du commodore Saab et de Cyrilhorustha’ar avait jailli en orbite géostationnaire de la base ennemie, désorganisant le cœur du blocus ennemi.
« On dirait bien qu’Yr86 a d’autres vaisseaux dans le coin qui ont fait le ménage dans le coin, observa alors Azazel. »
Shadow parcourut les écrans tactiques et aperçut alors trois destroyers de classe Vénator en dessous de leurs positions en train de combattre les vaisseaux qui auraient dû couvrir la zone d’arrivée des trois flottes.
« Pas mal jouer, siffla Azazel. Aller à notre tour de bosser : déployez les chasseurs et les navettes de débarquement. Tirs de protection et de dégagement de site !!! »
Au loin, des explosions indiquèrent que les flottes alliées et ennemies engageaient le combat.
« Messieurs, aux navettes, nous avons un otages à libérer et une base à oblitérer, ordonna alors Azazel. »

Les premiers impacts de turbolasers firent vibrer le pont du « Seth ». A ces cotés, le « Renaissance » déchaînait toute la puissance de son artillerie, enveloppant la flotte ennemie de vague de tirs lasers ou ionique. Dans le cockpit de son chasseur, Cyrilhorus frissonna lorsqu’un tir ionique passa à moins de vingt mètre de lui. Il fit alors plonger son chasseur en direction de la planète, et plus précisément vers la base ennemi. La bataille spatiale était gagnée d’avance, l’ennemi croulant sous le nombre et l’organisation de la flotte d’assaut.
« Seth Leader à force d’assaut au sol, en formation, on y va, ordonna alors le centauris. »
Derrière lui plusieurs dizaines de transporteur Imperator plongèrent à sa suite. Au loin il vit les éclairs émies par les moteurs des navettes de débarquement des clones, plus petites et plus rapides que ces transporteurs d’assaut lourds. Des tirs ioniques surgirent alors de la planète, fauchant alors plusieurs transporteurs, dont un parti irrémédiablement en chute libre.
« « Orgueil de Centauria », évacuez toutes vos unités du navires, ordonna alors Cyrilhorus. »
Il vit alors avec soulagement les capsules d’urgence du vaisseau se détachaient en masse, alors que la carcasse du navire tourbillonnait follement dans l’atmosphère de la planète.
« Escadron Seth avec moi, gronda Cyrilhorus. On va apprendre à ces blancs-becs ce qu’il coûte de s’attaquer à un de mes transporteurs. »
Les douze chasseurs quittèrent la formation en direction de la batterie de canon, tel une meute de prédateurs affamés. Les tirs de la batterie s’intensifièrent, tentant d’intercepter les agiles chasseurs avant qu’ils ne l’atteignent.
« Leader, ici 5, on a un message des troupes clones, elles auraient besoin d’un soutien aérien. »
« Va falloir s’occuper de la batterie avant, objecta alors 9, le leader du vol trois. On aura pas le temps de tout faire.»
« J’ai une idée, coupa Cyrilhorus. Vol 1, suivez moi !!! »
Le chasseur S de Cyrilhorus plongea alors vers la carcasse de « L’Orgueil de Centauria », se mettant à le pousser la carcasse du transporteur en direction de la base ennemie. Aidé par les trois autres chasseurs du Vol 1, il réussit à dévier la chute de la carcasse en perdition vers la base. Celle-ci se rendit compte trop tard de la menace, et elle disparut dans le fracas du crash du transporteur.
« Et maintenant allons donner un coup de main aux clones. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:35

Chapitre 63 : Contre attaque
Cycle de la traque

« Monseigneur, des unités ennemis se sont déployez juste hors de protée de nos canons lourds, s’exclama un des officiers radar. »
« Ordonner aux troupes en garnison à Seka de les prendre à revers, répondit d’une voix posé le duc. »
« Elles viennent de signaler qu’elles étaient engagées par des troupes d’assaut centauris supérieur en nombres, objecta l’officier. Elles demandent du renfort. »
« Alors rappeler les troupes qui harcèlent les survivants du commando, répliqua Grammont. »
« Négatif Monseigneur, objecta de nouveau l’officier. Elles sont en plein combat contre l’ennemi. Alors que fait-on ? »
Le duc se pencha vers sa console et regarda la carte tactique de la région environnante. Celle-ci grouillait littéralement de signaux ennemis en train de se déployez ou en train d’engager ces troupes.
« Mettez la base ne alerte rouge, et ordonner aux troupes de défense d’engager nos ennemis proche. »

D’une série d’habiles tirs, Cyrilhorus se dégagea une piste d’atterrissage proche du transporteur Imperator de commandement. Il vit des légions de ces troupes et plusieurs escadres d’araignées de guerre et de walkers de combat sortirent des grands vaisseaux et se mettrent impeccablement en formation, protégé par les boucliers et les batteries des transporteurs.
« Rapport de la situation, demanda-t-il à l’officier chargé de l’opération au sol. »
« Nos troupes régulières ont engagés le combat dans la capitale et signale qu’elles progressent comme prévue, débita l’officier. »
« Et ici, interrogea Cyrilhorus. »
« Nous finissons de débarquer nos unités d’élites et notre matériel lourd, répondit l’officier. Les unités clones viennent de m’informer qu’elles viennent d’établir le contact avec l’ennemi et que la base ennemi déploie ces troupes de protection constitué de soldats clones et « normaux » ainsi que des walkers et de vieux hexapodes. »
« Bien ! Bien ! Alors en route pour la base ennemie, ordonna Cyrilhorus. On va leur apprendre ce que c’est de vrais guerriers. »
Sur ceux, le massif centauris courut en direction de son walker alors que ses troupes se mettaient en mouvement.

Un tourbillon de poussière se forma alors que le pilote de la navette d’assaut rouge activa ces répulseurs et ces propulseurs. Aurore et Milou se masquèrent les yeux le temps que le nuage de poussière passe.
« Vous êtes sur que vous ne voulait pas d’armures plus lourde, demanda alors le Major Yr86. »
« Laissez tomber, répondit Pti Gégé. Ce sont de vraies têtes de mules et en plus ce sont des pilotes, elles ne sont pas à l’aise dans des armures de commandos. »
Yr86 acquiesça d’un signe de tête alors que Pti Gégé évitait les coups vicieux que lui envoyaient les deux femmes.
« Au fait Major, je sais pas si c’est très prudent de prendre cette navette, on dirait une cible géante, observa Milou. »
« Ne vous inquiétez pas jeune Milou, répondit le clone. Lors de nos assauts mes hommes ont neutralisé touts engins volant capable d’atteindre la navette. De plus elle en a bien plus sous le ventre qu’elle en a l’air. »
« Ca doit donc être une habitude de clones de bricoler leurs navettes d’assaut, déclara Milou en riant. »
Une dizaine de secondes plus tard, la navette décolla en hurlant, survolant les troupes ennemies, prise en sandwich entre la base provisoire des clones et les renforts envoyés par le commodore Saab. Et comme l’avait prédit Yr86, aucun engin ou ennemi tenta d’intercepter le vaisseau.

Le sifflement aigu du laser fendant l’air. Le tintement sourd des lourdes machines de guerre de rothana industrie. Le pas cadencé des escouades chargeant l’ennemi.
« Ca fait quoi d’être de retour dans notre univers, demanda Bhaal d’un ton mélancolique. »
« J’ai l’impression d’être de nouveau dans mon univers, répondit Azazel. »
« On ne changera jamais hein, demanda Bhaal. »
« Je pense pas mon frère, soupira Azazel. Enfin pas en si peu de temps, et avec un univers qui a besoin de nous. »
« L’univers aura toujours besoin de forts pour protégés les faibles, remarqua alors Bhaal. »
« Alors nous ne changerons pas, conclut tristement Azazel. En tout cas pas dans cette vie. »
« Bon quand vous aurez fini avec vos débats philosophiques, on pourra se concentrer sur le boulot, maugréa alors Thor surgissant de derrière la navette où Azazel et Thor observait le champ de bataille. »
« Qu’a donné ta reconnaissance, interrogea Azazel. »
« Nos troupes et celle de Cyrilhorus progresse lentement mais sûrement, répondit Thor. »
« C’est pas vraiment ce que l’on veut, remarqua sombrement Bhaal. »
« En effet, mais pour l’instant j’ai rien de mieux à offrir, railla Thor. Alors que fait-on ? »
« Pour l’instant on aide à l’attaque avec nos pelotons, on verra au fur et à mesure, répondit Azazel en se dirigeant vers la bataille. »

« Patron, ils sont tous sur zone. »
« Bien, bien. Mais sont-ils vraiment en place pour notre arrivée. »
« Non, pas encore. »
« Alors on attend. Aller quand même réveillé les autres au cas où ils se mettraient en place plus vite que prévue. »
« Vous êtes sur de ne pas vouloir intervenir dès maintenant ? »
« Non, s’ils ne sont pas en mesure de gérer la situation seule, alors ils ne me seront d’aucune utilité pour l’avenir. »
« Vous parlez quand même de vos frères d’armes Monsieur. »
« Je sais, mais l’attachement ne doit pas altérer l’évaluation des compétences. Des questions ? »
« Non, aucune. Je vais réveiller les autres. »

Cyrilhorus esquiva les volées de roquettes qui fondaient vers son escouade de walkers. Il fit un roulé-boulé et se redressa en tirant à tout va, espérant atteindre les soldats qui l’avaient pris pour cible. L’impact des lasers lourds creusa des fosses d’un mètre de profondeur sur plusieurs mètres. Une partie de l’escouade de droide Hallfire qui l’avait pris pour cible disparut dans les explosions qui s’ensuivit. Cyrilhorus vit alors plusieurs escouades de clones attaquer les droides survivants. Les soldats zigzaguaient vers les machines infernales, avant de littéralement sauter dessus, criblant leurs cerveaux mécaniques d’impacts de blasters.
« Ils sont efficaces ces gars, remarqua l’un des hommes de Cyrilhorus. »
« Ouaip, acquiesça le centauris. Ils sont moins décérébrés que des droides, mais ils ne reculent pas devant le danger et tir pour tuer, contrairement aux soldats normaux. »
« En gros, ce sont des soldats parfaits, railla un de ces hommes. »
« Je ne sais pas, finit par dire Cyrilhorus. Mais si on ne veut pas qu’ils fassent tout le boulot à notre place, il va falloir se bouger. »

« La situation dégénère Monseigneur, s’exclama un des officiers tactique de Grammont. »
« Expliquez vous, coupa le duc d’une voie froide. »
« On vient encore de perdre une escouade de droide Hallfire, et nos troupes vivantes, que se soit nos soldats ou des clones sont en train de se replier, indiqua un autre officier. »
« Et nos vaisseaux en orbite, demanda le duc. »
« Nous en avons perdu les trois quarts Monsieur, répondit l’officier. Et le reste est en train de se faire submerger. »
« Appeler le reste de la Flotte, ordonna Grammont. »
« On ne peut pas, le Groupe 1 est en mission pour votre associé, et le Groupe 2 ne réponds pas à nos appels, objecta l’officier d’une voix paniqué. »
Grammont regarda pendant quelques instants le chaos de la bataille qui s’étendait sous lui.
« Ordonnez aux vaisseaux cachés de se déployez pour protéger l’évacuation de la base, finit il par dire. »
« Ils ont été détruits par la flotte qui a ouvert notre blocus, répondit l’officier. »
« A ces fameux vaisseaux qui ont réussi à se cacher sur la planète, soupira Grammont. Ordonnez à touts le personnel de la base de se réfugier dans la partie supérieure et aux troupes au sol de gagner du temps. Une fois que nous aurons évacuer, ils se replieront vers les vaisseaux de repli qui leurs sont alloués. »
Le duc regarda encore une fois la bataille, espérant que le subterfuge allait réussir.

« Quel merdier, maugréa Milou en regardant la bataille au loin. J’ai une question, pourquoi on n’y va pas ? »
La navette tomba alors en chute libre sur plusieurs mètres, souleva le cœur des deux jeunes femmes et des commandos survivants du major Ombre. Les occupants clones de la navette ne semblèrent pas affectés.
« Toutes les batailles ne sont pas gagner sur les terrains les plus visibles, répondit alors Yr86. Mais ne vous inquiétez pas jeune Milou, notre action sera décisive. »
« Vous savez que vous ressemblez beaucoup à Lestate quand vous dites ça, remarqua Milou. »
« Et pourquoi avez-vous l’air si abattu, demanda le Major clone. »
« C’est qu’à chaque fois qu’il avait cette expression c’est qu’on se jetait dans le gueule du loup, répondit la jeune femme. »
Elle crut alors voir un sourire sur le visage du clone, mais celui-ci rabattit son casque, et la navette effectua un plongeon vertigineux dans les ténèbres.

Bhaal évita de justesse une rafale de blaster alors qu’il consultait les scanners évolués de son équipement. Le peloton Dragon réagit promptement et élimina l’escouade ennemie qui tentait une contre attaque dans un déluge de tirs lasers. De loin la manœuvre semblait être aussi inorganisé que brutale, mais pour celui qui connaissait l’art de la guerre, la méthode de tir en strate qu’avait appliqué le peloton était des plus impressionnant. Mais Bhaal était loin de ces considérations, son cerveau s’occupant de résoudre les incohérences que ces capteurs indiquaient.
« Azazel, je crois qu’on a un problème, souffla alors le commandant clone. »
« Et tu pourrais être plus explicite, demanda ironiquement Azazel. »
« Si je te dis que la partie supérieur de la base de Grammont est un vaisseau en train de préchauffer ces moteurs, t’en pense quoi ? »
« Ba, il va falloir qu’on accélère le mouvement, suggéra Azazel. Thor, t’es avec moi. »
« Si j’ai la même idée que toi, je suis ok, répondit Thor. Je contacte le « Survivant », c’est lui le plus prés. »

Jée-dai ne fut à peine surprit par la demande d’Azazel et des autres commandants clones. Comme eux, il avait deviné ce qui se tramait et il avait anticipé leur demande. Alors que les volées de torpilles fusèrent en hurlant dans l’atmosphère de Seka, il se demanda tout de même comment les commandants clones savaient qu’il était là avec ces trois vaisseaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:35

L’impact des projectiles envoyaient par le « Survivant » arracha littéralement les portes de la base de Grammont. Une série de tirs ioniques provenant des transporteurs Imperator de Cyrilhorus, endommagèrent partiellement le vaisseau dissimulé dans la base ennemie. Les officiers centauris ne purent s’empêcher de se demander comment les commandants clones avait su. Mais ils ne furent pas au bout de leurs surprises. Les trois commandants clones surgirent des rangs et fondirent vers les portes ennemis. Ils n’avaient en main que leurs armes blanches, c'est-à-dire une double lame pour Azazel, deux épées avec deux lames parallèles pour Bhaal et une paire de fouet et de kukri pour Thor. Malgré cette absence apparente d’armes, les trois clones atteignirent en quelques instants les portes de la base, leurs armes déviant les tirs de laser et tout ceux qui se mettaient en travers de leurs chemins. Dans leurs traces, les tourelles défensives explosèrent, projetant des débris enflammés aux alentours, et laissant des chemins sur pour les troupes d’assauts. Derrière leurs chefs, les pelotons de clones chargèrent en direction de la grande porte dans une déferlante de tirs de blasters et de roquettes. Une des dernières colonnes de droides tenta d’arrêter les trois clones. Bhaal s’arrêta et leva le poing, d’un air presque désinvolte. Des blocs de terre de plusieurs tonnes surgirent alors du sol, écrasant impitoyablement les soldats mécaniques. En quelques instants et grâce à seulement trois hommes, la bataille avait changé de tout au tout.
« Monsieur, on fait quoi, demanda un officier à Cyrilhorus. »
« Sécuriser l’accès de la base, et envoyer des troupes soutenir les clones, sinon l’histoire retiendra qu’ils ont vaincu à eux seul, répliqua Cyrilhorus. »

« Patron, les portes de la base sont tombées. »
« Bien, nous pouvons y aller, le dernier acte ne vas pas tarder. Accrochez vous derrière, ça ne va pas être une promenade. »

Les gardes de Grammont poussèrent rudement Emera dans la salle de commandement.
« On dirait Grammont que vous êtes proche de la défaite, railla la jeune femme. »
« Les victoires les plus éclatantes ne sont pas forcément les plus visibles, répondit alors le duc. »
« Pourtant les défenses de votre base sont détruites, et votre flotte en orbite est en déroute, rétorqua la jeune femme. Si ça se n’est pas une défaite, alors qu’est-ce ? »
« Disons que cet victoire va me coûter plus cher que prévue, soupira Grammont. Mais ne vous inquiétez pas pour mes hommes, ils sont dans les vaisseaux prévus pour leur évacuation. »
« Monseigneur, les troupes ennemis sont bien engagées, signala alors un officier. »
« Bien, alors intercepter les, ordonna Grammont. Je vous ai dis ma chère, la situation est toujours à mon avantage. »

Alors que Cyrilhorus s’apprêtait à entrer dans la base ennemie, de lourdes portes se refermèrent, séparant les unités d’assaut. De lourdes batteries sortirent alors des murs, éliminant les troupes qui c’était engagé dans le tunnel. Plus en avant, les commandants clones avaient senti le piège se renfermer, mais leur situation n’était pas vraiment glorieuse, bloquer par les lourdes portes qui se détruisaient difficilement. Alors que les trois commandants clones utilisaient la Force pour ouvrir la porte, et accessoirement tuer les troupes en embuscade derrière, plusieurs pans de mur sautèrent, révélant les troupes d’Yr86.
« Un peu d’aide serait-il le bienvenu, demanda alors le Major clone. »
« Ca pourrait être utile, répondit Azazel. On a perdu l’essentiel de notre effectif dans ce fichu corridor, ils nous restent que nos pelotons personnels. »
« Disons qu’en hommes, je n’ai guère plus que vous, dit le Major clone. Mais par contre on a dégagé le chemin jusqu’à la passerelle. »
« Bon on prend ce qu’on peut railla Thor. Alors en avant. »

« Monseigneur, un vaisseau inconnu en approche rapide, s’exclama un officier. Il va nous empêcher de décoller. »
Alors que Grammont s’apprêtait à répondre, la porte de la passerelle explosa, et quatre pelotons de clones, accompagnés des survivants du commando du Major Ombre et des Amazones surgirent en faisant feu de toutes leurs armes. Instinctivement les gardes de Grammont se mirent à couvert et ripostèrent, alors que des plaques de blindages isolées les fosses de contrôle du vaisseau. Grammont contre à lui attrapa Emera et plaqua son blaster contre sa tempe.
« Cessez le feu, où je la tue, cria-t-il pour couvrir le vacarme de la bataille. »
Immédiatement les attaquants cessèrent le feu.
« Bien, maintenant posez vos armes, ordonna le duc. »
« C’est ça, et tu crois qu’on va t’obéir, répliqua Aurore en mettant la tête de Grammont en joue. »
« La situation n’est plus à votre avantage duc, remarqua Emera. Même avec vos gardes, vous ne pouvez pas espérez vaincre quatre pelotons de clones, surtout cela !!! »
« Je ne crois pas jeune Emera, répondit Grammont. A chaque seconde qui passe, vos chances vous enfuir diminue. »
Un voyant sur le poignet de Grammont se mit à clignoter, et ce dernier sourit de plus belle.

Cyrilhorus regarda avec horreur le vaisseau ennemi s’élevait au-dessus du champ de bataille.
« Avertissez la flotte qu’il l’empêche de s’enfuir, ordonna Cyrilhorus. »
Un sourd grondement se fit alors entendre, et une flèche de feu transperça le ciel en direction du vaisseau ennemi.
« Tu as bien vu ce que je viens de voir, demanda le général Big-Oh interloqué. »
« En effet, répondit Cyrilhorus. Mais je n’arrive pas à y croire. »

« Vous pouvez toujours vous rendre duc, suggéra Azazel. »
« Et pourquoi le ferais-je, demanda le duc. »
« Vous ne traverserez pas le blocus, rétorqua Yr86. Votre vaisseau n’y résistera pas. »
« Au contraire, répondit le duc. Vous n’avez pas remarqué, mais le vaisseau conserve la gangue rocheuse qui le maintenait à la planète. Grâce à ce bouclier supplémentaire, nous pourrons traverser votre blocus sans problème. Toutefois nous pouvons toujours parler de votre reddition à tous. »
C’est alors que le vaisseau arrêta brusquement son ascension, comme stoppé par une main géante. Tous furent projetés à terre sans autre forme de procès. C’est alors que le toit de la passerelle disparut, arraché par un rayon tracteur. La coque rouge sang de « L’Aramidia » apparut alors et Lestate sauta alors, suivit par 6 ARC troopers. Il ne fallut que quelques instants pour que les deux lames aux cortiosis ne mettent hors combat Grammont, alors que les 6 clones s’occupaient des gardes du duc. Moins de 15 secondes après la secousse initiale tout fut terminé, comme dans un rêve. Emera se releva alors, et vit Grammont défier Lestate du regard.
« On dirait cher duc que vous avez perdu la partie, dit l’aramidien alors qu’il lui passait les menottes. »
« Ce n’est pas possible, s’exclama Grammont, vous n’avez pas pu lui échapper. »
« J’ai vaincu de pires ennemis, répondit l’aramidien. Et cela m’a coûté plus cher que cette victoire. »
Emera frissonna en voyant les cicatrices du visage, et l’œil rouge sang ainsi que les cheveux blancs qu’arborait Lestate.
« Aller, en route Grammont, ordonna Lestate en passant à coté d’Emera sans lui jetait un regard. Vous avez des ordres à donner. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:36

Epilogue du cycle de la traque

Grammont ne mit pas longtemps à faire atterrir son vaisseau. Une fois au sol, il fut emmené dans une des navettes des clones, à coté de « L’Aramidia ».
« Comment avez-vous fais pour lui échapper, demanda Grammont. Il m’a juré de vous avoir sous son contrôle. »
« Disons qu’il est tombé sur un os, railla Lestate. »
« Faites attention à ce que vous faites Lestate, répondit Grammont. On ne se tire pas aussi facilement de ces griffes. »
« Ne vous inquiétez pas, je le combattrai de nouveau et je le vaincrai, soupira Lestate. »
« Il y a bien trop d’ombres en vous, observa Grammont. Même sans avoir ces pouvoirs je le vois. Il pourra vous faire basculer facilement. »
« Je ne crois pas, affirma doucement Lestate. »
« Pourtant, vous ne l’avez pas vaincu, objecta le duc. »
« Mais vous oui, coupa Lestate. Et il est le prochain sur la liste. »
Le jeune aramidien se retourna alors et partit.
« Alors pourquoi fuyez-vous mes arguments, observa Grammont. Vous l’avez libéré n’est-ce pas ? »
D’un simple geste, Lestate claqua la porte, faisant taire le duc.

Après le chaos qui avait suivi la fin de la bataille, Emera n’avait pas eu le temps de voir Lestate. Lorsqu’elle traversa le camp provisoire des clones qui servaient de base à toutes les unités présentent sur Sekam, elle avait l’intention de lui parler. Elle le vit en train de réparer des dégâts mineurs sur son croiseur.
« Je voudrais te parler, dit la jeune femme. »
« Que veux-tu, répondit Lestate d’un ton las. J’ai un programme plutôt chargé. »
« Pourquoi m’as-tu laissé croire à ta mort, explosa Emera. Et pourquoi me fuis-tu ? »
« Considère que je suis déjà mort, répliqua froidement Lestate. Celui que tu as aimé est bien mort sur Abeir-Thoril. »
« Pourquoi essayes-tu de me repousser, gronda la jeune femme. Je te connais, je sais que ce discours tu te l’as répété moult fois avant que tu reviennes, alors pourquoi ? »
« Je ne veux plus te faire souffrir, répondit Lestate. C’est pour ça tout simplement. »
« Ca ne marche pas comme ça, dit la jeune femme en l’embrassant. Tu es toujours celui que j’aime et tu le seras toujours. »
Lestate se laissa aller à l’étreinte de sa compagne, mais au fond de son esprit, une ombre se mit à rire.

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:37

Chapitre 64 : Nouveau Départ
Cycle du sombre rêve

Quelques heures après l’annonce de la résurrection de Lestate, « Le Rédemption » entouré du « Méduse » et du « Chimère » apparurent dans le système de Sekam.
« On dirait que mes codes d’urgences sont toujours actifs, remarqua Lestate alors que les trois destroyers manoeuvraient en direction du « Renaissance ». »
« L’annonce de votre retour semble en effet être perçu comme un élément important pour tout vos amis, observa Yr86. »
« Ils ont trop besoin d’un chef de sa trempe plutôt, objecta Azazel. »
« Arrêtez de vous chamailler tout les deux, coupa Lestate. Et allons accueillir ce vieux pirate de Faab. »

La navette en provenance du « Renaissance » atterrit impeccablement sur le pont du super destroyer. A peine les patins eurent-ils touché le sol qu’une escouade de soldats se déploya, formant une haie d’honneur pour leur chef. Lorsque la rampe se déploya dans un sifflement aigu, tous les gardes à l’unisson se mirent au garde à vous.
« Joli manœuvre, observa Bhaal. »
« On dirait Faab que tu n’as pas lésiné sur l’entraînement des troupes, remarqua Lestate. »
« Oui moi aussi je vais bien, rétorqua Faab. Et je te remercie de t’en inquiétez !!! »
« Toujours aussi susceptible, railla Lestate. Enfin toi tu ne me reproches pas d’être mort un certain temps !!! »
« Toi mort, et puis quoi encore, pouffa Faab. Tu es comme un cauchemar : irritant et éternel. »
« Et d’où te viens tant d’assurance, s’étonna Lestate. »
« Ton fichu tas de ferraille c’est fait la malle à la fin de la bataille d’Abeir-Thoril, répondit Faab. Et tous mes mouchards se sont fait désactivés !!! Je te connais assez pour savoir que personne à part toi ne peut piloter « L’Aramidia ». J’ai juste attendu que tu réapparaisses. Mais j’aurai cru que tu m’aurais averti personnellement. »
« J’ai pas vraiment le temps, lâcha Lestate. Mais pour ce genre de question, il y a un briefing dans deux heures sur « Le Rédemption ». Tâche d’être à l’heure. »
« Et moi qui regrettait ton absence, soupira Faab. Je suppose que je dois tout préparer dans cet intervalle. »
« Tu as tout compris, répondit Lestate en souriant. »

Lorsque qu’Azazel entra à la suite de Lestate dans la salle de briefing du « Rédemption », il siffla en voyant les personnes qui y étaient rassemblé. Sur la droite de la table se trouvait le maître de guerre et ancien Pharaon Cyrilhorustha’ar, accompagné par son fidèle second, le général Big-Oh. A leur droite se trouvait Amato Anubismose, un des membres d’une des vingt familles royales centauris, et accessoirement un des plus grand contrebandier de l’Empire centauris. Enfin en bout de table se trouvait Pash et Faab, un toydarian verdâtre et un zabrak, les maîtres des Marteleurs, la plus ancienne et la plus puissante des organisations gérant les trafics illégaux dans l’Empire Aramidien. En face de lui, se trouvait le duc Grammont, le leader déchu de plusieurs tentatives de prise de pouvoir. Il était entouré par Thor et Bhaal, qui veillait sur lui avec attention. A coté d’eux, Azazel reconnu le major Ombre, l’un des meilleurs commandos qu’il avait eu l’occasion e rencontrer. A coté de lui se tenait le Major Emera, le leader de l’escadron Amazone, l’élite des pilotes aramidiens, et accessoirement la compagne de Lestate. Enfin en bout de table, juste avant une chaise vide qui lui était destiné, se trouvait la commodore Saab, une solide aramidienne qui dirigeait la flotte aramidienne.
« Tout ce qui se fait de mieux en matière de combattants de tout le secteur, à part ce vieux renard de Jée-dai, souffla Azazel à l’attention de Lestate. Quand tu réunis tes alliés, ça fait une sacrée puissance de feu dans la même pièce. »
« Espérons que la pièce soit assez solide, remarqua Shadow, le second d’Azazel. »
Lestate leur adressa un sourire et entra dans la salle, se dirigeant vers la chaise vide en bout de table à l’opposé de la salle de briefing. Derrière eux, Yr86 verrouilla la salle, et activa les systèmes de brouillage. D’un signe de tête, il indiqua à Lestate que tout était en ordre.
« Bien, on peut commencer, dit Lestate. Je parie que vous mourrez tous d’envie de savoir ce que j’ai fais lors de ma mort. Et bien pour une fois je vais faire ce que vous avez envie, à part si vous avez des questions. »
« Pourquoi un tel luxe de précaution, s’étonna Amato. Une salle sécurisée, et des vaisseaux plongés en hyperespace pour éviter toutes tentatives d’espionnages. Je sais que tu es prudent et méfiant de nature mais là ça frise la paranoïa. »
« Disons que ce que je vais vous conter va déterminer l’avenir de tous, souffla Lestate. D’où ces mesures de sécurité dirons nous assez strict. »
« Je te signale mon ami que tu n’as jamais été un bon conteur, railla Faab. »
« Ne t’inquiète pas, grâce à la Force, vous allez littéralement vivre mon histoire, siffla Lestate d’une voix sombre. »
C’est alors que tous sombrèrent dans une sorte de transe.

« Ravi de vous voir Monsieur, dit Yr86 en se mettant au garde à vous. »
« Quel est la situation sur Abeir-Thoril, demanda abruptement Lestate. »
Le Major clone ne tressaillit pas en voyant les changements sur son ancien commandant. Malgré les cicatrices qui couraient sur son visage, son œil rouge sang et sa main droite dans un gantelet de régénération, Lestate semblait en pleine possession de ces moyens, même si l’aura qu’il émettait été plus sombre qu’a l’accoutumé.
« La bataille tourne à la faveur des Aramidiens et des Centauris, deux des vaisseaux de commandement clones ayant été détruits, énonça le major clone. Les troupes d’Azazel, de Bhaal, de Jackal et de Thor se battent bien, mais elles vont perdre. D’ailleurs on a perdu le contact avec les commandants clones. »
« Bhaal, Thor et Azazel s’en sortiront, coupa Lestate. Je suis moins sur pour Jackal. »
« Jée-dai m’avait dit que tu allais répondre ça, lâcha Yr86. Il m’a aussi demandé de t’amener à lui dès que tu serais là. »
En quelques instants Lestate et Yr86 arrivèrent sur la passerelle du destroyer de classe Vénator. Au loin, les explosions de la bataille s’espaçaient de plus en plus, démontrant qu’elle touchait à sa fin.
« Bienvenue à bord du « Survivant », dit Jée-dai. »
« Yr86 m’a dit que tu voulais me voir, coupa Lestate. »
« En effet, acquiesça l’humain. Vu que tu es mort pour la galaxie, il est temps que tu remplisses la mission pour laquelle tu es formé. »
« Continue, tu m’intéresses, dit Lestate. »
« Lorsque les Survivants m’ont sauvés, ils m’ont expliqués pourquoi ils veillaient sur toi. Ils m’apprirent entre autre que tu étais la matrice d’un groupe de clones lié à la Force, crée dans un but précis. »
« Poursuivre et éliminer tout les jedis qui avaient survécu à l’ordre 66, coupa Lestate. »
« Il avait Dark Vador pour ça, rétorqua Yr86. Et se dernier s’en sortait correctement. »
« Alors pourquoi, demanda Lestate. »
« C’est ce que j’allais te dire avant que tu me coupes, railla Jée-dai. En fait ce n’était pas pour ça, même si vous avez parfois remplie cette mission. Palpatine vous avez créé dans un but bien précis, et beaucoup plus important. »
« Qu’est-ce qui pourrait être plus important que l’élimination de ces pires ennemis, s’étonna Lestate. »
« Dark Plagueis, dit Jée-dai. Il s’agissait du précèdent Seigneur Sith, celui qui a formé Palpatine lui-même. Mais comme les Siths sont les Siths, Palpatine l’avait assassiné pour devenir le Maître. »
« S’il était mort, pourquoi Palpatine avait besoin de nous, demanda Lestate. »
« Plagueis avait réussi à maîtriser tellement les arcanes du coté obscur qu’il avait réussi à maîtriser la vie, répondit Jée-dai. C’est pour ça que Palpatine se méfiait de sa soi-disant mort. »
« Donc il a créé des clones capable de sentir et d’utiliser la Force pour s’assurer que son ancien maître est bien mort, conclut Lestate. »
« En effet, acquiesça Jée-dai. »
« Et qu’on trouver les clones sur Plagueis pendant mon absence, demanda Lestate. »
Jée-dai se retourna alors vers Yr86.
« Nous savons qu’il est en vie, bien que nous ne l’avons jamais combattu, rapporta le clone. Nous avons traversez la galaxie pendant des années, avant de venir dans ce secteur. Les commandant Azazel, Bhaal, Jackal et Thor ont senti la présence de Plagueis et nous avons tenté de le localiser. Ensuite la guerre civile a pris tellement d’ampleur que Palpatine à nommé Jackal moff du secteur, et nous avons été mis en dormance en attendant des jours meilleurs. »
« Pourquoi a-t-il nommé Jackal Moff, s’étonna Lestate. Je ne l’ai jamais compris !!! »
« Jackal était le plus fanatique des commandants clones, surtout après ta disparition, répondit Yr86. Palpatine voulait l’aguerrir suffisamment pour qu’il puisse dominer les autres commandants. »
« Mais comment avez-vous émergé de votre stase et quand, interrogea Lestate. »
« Lors de la mort de l’Empereur, la fluctuation dans la Force a réveillé les commandants clones, dit Yr86. Ils se sont alors joint à Jackal et vous connaissez la suite. »
« Ont-ils continué leurs recherches, demanda Lestate. »
« Bien sur, mais avec tous les évènements qui se sont enchaînés cela à ralentit nos recherches, confessa Yr86. »
« Donc maintenant c’est à moi de continuer le boulot, conclut Lestate. »
« En effet, dit Jée-dai. En te surveillant, j’ai appris que tu étais en contact avec le maître Jedi Luke Skywalker. Je pense qu’il pourra te trouver des informations concernant ce Plagueis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:38

« Temple Jedi, ici « Aramidia », demande autorisation d’atterrissage au grand temple, lança Lestate dans son système de communication. »
Lestate répéta plusieurs fois son appel avant que quelqu’un ne lui réponde.
« Comment allez-vous, Corran Horn, demanda Lestate alors qu’un homme aux cheveux noires et aux yeux verts d’eau se matérialisa. »
« Salut à toi Lestate, répondit Corran. Maître Skywalker m’a prévenu de ton arrivée, mais il n’arrivait pas à savoir ce que tu voulais. »
« C’est quoi ce petit interrogatoire, demanda Lestate. Enfin rien d’étonnant pour un ancien de la Corsec.»
« On appelle ça de la déformation professionnelle, soupira Corran. Pose toi sur l’aire à coté du grand Temple. »
« J’ai un vecteur d’atterrissage, questionna Lestate. »
« Non, rétorqua Corran. L’académie n’a pas assez de visite pour avoir besoin de telles mesures. Pose toi comme tu le sens. »
Lestate vit plonger son croiseur dans l’atmosphère, les premières couches de l’atmosphère faisant vibrer le croiseur. T5 roula alors jusqu’au siége de Lestate et lança une trille interrogatrice.
« Non, laisse nos anges gardiens en sommeil, répondit Lestate après avoir lu la traduction qui s’affichait sur son écran. Il n’y a pas de danger chez ces jedis. »
Le droide ronchonna jusqu'à ce que Lestate fasse une boucle autour du grand Temple Jedi de Yavin 4, posant son croiseur rouge sang au milieu de l’aire jouxtant le praxeum. Il vit Luke et Corran, accompagnaient de deux frêles silhouettes. Lorsque la rampe de débarquement se déploya et que les senteurs de la lune montèrent jusqu'à ces narines, Lestate se souvint de sa courte mais intense période sur cette planète il y avait déjà de ça quelques temps. Luke Skywalker s’approcha de Lestate, son aura calme et déterminée contrastant avec le bouillonnement perpétuel de l’aramidien.
« Bienvenue à toi mon ami, salua Luke. Bienvenue sur Yavin 4. »
« Je te salue Luke, répondit Lestate. A moins que je dois dire Maître Skywalker. »
« Je ne pense pas que se soit nécessaire, remarqua Corran. Tu n’as jamais suivi de cours ici, comme Mara Jade. »
« En effet, acquiesça Luke. Tu t’es formé seul, en traversant de nombreuses et périlleuses épreuves. »
« En effet, soupira Lestate. Mais puis-je te demandé qui sont ces deux jeunes gens ? »
Lestate s’agenouilla à la hauteur des deux enfants. Il reconnut les traits mêlés de Leia Organa et de Yan Solo sur leurs visages enfantins, particulièrement dans la lueur dans leurs yeux.
« Oncle Luke, c’est un jedi, demanda alors le garçonnet. »
« En effet, Jacen, acquiesça Luke. Même s’il ne correspond pas aux critères des jedis habituels. »
« Je te remercie Luke, souffla Lestate. Mais pourquoi veux-tu me les présenter ? »
« J’aimerais avoir ton avis sur eux, répondit Luke. Tu es un des rares jedis que je connaisse à avoir une expérience de la Force très différente de la mienne. Après je répondrais à toutes tes questions. »
« Un point de vu différent du tien sur le potentiel de ton neveu et de ta nièce en échange d’informations, synthétisa Lestate. »
Luke affirma d’un signe de tête. Lestate laissa la Force l’envahir, et il la projeta vers les deux enfants. Dans un premier temps, les deux enfants résistèrent à la sonde mentale, mais Lestate envoya des ondes apaisantes qui lui permirent de s’infiltrer en eux. Il y rencontra alors un phénomène étrange, une sorte de résonance dans la Force, qui l’amplifier. Le contact de ces deux enfants avec la Force était aussi naturel que le sien et celui des autres clones. Ils la maîtrisaient même plus que Lestate à son âge. Une série d’image dansèrent dans l’esprit de Lestate. Des images de joies, de peines, de guerre et de paix, mais avec une puissante intrinsèque beaucoup plus forte que la normale, comme démultiplier par leur contact avec la Force. Les images continuèrent à se ruer vers Lestate, manquant de l’engloutir, l’alternance de souffrance et de bonheur le déconcentrant. Il se sentit alors basculer en arrière et une vive douleur le traversa. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il était par terre, les deux enfants le regardant avec étonnement.
« C’était quoi tout ça, demanda la fillette en regardant Lestate. »
« Votre avenir petite, répondit Lestate. Vous accomplirez de grandes choses tout les deux. »
Luke le regarda intensément, se demandant ce que l’aramidien avait vu.
« Ne t’inquiètes pas Luke, souffla Lestate. Je n’ai pas vu ces deux bambins se transformer en Dark Vador, enfin pas plus que ça !!! »
« Je te remercie, dit alors le jedi. Jacen, Jaina, allez rejoindre les autres apprenties, j’ai à parler avec Lestate. »

Malgré ces dires Luke disparut rapidement, apparemment troublé par la demande de Lestate. L’aramidien resta alors seul avec Corran Horn qui passait quelque temps au Temple Jedi.
« J’appris ce que tu as fait sur Corkrus, dit Lestate. Beau boulot !!! Mais si je me rappelle tu n’es pas encore un élève à temps plein de l’Académie. »
« Je ne suis que de passage en effet, admit Corran. Mirax et Valin sont en vadrouilles sur le destroyer de Booster, donc j’en ai profité pour venir voir Maître Skywalker. »
« Et comment se porte la République, demanda Lestate. »
« Ba la dernière crise commence à dater, soupira Corran. Lentement mais sûrement les Impériaux reculent et on dit même que Leia Organa se prépare à tenter de rallier le système corellien. »
« La paix en gros, résuma Lestate. La fin du temps des guerriers !!! »
« On peut dire ça comme ça, observa Corran. Mais on a toujours besoin de guerriers pour maintenir la paix. Tu le sais bien, surtout vu d’où tu viens !!! »
« En effet, acquiesça Lestate. »
« Et comment ça se passe chez toi, demanda le corellien. »
« Une crise vient de se terminer, soupira Lestate. Il n’y a plus qu’attendre la prochaine. Mon peuple n’est jamais vraiment en paix. »
« C’est pour ça que tu es ici, remarqua Corran. »
« Oui et non, répondit Lestate. Disons que je cherche les renseignements pour éviter une crise. »
« Et bien en attendant si on voyait si tu arrives toujours à me battre en duel, lâcha Corran. »
Lestate eut un sourire carnassier, et ces deux vibrolames fendirent l’air.

Lorsque Luke revint, les deux hommes étaient toujours en train de s’entraîner. Il vit Corran son apprentie résister vaillamment aux talents consommés de duelliste de Lestate, qui finissait immanquablement par prendre le dessus.
« Tu te défends bien Corran, même si tu penses trop, commenta Luke. Laisse la Force te guider, ne dirige plus mais fie toi à ton instinct. »
Corran fit un signe de tête, mais malgré tout Lestate le dominait toujours.
« On dirait que c e n’est pas la bonne solution, geignit Corran une fois à terre. De plus Lestate réfléchit tout le temps, il ne se laisse pas entraîner par la Force. »
« Disons que nous n’avons pas tous l’affinité que Lestate a avec la Force, ni sa capacité à s’en servir de manière direct, répondit Luke avant de se retourner vers l’aramidien. Lestate, je crois que j’ai les informations que tu désires. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:38

Chapitre 65 : Mon frère ennemi
Cycle du sombre rêve

Les senteurs de Yavin 4 étaient entêtantes et organiques, à des lieux des senteurs salées et secs qui caractérisés la plupart des mondes où Lestate avait mis les pieds. Elles n’avaient aussi rien à voir avec l’atmosphère recyclé des vaisseaux spatiaux, où Lestate passait encore plus de temps. Les arbres oscillaient sous la brise du soir, alors qu’en face de lui, Lestate vit la massive planète Yavin envahir le ciel.
« Lestate en pleine méditation, voilà qui est plutôt rare, observa Luke en gravissant les dernières marches du grand Temple massassi. »
Derrière le maître jedi suivait Streen, l’ermite de Bespin qui avait rejoint la première promotion de l’académie jedi et qui allait en prendre la tête un de ces jours. Et encore derrière l’humain, Lestate reconnut le regard vert et perçant de Corran Horn.
« Et pourquoi une telle délégation de jedis des plus fameux, railla Lestate. »
« Disons que ces informations pourraient tous nous intéresser, répondit Luke. »
L’humain posa alors un holocron triangulaire aux faces noires, alors que ces compagnons s’asseyaient en tailleur autour de l’appareil.
« J’ai donc fais des recherches comme tu me l’avait demandé Lestate, commença Luke. Pour ceux d’entre nous qui ne sont pas au courant, Lestate m’a demandé de me renseigner sur l’éventuel maître de l’Empereur. J’ai utilisé les holocrons des Siths que j’ai récupéré lors de ma période auprès de l’Empereur sur Byss. »
« Et qu’as-tu trouvé, demanda Lestate, ces yeux fixant avec intensité le jedi. »
« Il y a bien des références à un maître de Palpatine, continua Luke. Cela est normal, vu qu’à cette époque les Siths appliquaient la règle de « Un maître, un élève ». Il semblerait que Palpatine ait eu un maître et qu’il l’a tué relativement tôt avant son ascension au pouvoir. Mais il semblerait qu’il ne croyait pas à sa mort, ce qui a entraîné votre création, à toi Lestate et aux autres clones spécialisés. »
« Aurais-tu une idée de sa localisation, coupa de nouveau Lestate. »
« Il semblerait qu’après ta perte, Palpatine devint très prudent avec ces unités clones, croyant que c’était son ancien maître qui t’avait enlevé pour te former contre lui, répondit Luke. Mais il a continué ces enquêtes, sous couvert de la répression des débuts de la guerre Civile. C’est pour cela qu’après des recherches il a envoyé des frères dans les empires centauris et aramidiens qui était à son avis l’un des seuls endroits où la Force était suffisamment puissante et l’agitation suffisamment visible pour le cacher. »
« Je ne savais pas que cette agitation était si importante, remarqua Corran. Certes l’Empereur a déployé de nombreuses unités chez vous, mais je ne croyais pas à ce point là. »
« Au contraire, dit Luke. Sans cette agitation et toute les ressources due l’Empereur y consacré, l’Alliance aurait sûrement écrasé à sa naissance, et après la victoire d’Endor. »
« Et pourquoi ça, s’étonna de nouveau Corran. »
« C’est à cette époque que nos deux peuples se sont ouvertement rebellé et ont commencé à harceler les forces impériales, répondit Lestate. A ce moment là, l’Empereur alloua beaucoup de ressources pour canaliser nos deux peuples, mais il n’y ait jamais parvenu. »
« Et les holocrons laissent penser qu’il attendait que son ancien maître ne refassent parler de lui une fois la rébellion suffisamment avancé, répliqua Luke. »
« Et avez-vous une idée de la planète où il était, demanda Streen. Un Seigneur Sith vivant et en liberté c’est plutôt inquiétant. »
« En effet, dit Luke. Une seule planète me semble adéquate après étude de la géographie de l’Empire aramidien. »
Une planète entourée d’une sphère de cristal apparut alors.
« Abeir-Thoril, évidemment, soupira Lestate. Comme si c’était étonnant !!! »

Il fallut plusieurs heures à Lestate pour quitter l’hospitalité des jedis. Et malgré la volonté de Luke, Lestate ne laissa aucun indice sur ces buts. Lorsque le croiseur rouge vif sauta en hyperespace, Lestate appela ces six anges gardiens, des clones ARC qui se trouvaient en stase dans une zone du vaisseau.
« Que voulez-vous patron, demanda C1. »
« Briefing de la situation, dit Lestate. Notre objectif est simple : débusquer Plagueis où qu’il se trouve sur Abeir-Thoril. »
« Excusez moi patron, interrompit C2, mais cela c’est de votre ressort. »
« Disons que j’aimerais vous avoir en joker, dit Lestate. Votre mission est simple : me suivre sans que je m’en rende compte et intervenir en cas de besoin. »
« Et comment indiqueriez-vous que vous avez besoin d’aide, demanda C1. »
« Cela sera à votre entière appréciation, répondit Lestate. Voilà pourquoi c’est vous que j’ai demandés pour cette mission. Allez, nous avons une journée et demi avant d’arriver, d’ici là informez-vous sur la zone de la mission et essayez de vous détendre. »
« Bien patron, dirent à l’unisson les six clones. »
Alors que Lestate regardait les six clones quitter la cabine de pilotage, il sentit une présence immatérielle émerger de la Force.
« Que me veux-tu ma chère mère, demanda sans préambule Lestate. »
« Pourquoi tant de froideur, interrogea Ara. »
« Je me demandais juste ce que tu veux, maugréa Lestate. Ca fait un bail n’est-ce pas ? »
« En effet, cela fait un certain temps que je ne suis pas venu sur le plan matériel pour te rendre visite, acquiesça Ara. »
« Et alors, quelles sont les raisons de ta venue, demanda Lestate, visiblement de mauvaise humeur. »
« Je voulais savoir quelles sont les raisons de cette nouvelle croisade, finit par demander Ara. »
« Quelle croisade, s’étonna Lestate. »
« Je me doute que tu ne vas pas sur Abeir-Thoril à l’issue de tes compagnons pour le plaisir de la balade et de la solitude, railla Ara. »
« Et pourquoi pas, répliqua Lestate. »
« Ne me prend pas pour une gamoréenne, grogna la spectre. Alors pourquoi ? »
« Plagueis est encore en vie, répondit Lestate. J’accomplis ma destinée et je vais m’occuper de cette menace avant qu’il ne provoque une nouvelle guerre. »
« D’après toi, pourquoi il ne c’est pas manifesté jusqu'à aujourd’hui, demanda brusquement Ara. »
« Je ne sais pas, gronda Lestate. Raison de plus pour savoir. »
« En gros je te ferais pas changé d’avis, soupira Ara. »
« Même la mort elle-même ne me détournerait pas de mon chemin, lâcha Lestate alors que le spectre de sa mère s’évanouissait. De toute façon pour cette galaxie, je suis déjà mort. »

« L’Aramidia » émergea de l’hyperespace en orbite de la dernière planète du système d’Abeir-Thoril, une simple boule de rocs et de glaces perdu aux confins du système. Après un scan rapide de la zone, Lestate enclencha la procédure de métamorphose du vaisseau. Il laissa en orbite quatre de ses modules de propulsions, et lança la procédure de peinture du vaisseau. En quelques minutes, « L’Aramidia », le puissant croiseur de l’Ancienne République à la coque rouge vif et aux sept puissants moteurs c’était transformé en un vulgaire vieux transporteur de l’Ancienne République, à la coque grise parsemé de plusieurs réparations de fortune de diverses couleurs. Là où se trouvait des blocs d’armements mobiles il ne paraissait plus qu’avoir de vieux blocs de fret usé et des rajouts hasardeux de pièces d’équipements. Le mortel vaisseau d’un des plus grands guerriers n’était plus qu’un banal cargo de transport moult fois modifié et réparé.
« Une question Monsieur, dit brusquement C1. Comment comptez-vous récupérez vos moteurs en cas de situation d’urgence ? »
« J’ai un système de rappel qui me permettra de les faire venir au besoin, répondit Lestate. Une fois proche il faut 15 secondes aux blocs moteurs pour se raccorder au reste de la carlingue. »
C1 hocha la tête et repartit en direction des tréfonds du vaisseau. Lestate reprit les commandes et dirigea le croiseur avec un pilotage lent et malhabile, pour convaincre quiconque qui l’observait qu’il s’agissait d’un bon gros cargo de fret. Pourtant le vaisseau était encore pleinement opérationnel, la perte des quatre moteurs auxiliaires limitait juste un peu la vitesse de pointe et la manoeuvrabilité en cas de manœuvre extrême. Il fallut un peu moins d’une heure pour que Lestate rallie le bord de la ceinture de cristal qui entourait une partie du système. Lorsqu’il arriva en vue des stations d’amarrage d’une des trois brèches permettant d’accéder à Abeir-Thoril, Lestate fut contacté par le système de régulation du trafic. Après un cour interrogatoire par un fonctionnaire blasé, Lestate fut autorisé à parquer son croiseur dans une zone d’attente, et une vieille navette de classe lambda, à la coque grise fatigué vint s’amarrer au vaisseau. Il y pénétra, suivit des six clones, officiellement des touristes venus d’Adelpha, et s’assit au fond de la navette, près d’un hublot. Lors du court voyage vers l’une des stations de transferts vers la planète, une espèce d’immense méduse posé près de la brèche, Lestate aperçut les vaisseaux en attente. Il s’agissait du simple yacht civil en allant jusqu’à l’immense transporteur de classe thêta en passant par de nombreux cargos corelliens de tout type, indiquant que les marchands et transporteur indépendant affectionnait la planète. Au milieu de cette myriade de vaisseau, les chasseurs de classe escort, telle d’immenses dagues de 15 mètres de longs patrouillaient pour tenter de dissuader les pirates, le blason aramidien fièrement peint sur leurs flancs.
« De bien jolis vaisseaux, commenta le copilote de la navette. Ils sont produit ici, et servent notre flotte propre de défense, aux cotés des chasseurs de classe alpha de l’Empire aramidien. »
Les passagers hochèrent la tête, mais devant le peu de succès rencontré par sa tentative de discussion, le copilote retourna dans le cockpit. Il fallut un peu moins de cinq minutes pour que la navette rallie la station de transfert. Une fois à bord, les passagers se dispersèrent, et Lestate se dirigea en direction d’un des quais permettant de rejoindre la planète. Il attendit une demi heure aux milieux des demi-elfes, des gnomes, nains et autres elfes qui désiraient rentrer chez eux. Le transporteur, un vieux voilier solaire, arriva enfin et après avoir embarqué ces passagers, il redescendit en direction de la Porte de Baldur, au bord de la mer des épées. Lorsqu’il posa le pied en ville, Lestate se dirigea vers l’hôtel du « Chant de l’Elfe », ou le tenancier, une vieille connaissance, lui devait quelques menus services. Alors qu’il déambulait au milieu de la foule bigarrée de la ville, l’aramidien ne vit pas l’homme avec une antique armure de chevaliers de l’espace qui le suivait.

Il fallut plusieurs jours à Lestate avant qu’il ne parte de la cité, temps nécessaire à l’achat de quelques affaires et de longues recherches dans les bibliothèques de la cité. Maintenant qu’il savait quoi cherché, il trouva ce qu’il voulait. Les indices qu’il avait récoltés lui firent prendre la piste d’une antique forteresse souterraine d’où personne n’était jamais revenu. Il prit la route un matin à l’aube, quittant rapidement toutes routes tracées, se dirigeant vers la mystérieuse forteresse qui se trouvait à au moins une semaine de marche. La première journée se passa sans incident, les talents de rôdeur de Lestate lui permettant d’éviter les ennuis, principalement des bandes d’orcs en maraude. Lorsque la nuit tomba, l’aramidien s’installa pour dormir dans un arbre massif, le protégeant lui semblait-il de toutes mauvaises surprise. Pourtant, le destin en avait décidé autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:39

Une bande d’une vingtaine d’orcs en maraude, espérant attaquer touts convois ou personnes peu ou pas défendues passèrent sous l’arbre de Lestate. Malgré ses précautions, ceux-ci le repérèrent alors qu’il était encore dans l’arbre. D’un geste presque négligent, il se laissa tombé à terre, alors que les premières flèches sifflèrent à ses oreilles. Les trois premiers orcs se jetèrent vers lui. D’un geste ample, il décapita ces premiers ennemis. Les archers arrêtèrent de tirer leurs traits, attendant la suite des évènements. Le chef orc, un imposant spécimen d’au moins deux mètres pour 120 kilos, fit signe à un groupe de ces congénères. 5 d’entre eux se ruèrent vers Lestate avec de longues lances, espérant éviter les deux lames mortelles de l’aramidien. Lestate se mit en mouvement alors que les orcs n’étaient plus qu’a cinq mètres de lui. Il bondit alors et invoqua une série de boule de feu, qui réduirent en cendres les lances crasseuses des orcs. Il retomba alors au milieu des cinq créatures, qui tentèrent de s’écarter de lui. Mais aucune ne furent assez rapide, et les deux lames de Lestate chantèrent leurs sifflements de mort. Visiblement décontenancé, le chef orc fit signe à deux imposants spécimens, qui était équipé de filets et de fléaux. Les deux créatures s’avancèrent en bavant et en invectivant Lestate, leurs fléaux tournoyant au-dessus de leurs têtes.
Des fous de guerre, c’est bien ma veine !!!
Les deux créatures se séparèrent, tentant d’attaquer Lestate de chaque coté. D’abord l’aramidien esquiva les attaques, parant les fléaux avec ces deux lames et évitant les filets. Alors que les deux créatures commençaient à se fatiguer, Lestate passa à l’action. Il bondit en jetant un sort dédoublant son image. Alors que la première fut frappée par des tirs d’archers, Lestate trancha les deux jambes du premier berseker orc, qui s’effondra lourdement sur le sol maculé de son sang noir.
Pour l’instant tout est sous contrôle, pensa Lestate.
Alors que deux autres images de Lestate disparurent, le deuxième orc chargea, son fléau fouettant l’air. Lestate esquiva d’une rondade l’attaque, et alors qu’il se relevait, coupa en deux le filet que lui avait lancé la créature. L’orc furieux, attaqua de plus belle, chargeant Lestate en hurlant et bavant. Alors que Lestate s’apprêtait à en finir, une nuée de fléchettes allèrent se ficher dans le crâne du berseker orc, le faisant littéralement exploser. Les créatures survivantes se mirent à chercher l’origine de l’attaque avec un babillage nerveux, tout en surveillant Lestate. Celui-ci se pencha vers le cadavre de l’orc et examina les fléchettes qui venaient de l’abattre. Lorsqu’il les reconnut, un sourire se dessina sur les lèvres. Les orcs de plus en plus nerveux se rassemblèrent près de l’arbre. Le chef hurla quelque chose, mais ce fut trop tard. Une sphère argentée atterrit au milieu du groupe d’une dizaine de créatures, et elles disparurent dans une boule de feu provoqué par une puissante grenade au baradium. Une silhouette émergea alors de la forêt. L’être, sûrement un humain d’après son gabarit, porté une armure verte écaillé avec un pack dorsal d’où jaillissait un missile et un jetpack. Mais le plus impressionnant était le casque à la visière en T qui couvrait intégralement le visage de l’être. Les orcs survivants, cinq dont le chef, s’agitèrent quelques instants alors que les deux créatures en armure se jaugeaient. Puis le chef et un autre orc se ruèrent vers le nouveau venu, alors que les trois autres attaquèrent Lestate. Le premier vit promptement son arme et sa main s’envoler loin de son poignet sanguinolent, alors que la deuxième lame lui détachait la tête du reste du corp. Le deuxième, emporté par son élan et sa volonté de venger ces compagnons, finit empalé sur l’une des lames de Lestate. Le dernier s’approcha avec prudence, puis lança une série d’attaques vives sur le flanc de Lestate. Celui-ci ne se laissa pas déborder, et contre attaqua, faisant voler l’épée des mains de son attaquant. Celui-ci fit demi-tour, et s’enfuit, jusqu'à ce qu’une nouvelle volée de fléchette l’intercepte en pleine course, lui arrachant une partie de ces entrailles. Lestate regarda alors le guerrier en armure, qui avait éliminé ces deux adversaires grâce à un marteau de guerre.
« Boba, ça faisait longtemps, salua Lestate. »
« Et dire que mon nom est murmuré avec crainte dans toute la galaxie, marmonna Boba Fett. Et pourtant tu t’adresses à moi comme à un simple gamin. »
« La première fois que nous nous sommes rencontré, tu n’étais qu’un gamin, remarqua Lestate. »
« En effet, mais ça me semble il y a si longtemps que n’importe qui aurait pu vivre au moins dix vies, soupira Boba. A cette époque, la République existait toujours, les histoires de clones appartenaient à la science fiction et mon père était en vie. »
« J’ai toujours apprécié ton père, dit Lestate. Enfin du peu que je m’en souvienne. Dommage qu’il se soit trouvé du mauvais coté du sabre laser. »
« On c’est tous retrouvé du mauvais coté du sabre laser, répliqua aigrement Boba. Toi, moi et touts les clones. »
« Je le sais bien, dit Lestate. Mais si tu es ici et que tu m’as aidé, ce n’est sûrement pas par hasard et encore moins pour parler du passé. »
« En effet répondit Boba. Il m’a demandé de te conduire à lui, que tu le veuilles ou non. »
« Es-tu sur de pouvoir m’imposer ta volonté, observa Lestate en jetant un regard sans équivoque vers ses deux lames. »
« Il m’a dit que si je te trouvais ici, c’était que tu le cherchais et qu’il n’y avait pas de raison de se battre, répliqua Boba. Mais si tu y tiens, on peut toujours essayé. »
Un silence tendu s’installa entre les deux hommes qui s’observèrent pendant quelques instants. Puis Lestate rengaina ses deux armes.
« Alors puisqu’il en est ainsi, soupira Lestate. Passe devant, je te suis. »
Les deux hommes s’enfoncèrent alors dans la forêt en direction d’une forteresse inconnue et mystérieuse, où le mal en personne avait décidé de s’installer.

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:40

Chapitre 66 : L’avènement
Cycle du sombre rêve

Les vallons encore enneigés de la région nord de la Porte de Baldur s’étendaient devant les yeux des deux voyageurs. Les deux chevaliers en armure regardèrent pendant quelques instants le paysage qui s’étendait devant eux. Des yeux banaux n’auraient rien remarqués de particulier, mais ceux exercé repéré par des années de combats sur de nombreux et variées champs de bataille décelèrent la tension palpable de la région. Il n’y avait aucunes traces d’animaux et des voyageurs que normalement ils auraient dû percevoir.
« Des bandits, souffla Lestate. »
« En effet, je suppose aussi, répondit Boba Fett. Au moins une petite quarantaine, répartie sur les différentes croupes des vallons pour empêcher n’importe quels convois ou voyageurs de passer. »
« Alors on fait quoi, dit Lestate. On pourrait les éviter mais cela prendrait trop de temps. »
« Et tu meures de ferrailler contre des adversaires un peu moins stupide que des orcs, maugréa Boba. Quand arrêteras-tu d’aimer autant le combat ? »
« Jamais, répondit Lestate. Et ce n’est pas à toi de faire des commentaires !!! »
« Au fond, je n’aime pas vraiment combattre, soupira Boba. Je fais ce pour quoi on m’a éduqué, et au fond je ne sais pas si ça me plait tant que ça. »
« Pourtant tu es diablement efficace, railla Lestate. Ton nom est murmuré avec crainte dans toute la galaxie, et tu refuses un petit combat de rien du tout ? »
« Pourrais-je te convaincre de faire un détour, demanda Boba d’un ton blasé. »
« Bien sur que non, répondit Lestate. »
Le mandalorien haussa les épaules, et se dirigea vers les bois les plus proches.
« Alors en route, railla-t-il. Je ne voudrais pas frustrer des envies de gloire et de combat. »

« C1, ils se dirigent droit vers un groupe de bandits, remarqua C2. »
« Je sais, C2, répliqua C1 d’un ton sec. Mais je suis les ordres et pour l’instant on n’intervient pas. »
« Mais, ils vont se faire éliminer, rétorqua le clone. »
« Je ne crois pas C2, dit C1. Si Lestate c’est fourré dans ce pétrin, c’est qu’il peut s’en sortir. »
« Explique moi comment, grogna C2. Il est sous la coupe du meilleur d’entre nous, le clone parfait de notre matrice, qui en plus a été éduqué par la matrice dans ses jeunes années. Enfin, il fonce dans un traquenard où il n’a aucun avantage. »
« Il est capable de s’en sortir, et nous resterons en retrait, coupa C1. Lestate est le meilleur d’entre nous, et le plus rusé. Il ne se lancera pas dans un combat sans un plan défini !!! »
C1 fit signe de rompre à C2, qui lui lança un regard noir malgré le casque qui masquait son visage. Au fond de lui, le sergent ARC espérait avoir raison, car il se doutait qu’au fond C2 qui était le plus incontrôlable mais aussi le meilleur de ces éléments tenait bien plus de Lestate que de la matrice originelle, et que au fond, il avait une bien meilleur vision des choses que lui.
« On est trop vieux pour ce genre de jeu, marmonna C1 pour lui-même. Ouaip, on est vraiment trop vieux. »

Une demi heure plus tard, Lestate et Boba était toujours en train de s’aventurer dans les bois. Mais cette fois si, ils étaient suivis et observé. Comme ils l’avaient prévu, ils fonçaient dans la gueule du loup, leurs ennemis les entourant petit à petit.
« Et maintenant on fait quoi, chuchota Boba. Il y en a une vingtaine dans un cercle d’une centaine de mètre autour de nous, les autres sont embusqués plus loin au cas où. »
« Je suppose que tu as une idée pour les combattre, répliqua Lestate. »
« On attend qu’ils nous attaquent, et on élimine nos attaquants directs, tout en gardant suffisamment en vie pour éviter de canarder les archers, répondit Boba. Après on se sépare et on engage les différents groupes d’archers. C’est risqué et plutôt long, mais c’est tout ce qu’on peut faire, malheureusement. »
« Moi, je préfère changer les règles du jeu, marmonna Lestate. Et je vais te montrer comment. »
Lestate se dirigea vers une grande clairière qui se trouvait à une vingtaine de mètre. Boba n’eut pas de mal à imaginer la jubilation de leurs ennemis, car de ce fait Lestate se mettait dans la position la plus difficile à défendre, permettant à la fois aux hommes d’infanteries et aux archers de les cibler de toutes les directions. Boba suivit Lestate presque à contrecoeur, se demandant à quel moment il avait lâché la direction de l’escorte. Il ne put s’empêcher de remarquer en mercenaire professionnel que les brigands se mettaient en place, leur coupant toute retraite possible. Devant lui, Lestate atteignit la clairière, paradant comme un jeune paon, ressemblant parfaitement aux jeunes chevaliers sortant de l’académie et un peu voir beaucoup trop sur d’eux.
« Arrêtez vous nobles voyageurs, hurla quelqu’un dans les bois. La confrérie du renard de feu vous tiens en joue. Veuillez laisser toutes vos pièces d’or et équipements de valeurs au sol, et aucun mal ne vous sera fait mal. »
« Et sinon, railla Lestate. »
« Nous serons obligé de vous violenter, mais je vous assure braves voyageurs que vous y perdriez plus que nous, répondit la voix. »
Une flèche siffla juste à coté de la tête de Lestate, alla se ficher dans un arbre proche.
« Ceci est un avertissement, reprit la voix. Alors que décidez-vous ? »
« Que si vous ne vous rendez pas immédiatement, vous allez sûrement en pâtir, répondit Lestate. »
Des rires gras retentirent tout autour. Les brigands, plus nombreux et mieux disposés tactiquement, prenaient à la légère cette menace.
« Puisque vous le prenez ainsi, coupa la voix. Nous prendrons notre butin sur vos cadavres. »
Plusieurs flèches sifflèrent là où aurait dû se trouver Lestate. Mais à peine la voix eusse-t-elle finis d’être entendu, que deux ailes noires avaient apparu dans son dos, et il c’était instantanément élevé dans les airs. Boba profita des quelques secondes de flottement pour transpercer de mini fléchettes le duo d’archers le plus proche de lui, et il plongea dans les bois à couvert. Lestate quand a lui lança une étrange incantation, et une immense créature ailée à la peau couleur acier apparut alors. Immédiatement une tempête de feu jaillit de sa bouche, forçant les brigands à sortir des bois. Lestate se posa au sol, et d’un geste négligent ordonna à la créature de partir. Celle-ci rugit, visiblement peu ravi de recevoir cet ordre, mais elle disparue comme elle était venu, en franchissant un immense pentacle auréolé d’inscriptions qui s’étendait dans les cieux. Au sol, les brigands décidèrent qu’ils pourraient éliminer Lestate par une attaque de front massive et implacable. Malheureusement pour eux, ils n’eurent à peine le temps de s’organiser que Lestate était déjà à leur hauteur, fauchant les hommes comme des gerbes de blés mûrs. Boba quand a lui se débrouillait moins bien, éliminant pourtant un nombre croissant d’adversaire qui avait la bêtise de se mettre dans la ligne de mire de son lance fléchette ou dans la portée du marteau de guerre qu’il avait trouvé. Au milieu de la mêlée, Lestate continuait sa danse de mort. Une de ces lames parait les attaques, l’autre s’enfonçant dans les défenses de ces adversaires contrés. Un brigand tomba, le torse coupé, puis un autre, décapité pour le compte. Un mage apparut alors, visant Lestate avec des éclairs. Lorsque l’air autour de lui s’emplit de l’énergie électrique, il poussa d’un coup de pied un brigand qui fut instantanément carbonisé, mais qui dévia l’éclair. Des projectiles magiques jaillirent des mains de Lestate, transperçant le mage. Les brigands survivants, une petite vingtaine maintenant, vu que Boba avait éliminé la dizaine qui coupait leur retraite s’était réorganisé et tentèrent d’attaquer ce dernier, le jugeant le maillon faible du duo. Une grenade au baradium surgit alors des mains du chasseur de prime et explosa lorsqu’elle toucha le premier brigand qui chargeait. Les rares survivants à l’explosion furent promptement éliminés par les lames de Lestate en quelques instants. Le silence retomba alors sur la clairière, seulement troublé par le crépitement des flammes nées de l’explosion.
« Tu pourrais pas changer de méthode pour finir le combat, maugréa Lestate. Ca manque de panache à mon avis. »
« C’est efficace, c’est tout ce qui compte rabroua Boba. Allons en route, nous avons encore quelques heures de marche avant d’arriver chez mon commanditaire. »

Quelques heures plus tard, après une rude et rapide marche au travers de coteaux et vallées de plus en plus escarpés et sauvages, le duo arriva en vue d’une imposante tour en ruine. Une partie du haut de la tour s’était effondré, laissant visible l’intérieur. Pourtant peu de mousses et autres végétaux rampants avaient envahi la tour en ruine, ce qui était anormal. Une aura de mal rodait autour de l’endroit, comme une brume malfaisante.
« Nous sommes arrivé, déclara Boba. Tes armes je t’en prie. »
A son grand étonnement, Lestate lui donna ses blasters triples, ses antiques blasters de commandos clones customisés et ces uzis à projectiles, ainsi que ses deux lames.
« Ton fusil blaster, demanda Boba. »
« Trop encombrant pour un objet qui ne marche pas, lâcha Lestate. »
« Tu avais pourtant réussi à le faire fonctionner ici comme ceux-ci, remarqua Boba en enlevant la cellule énergétique des deux paires de blasters et les chargeurs des uzis. Alors pourquoi ne l’as-tu pas pris. »
« Je pensais qu’il m’encombrerais plus qu’il me serait utile, dit Lestate en haussant les épaules. Tu veux aussi me menotter ? »
« Je te trouve étrangement obéissant, observa Boba. »
Lestate sourit et se dirigea alors vers la tour en ruine. Boba le rattrapa et le toisa d’un regard dur.
« Je sais dans quel pétrin tu t’es fourré, et au fond je te plaindrai presque, soupira Boba d’un air triste. »

« C3 au rapport, marmonna le clone dans son comlink. Ils se dirigent vers l’entrée de la tour. »
« Ok C3, rester en place, on arrive répondit C1. C2 utilisez le code de localisation de « l’Aramidia ». Ordonnez qu’il récupère ces moteurs et équipements, et qu’il nous rejoigne immédiatement ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:40

Quelques instants plus tard, un vaisseau immobile et d’étranges cylindres se réactivèrent. Ils se rejoignirent en quelques minutes et traversèrent l’une des brèches du cristal d’Abeir-Thoril à une vitesse telle qu’aucun vaisseau ne parvint à les intercepter.

Les deux hommes s’engagèrent dans un tunnel sombre, ouvert à la base de la tour. Ils s’enfoncèrent dans les corridors sombres, suivant un parcours précis, marque de la présence de pièges. Plus il s’enfonçait dans les profondeurs de la tour, plus un malaise s’infiltrer dans Lestate, comme une brume poisseuse. Ils débouchèrent enfin dans une grande salle vide, à part un immense cristal entouré de signes étranges. Emprisonné dans le cristal, un homme au visage maléfique et au corp frêle regarda Lestate entrer.
« Le fameux Lestate, enfin grinça l’homme. Je t’aurai cru plus impressionnant pour un guerrier de ta réputation. »
« Le fameux Dark Plagueis, rétorqua Lestate. Je vous aurai cru plus libre de vos mouvements pour quelqu’un portant ce titre. »
« Ne crois pas que je suis prisonnier de ce cristal, répondit Dark Plagueis comme un enseignant répondrait à un élève distrait. Ce cristal, résultat d’un affrontement qui a mal tourné en ma défaveur ne m’empêche pas de mener à bien mes buts. Au contraire très cher, il m’aide en augmentant mes pouvoirs et en protégeant mon corps des agressions du temps. »
« Je croyais que vous étiez immortel, objecta Lestate. Enfin c’est ce que votre ancien apprenti affirmait. »
« En effet, mon apprenti avait raison mon âme est immortel, répondit Plagueis. Mais ce n’est pas le cas de mon corps malheureusement. J’ai entendu dire qu’il a rencontré les mêmes problèmes. »
« En effet, mais cela ne m’avance pas sur les raisons de ma convocation ici, rétorqua Lestate. »
« Je pensais que vos aventures récentes parmi les peuples de cette galaxie vous avez fait réfléchir, comme le prouve votre soi-disante mort, commença Plagueis. Cela prouve donc que vous avez changé, et que vous êtes prêt à vous détacher de vos inférieurs afin de prendre votre place dans la galaxie. »
« Et quelle est t’elle, demanda Lestate. »
« A mes cotés évidemment, dit Plagueis. Avec vous, je reprendrai en main cette galaxie et continuerai l’œuvre de mon traître d’ancien apprenti, un empire Sith pour les millénaires à venir, avec moi a sa tête et vous à mes cotés. »
« Si j’ai bien compris vous m’offrez d’être le numéro deux de la galaxie, ainsi que l’immortalité, résuma Lestate. »
« En effet, dit Plagueis. Alors mon cher, que me répondez vous. Avec ma sagesse et ma puissance couplé de votre énergie, nous mettrons la galaxie à genou, à commencer par ces pitoyables Empires centauris et aramidien qui vous ont tant défié et rabaissé. »
Plagueis darda alors Lestate d’un regard avide. L’aramidien sentit l’influence de Plagueis dans la Force, essayant de le convaincre des bien fondés de sa démarche. Lestate plongea alors son regard dans celui de Plagueis. Le rire sonore de l’aramidien déchira alors le silence de la caverne.
« Je crois que je vais devoir refuser, railla Lestate. En effet Plagueis, j’ai changé mais pas comme vous le croyez. Je ne me crois pas supérieur aux autres êtres de la galaxie, au contraire. J’ai disparu afin de pouvoir me mettre au service de la galaxie de la manière la plus efficace, pas pour la mettre à feu et à sang pour réaliser les rêves d’un fou furieux qui ne rêve que d’immortalité et d’obéissance. »
Ce fut alors au tour de Dark Plagueis de rire. Mais c’était un rire sinistre, aux relents maléfiques.
« Je te donne la chance de devenir plus que tu ne pourrais espérer, et tu le refuses, s’écria-t-il d’un air dément. Tu n’es en fait qu’un de ces pleutres qui se qualifie eux même de gardiens de la paix et de la justice, alors qu’ils sont juste trop faible pour assumer leurs pouvoirs !!! Fett, il ne m’est d’aucune utilité en définitive. Tuer le. »
Les lames de Lestate volèrent de la sacoche de Boba et atterrirent dans les paumes ouvertes de Lestate, qui les rangea aux fourreaux. Les traits lasers du mercenaire fondirent sur Lestate, qui les para grâce à la Force. Puis, ces deux blasters de commandos clones volèrent jusque dans ces mains, et il déversa un déluge de feu sur Boba. Celui-ci les évita, et il sprinta vers Lestate, activant son jetpack. Lestate n’eut pas le temps de l’esquiver, et le missile vivant que Boba était le percuta violement, l’envoyant roulé au sol.
« Pour un utilisateur de la Force, je ne te trouve pas très efficace, railla Plagueis. En fait, tu étais un mauvais choix d’apprenti !!! »
Lestate se releva, et toisa d’un regard froid le Seigneur Sith.
« Désolé de vous décevoir votre Seigneurie, railla Lestate. »
Boba arriva alors de nouveau, propulsé par son jetpack. Lestate utilisa alors la Force, amortissant l’impact et canalisant l’énergie cinétique du missile vivant.
« Désolé mon ami, dit doucement Lestate. »
D’une simple poussée, Lestate propulsa le mandalorien, qui toucha durement le mur opposé de la salle dans un bruit mat.
« Je crois que si vous voulez vous débarrasser de moins, il va falloir le faire vous-même, railla Lestate. »
« Qu’il en soit ainsi, pauvre fou, cracha Plagueis. »
Une nuée d’éclair surgit alors du cristal, l’ébréchant en plusieurs endroits. Lestate para la première série, les déviant vers le mur et le plafond, faisant sauté plusieurs niveaux de murs et de plafonds. Mais la deuxième série le frappa de toute sa force, l’envoya bouler au sol comme une vulgaire poupée de chiffons désarticulée.
« En effet, railla Plagueis. Il va falloir que je m’occupe moi-même de mes déchets !! »
Lestate se releva, malgré la douleur intense qui parcourait tout son corps, mettant au supplice chacun de ses muscles.
« Je crois pas que je sois encore hors course, grogna Lestate. »
Une nouvelle série d’éclairs de Force le toucha, effritant un peu plus le cristal emprisonnant Dark Plagueis. Mais cette fois, Lestate para certains éclairs, les renvoyant à leurs sources, faisant alors littéralement exploser le cristal. Lestate sourit alors que de nouveaux éclairs le touchèrent, l’envoyant conter un mur. C’est alors que Plagueis, rayonnant, s’approcha de lui pour l’achever. Alors qu’il leva sa main au-dessus du corps tétanisé de Lestate, plusieurs rayons paralysant le touchèrent. Lestate vit alors les 6 clones ARC surgirent d’un des trous qui traversait plusieurs niveaux et canardaient généreusement Plagueis. Celui-ci, surpris et pas encore bien en phase avec son retour dans le monde physique, se retourna et trébucha. Les clones le neutralisèrent à grand coup de rayons paralysants. Puis Lestate sentit qu’on le mettait dans une civière et il fut emporté vers son croiseur qui l’attendait dans la cour de la tour. Alors que les clones le montaient dans son croiseur, il demanda d’une voix faible.
« Où est Boba ? »
« Il n’y avait personne en plus de Plagueis et vous Monsieur, répondit C1. Nous allons vous mettre dans une cuve à bacta, puis nous rejoindrons le point de rendez-vous. »
« Négatif dit Lestate. Il faut vous rendre sur Sekam, car lorsque Plagueis a brisé le cristal ses pensées ont déferlé dans la Force, et j’ai vu qu’on aurait sûrement besoin de nous là-bas. »
Alors que les ténèbres se refermaient, Lestate entendit C1 acquiesçait et les turbines du croiseur se mettre à hurler comme des démons enragés.

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:41

Epilogue cycle du Sombre rêve

« Il me semble que cela ne sert à rien que je vous fasse revivre la suite, dit Lestate à l’ensemble des membres de la réunion. Surtout que vous y étiez. Maintenant ma question est simple : que fait-on au sujet de Plagueis. Il s’agit coup sur d’un danger qu’on ne peut ignorer »
Les différents participants à la réunion ne répondirent pas tout de suite, encore étonné par la clarté et la précision de l’aventure qu’ils venaient de vivre grâce à la Force.
« Pour l’instant, on ne peut pas faire grand-chose à part ce préparez aux batailles à venir, remarqua la commodore Saab. »
« Aurais-tu une idée de sa stratégie d’attaque éventuel, demanda Bhaal. »
« Malheureusement non, car même si j’ai pu percevoir une partie de ces pensées quand il c’est libéré du cristal, je n’ai pas eu accès à des informations aussi complexes. Enfin je n’ai pas vraiment eut le temps de m’en préoccuper. »
« J’ai une idée, dit Amato. Puisque tu peux sentir son « aura », on a qu’a envoyé un commando de jedi l’éliminer. Je suis sur que Luke Skywalker sera d’accord. »
« Non pour deux raison, répliqua Lestate. D’abord Luke voudra essayé de le ramener vers le bon coté de la barrière, ce qui est à mon avis utopique voir dangereux. Ensuite Plagueis a eut le temps de reprendre possession de ces moyens, on ne pourra le vaincre avec des tirs de blasters. »
« Alors retrouvons le, et rayons le de la surface de la galaxie, s’exclama Cyrilhorus. »
« Il faudrait déjà pouvoir le repérer, railla Azazel. Nous avons mis des années à le retrouvez. Maintenant qu’il se sait poursuivi ça sera encore plus dur. »
« A mon avis dit Jée-dai, nous allons avoir rapidement des nouvelles de lui. Maintenant qu’il se sait découvert il va forcément attaquer, vu qu’après tout c’est un Seigneur Sith. La seule chose que nous avons à faire est de nous préparez à cette nouvelle bataille, qui sera à mon avis bien plus importante que toute celle que nous avons mené depuis la chute de Palpatine. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:42

Chapitre 67 : Dark Plagueis
Cycle du coté obscur partie 1 : Toujours plus loin dans l’ombre

Le duc déchu Grammont regarda avec tristesse l’étendue océane qui s’étendait en contrebas de l’immense bunker du QG de la flotte aramidienne. Il discerna les voix de circulation où des dizaines de speeders amphibies allaient et venaient, et au loin les nappes lumineuses des faubourgs d’Aramidia City, la capitale de la planète et de l’Empire aramidien. Un clone, Thor était son nom, se plaça à coté de lui.
« Pensez-vous à la liberté que vous venez de perdre, demanda le clone. »
« Non, c’est plutôt à l’avenir de cette cité, répondit le duc. »
« Rassurez-vous, elle est en de bonnes mains, railla le clone en souriant. Vous ne pourrez plus la menacer maintenant. »
« On peut dire pareil pour vous, rétorqua le duc. Bien que moi, je n’aie jamais trahit mes idéaux. »
« Que valent des idéaux qui ne prône que destruction et soumission, interrogea Thor. Ceux pour quoi je me suis battu, ici même dans cette forteresse, n’était que des rêves d’un esprit démoniaque et torturé. Je suis heureux que Lestate nous ait ouvert les yeux. Peut-être y arrivera-t-il aussi pour vous. »
Grammont pensa à cette phrase lorsqu’il réintégra sa cellule pour la nuit.

Lestate regarda avec mépris l’assemblée qui hué et conspué le duc Grammont.
« Pourquoi le hue-t-il ainsi, s’étonna Touki en se faufilant entre Lestate et Azazel. »
« Salut gamin, dit Lestate en lui faisant signe de s’asseoir à coté de lui. Tu as fini de vérifier « L’Aramidia » ? »
« Ouaip, j’ai effectué les réparations que le croiseur avait besoin, répondit le jeune homme. Mais il n’y avait pas grand-chose à faire, les ARC s’en sont bien occupé. Mais ça ne répond pas à ma question. »
« Ils se sentent en danger, dit Azazel. J’ai étudié l’histoire de Grammont. Il a fait partie du Sénat aramidien, et c’était quelqu’un réputé pour son incorruptibilité et son mépris des corrompus. »
« En effet, il a toujours été quelqu’un de très droit, dit une voix à la fois froide et cultivé. »
« En effet sénateur Laverd, continua Azazel. De plus ces mêmes dossiers mentionnent qu’il a été un de vos plus féroces adversaires et que c’est grâce à des preuves que vous avez apportée qu’il a été destitué. »
« Il semblerait que ta haine envers moi soit génétique en fait, s’écria la sénatrice à l’attention de Lestate, tout en faisant attention à être entendu de tous. Même tes pâles copies essayent toujours de me discréditer et de colporter des ragots sur moi. Cet homme a tenté de nous détruire, cela est suffisant pour l’exécuter. Plus tôt il sera condamner, mieux ce sera pour l’Empire. »
« Fais attention à ce que tu dit, rétorqua calmement Lestate. Ce n’est pas la première fois que tu portes des accusations de trahisons non fondées. De plus j’ai étudié le dossier d’accusation qui t’a permis de le destituer. Et à mon avis la commission d’examen n’a pas été très regardante. »
« Si tu aurais fais ne serais-ce que la moitié de ce que j’ai fais pour cette Empire tu comprendrai, cracha la sénatrice, un rictus de haine lui barrant le visage. »
« En effet, si j’aurais fait la moitié de ce que tu as fais fillette, j’aurais honte de me montrer face à ce monde, rétorqua Lestate. »
La sénatrice jeta un dernier regard meurtrier à Lestate et à Azazel, et partit en direction du podium central de l’assemblée, où elle se lança dans une diatribe enflammé contre le duc Grammont. Lestate et Azazel regardèrent l’assemblée qui exultait d’un air triste.
« Il semblerait que se soit mal parti pour le duc, remarqua Azazel alors qu’ils sortaient de l’amphithéâtre. »
« Oui, finit par répondre Lestate. Ils feront tout pour le faire tuer, son discours est très dangereux pour leurs privilèges, et ils feront tout pour les conserver, quitte à tuer quelqu’un qui ne dit que la vérité. »

« On dirait que ce n’est pas très bien engagé pour vous, dit Bhaal en ramenant le duc Grammont vers sa cellule. Vos anciens collègues se font un plaisir de vous mettre en pièces. »
« Ils feront tout pour m’envoyer en enfer, acquiesça Grammont. Ils savent que je suis un danger mortel pour eux. Si le peuple écoute mes arguments, ils destitueront ce Sénat corrompue et avide de pouvoir. Ils feront tout pour me détruire. Si vous ne seriez pas là pour assurer ma sécurité, j’aurais sûrement eu un malheureux accident quelconque qui m’aurait tué.»
« Le commodore Saab a insisté pour que nous vous protégions, confirma Bhaal. »
« C’est une brave femme, dit Grammont. Un adversaire honorable et un soutien encore plus important. »
« En effet, dit le clone. Mais il est temps que vous retourniez dans votre cellule. »

« Tu as l’air soucieux, remarqua Emera, quand Lestate entra dans leur villa sur Aramidia. »
« Oui, dit Lestate, alors qu’Azazel se volatilisa quasi instantanément. Comment trouves-tu la villa de mon père ici ? »
« Pas mal, suffisamment grande pour nous et tes frères ainsi que pour les Amazones, dit Emera. Mais ne change pas de sujet s’il te plait. »
« La parodie de procès du duc Grammont me préoccupe en effet, dit Lestate. Ils feront tout pour le détruire. »
« Il nous a trahi, il a essayé de renverser notre système, s’exclama Emera. »
« Il a essayé de l’améliorer, et de le rendre plus juste, contra Lestate. Mais il c’est fait des ennemis qui l’ont injustement accusé, jusqu'à ce qu’on le destitue de son titre de sénateur. Il a juste essayé de mettre en place un nouveau système, même si pour cela il devait affronter ceux qu’il volait protéger. »
« Non, il a été aussi corrompu que les autres, et une fois attrapé, il a tout fait pour conserver le pouvoir, quitte à détruire tout les principes de notre peuple, rétorqua Emera. »
« Je crois que vous avez tort, dit Azazel qui avait réapparu. Mais je crois que nous avons un problème plus urgent. »
« Et quoi comme problème, maugréa Emera. »
« Il est là, dit Azazel en s’adressant à Lestate. Je méditais quand je l’ai senti. »
« De qui parles-tu, demanda Emera. »
« De Dark Plagueis, dit Lestate. Il est ici, sur la planète. »
« Alors là nous avons un gros problème, s’exclama Emera. »

Bhaal regardait le ballet incessant de véhicules amphibies qui émergeaient de l’eau pour filer vers l’espace ou inversement. Le QG de la flotte aramidienne était situé prés d’une de ces zones où les véhicules amphibies pouvaient changer d’éléments en toute sécurité, sans risque de collision. Puis le regard du clone se porta sur l’immense bunker qu’était la base. Depuis sa chute lors de l’attaque menée par les quatre clones, la base avait été réparé et modifié pour être encore plus imprenable. Des sas massifs avaient été ajouté et ceux-ci se fermer à la moindre alerte, ralentissant voir arrêtant tout assaillants. Malgré tout ces travaux, Bhaal ne put s’empêcher de remarquer que certaines zones n’avaient pas reçu une grande attention de la part des reconstructeurs, se qui pourrait un jour s’avérer fatal. D’un haussement d’épaule mental, il renvoya au plus profond de lui-même ces noires pensées.
Les autres passent leur temps à me dire que je suis pessimiste, mais au fond ils ont un peu raison, se morigéna-t-il. Pourquoi dois-je toujours penser au pire.
« Car le pire est arrivé pour toi, petit soldat, railla une voix froide derrière lui. »
Bhaal esquiva de justesse l’éclair de Force qui fracassa la baie de transpacier et qui l’envoya rouler au sol. D’un bond il se releva et sortit ces deux épées aux deux lames parallèles, et contra la deuxième série d’attaque.
« On dirait que tu es plus coriace que prévu, railla l’être enroulé dans une grande cape noire. »
« Vous avez déjà dit ça à Lestate, et il vous a forcé à prendre la fuite, dit Bhaal. J’ai bien l’intention d’en faire autant. »
Le clone plongea à une vitesse ahurissante vers la silhouette en noir. Plagueis releva sa capuche, révélant son visage aristocratique mais altéré par la puissance du coté obscur. Un sabre laser rouge apparut alors dans sa main gauche, et il contra habilement le balayage de Bhaal. Celui-ci se replia rapidement, manquant de se faire trancher la main par le sabre rouge du Sith. Ce dernier pressa son avantage, en lançant une série d’attaque rapide contre les flancs de Bhaal. Celui-ci le barra prestement d’une arme, tout en tentant d’attaquer l’autre. Malheureusement il manqua son attaque, car depuis le début du combat, une sensation d’oppression l’avait étreint. Alors qu’il paraît une nouvelle attaque de justesse, il se rendit compte que c’était Dark Plagueis lui-même qui créait cette sensation d’oppression. Le Seigneur Sith attaqua de plus belle, alors que les sirènes de la base se mirent à mugir. Trois colonnes de feu surgirent de l’espace et frappèrent les boucliers de la base. Tout autour des deux combattant se mit à trembler, et Bhaal en profita pour charger Dark Plagueis. Malheureusement pour lui, une deuxième salve s’écrasa sur les boucliers de la base qui cédèrent dans une impressionnante explosion et il fut déconcentré pendant une seconde. Plagueis en profita et deux attaques passèrent sous sa garde, une l’atteignant au flanc droit, et l’autre à la jambe gauche, creusant de sanglants sillons dans ces chairs et ceux malgré la protection de son armure en impervium.
« Le combat est fini pour toi petit soldat, railla Plagueis. Mais je n’ai pas le temps de te tuer honorablement, vu que tu m’as déjà beaucoup retardé. Je laisserai ça aux créatures stupides du Sénat aramidien qui ne manqueront pas de t’accuser de trahison. »
Puis le Seigneur Sith se retourna et usant de la Force, arracha la porte de la cellule du duc Grammont. Celui en sortit et jeta un regard miséricordieux à Bhaal.
« Désolé mon ami, mais ce n’est pas contre toi, s’excusa le duc. »
Une navette de classe Sentinelle, entouré par des intercepteurs jedi actis 7 survolèrent alors la base, évitant de manière aisée les tirs défensifs. La navette s’arrêta au niveau de la verrière fracassée, et Plagueis et Grammont montèrent à bord. Alors que la navette se dégagea en rugissant, Bhaal vit le sas le plus proche s’arracher de ces gonds, et Lestate surgit alors suivit d’Azazel et de Thor. Immédiatement ceux-ci se mirent à tirer sur la navette qui s’enfuyait, sans vraiment de résultat, alors qu’Emera se penchait vers Bhaal.
« Appelez les médics, il est blessé !!!! »
Bhaal tenta de dire quelque chose, mais les ténèbres l’engloutir lors de sa tentative de communication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:42

Lestate regardait Bhaal qui flottait dans une des cuves à bacta de l’infirmerie du QG de la flotte aramidienne quand Saab entra.
« Lestate, le conseil de sécurité se réunit d’urgence, dit la jeune femme. Je pense que se serait bien que tu y assistes. Au faite, il va sen sortir. »
« Les blessures qu’il a reçu n’étaient pas mortelles, dans quelques heures il sera de nouveau frai et dispo, répondit Lestate. Et si tu penses que ça serait utile, je viens à cette réunion. »
Ils sortirent de l’infirmerie, et Saab les conduisit dans une salle hautement sécurisée. Dedans, 4 personnes attendaient en bavardant nerveusement. Lestate reconnue le chancelier Scarth le chef de l’Empire élu par le peuple aramidien il y avait de ça trois années , et deux représentants du Sénat, dont la sénatrice Laverd ainsi que Pti Gégé, qui représentait les services spéciaux, dont le chef avait été blessé dans l’attaque.
« Mes amis, l’heure est grave, commença abruptement Saab. Notre prisonnier a été libéré dans une attaque contre notre QG. Suite à un bombardement orbital, les boucliers du secteur 3 ont cédé pendant quelques secondes ce qui a permis le bombardement qui a endommagé le QG. »
« Comment est-ce possible, s’étonna le président. Comment des vaisseaux de guerre se sont-ils infiltrés dans notre système à notre insu. Surtout que d’après les rapports préliminaires que j’ai lu, il s’agit de trois anciens vaisseaux amiraux des clones qui avaient été détruit lors de la bataille d’Abeir-Thoril. »
« Je pense qu’il s’agit d’une nouvelle trahison dans nos rangs, s’exclama la sénatrice Laverd. Vos chers amis clones vous ont trompé et trahis, commodore Saab. »
« Vous parlez très souvent de trahisons, contra l’autre représentant du Sénat. Et ceux sans vraiment avoir de preuve. »
« Alors pourquoi les vaisseaux ennemis sont sortis sur le vecteur sécurisé utilisé par les clones pour amener le Duc Grammont sur Aramidia, railla la sénatrice. »
« C’est une question intéressante, acquiesça Pti Gégé. Surtout que d’après nos renseignements, un premier vaisseau, celui qui a probablement transporté le commando de libération, a utilisé il y a quelques heures ce même vecteur. J’aimerais savoir ce que tu en dis Lestate. »
« La réponse à se mystère est simple : c’est Plagueis en personne qui est venu ici, comme l’indique les blessures que Bhaal a reçu lorsqu’il a tenté de l’empêcher de libérer le duc Grammont. Il a utilisé la Force et c’est servi de moi comme balise de repérage. C’est pour cela qu’il a utilisé ce vecteur sécurisé. »
« La Force, s’écria la sénatrice Laverd. Arrêtez de sortir votre bâton de sorcier dès que cela vous arrange. »
Lestate regarda la sénatrice, et celle-ci commença à suffoquer.
« Votre manque de foi me consterne susurra Lestate. Surtout que ce n’est pas la première fois. »
« Lestate, arrête, ordonna Saab. Je vous rappelle que vous êtes dans le même camps tout les deux. Sénatrice, on ne peut ignorer l’importance de la Force quand on parle d’un Seigneur Sith, je vous prierai donc de réfléchir un peu plus à vos arguments. Quand à toi Lestate, il faudrait que tu uses tes pouvoirs avec plus de discernement. En plus j’ai une question : pourquoi Plagueis avait-il en sa possession les anciens vaisseaux amiraux d’Azazel ? »
« Comme ils l’ont dit lors de leurs débriefings après nous avoir rejoins, expliqua Lestate. Ils ont perdu la trace d’au moins trois cents vaisseaux, dont ces vaisseaux amiraux. Plagueis les as sûrement récupéré lors de la débâcle après leur défaite. »
« Avec tout leur équipage, remarqua Pti Gégé. »
« Ne sous estimez pas les pouvoir d’un Seigneur Sith, dit Lestate. Surtout sur ceux qui sont habitué à obéir. »
Un officier entra alors dans la salle, visiblement essoufflé après avoir courut.
« Commodore, des rapports arrivent de partout : des flottes ont surgit de l’hyperespace et ont attaqué nos flottes et celles des centauris, dit l’officier. On estime les forces ennemis à près de 1000 unités. »
Immédiatement tous sortirent de la salle et se dirigèrent vers l’immense salle tactique du QG. Là, sur touts les écrans, des images de féroces batailles s’affichaient.
« Rapport de la situation, hurla Saab. »
« Plagueis ne perd pas son temps, dit Azazel qui était installé sur le fauteuil de commandement. Et il a bien préparé son coup !! Il a recruté touts les mercenaires et pirates du secteur. Il a armé touts les dissidents aux pouvoirs centraux, en plus de s’être constitué une impressionnante flotte de guerre. Et maintenant qu’il a récupéré son meilleur atout politique, ils nous attaquent. »
« Comment sais-tu cela clone, dit la sénatrice Laverd. Serais-tu au courant de ces plans ? »
« Evidement que non, sinon je ne serais pas là en train de supporter votre désagréable personne et j’essaierais plutôt de les arrêter, rétorqua Azazel. Mais c’est ce que je vois sur les écrans, et ce que me souffle la Force. »
« Et quelles solutions la Force vous souffle-t-elle, demanda Saab. »
« Ordonnez aux forces d’abandonnez les endroits où elles ne peuvent gagner la bataille, énonça Azazel. Et ordonnez leurs de se diriger vers les points où nous sommes forts, sauf sur Abeir-Thoril. »
« Pourquoi s’étonna Saab ? »
« Car Abeir-Thoril a été la première à être tombé, dit Azazel. Car c’est bien connu ici : qui vainc Abeir-Thoril, vainc les deux Empires. »
La commodore Saab regarda alors l’immense écran de visualisation stratégique qui couvrait une grande part du mur de la salle de commandement. De nombreux mondes clignotaient en rouge indiquant qu’ils étaient attaqués et nombreux parmi eux virèrent au gris, indiquant que les défenses de la planète étaient tombés.
« Plus d’une centaine de mondes tombés en moins de trois heures, siffla Azazel. Je crois qu’il vient de battre notre record de vitesse. »
« Et ce n’est que le début, soupira Bhaal en regardant le nombre croissant de mondes qui clignotaient en rouge sur la grande carte. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:43

Chapitre 68 : Infiltration
Cycle du coté obscur partie 1 : Toujours plus loin dans l’ombre

En quelques heures, la situation des secteurs centauris et aramidiens s’éclaircirent. Près d’un millier de vaisseaux capitaux avaient attaqué les deux empires. Mais contrairement à nombre des adversaires passés des deux Empires, cette nouvelle flotte avait réussi à faire tombé près de 80% des mondes des deux Empires.
« Comment ont-ils fait, soupira Emera en contemplant la carte tactique du QG de la flotte de défenses aramidienne. »
Des deux Empires, seuls les planètes capitales, ainsi que quelques îlots, Adelpha et Filve pour les aramidiens et Ketara, le monde trône des Anubismose, et ces colonies étaient encore libres. Le reste était sous le joug de Dark Plagueis et de ces alliées.
« Il s’est contenté de fédérer tout les ennemis du régime, observe Dofu, le second du commodore Saab. D’après les rapports qu’on a reçu, on trouve dans la flotte ennemie des anciens partisans impériaux, des empiristes, certains conjurés de feu Alréa et ceux qui avait suivi vous autres clones dans votre campagne contre nous. Enfin, Plagueis a réussit à fédérer et armé tout les mouvements indépendantistes du secteur, les sociétés sécrètes et autres organisations criminelles qui pensent pouvoir tirer parti d’un nouvel ordre. »
« En gros, il a réunis plusieurs siècles de pouvoirs centraux avec leurs cortèges de mouvements d’indépendances, observa Aurore d’un ton sombre. Ainsi que touts ceux qui exècre toutes notions d’autorités. Il les a armé et donné l’occasion de combattre et de vaincre. »
« Et on voit l’efficacité de la guérilla face à votre système, observa Azazel. Ces gens ont des années et des années de haine contre le système et maintenant ils ont l’équipement nécessaire à leur petite guerre. »
Azazel activa par la Force un holoprojecteur et des images de batailles apparurent. Les troupes aramidiennes et centauris étaient attaqué par des unités derniers cris, quel soit d’origine républicaine, impériale, aramidienne et centauris voir d’origines inconnues.
« Comment ont-ils pu infiltrer du matériel de ce genre sans qu’on le remarque, s’étonna Emera. »
« Vu l’aspect des équipements, certains sont relativement vieux, de l’ordre d’une à deux années, observa Thor du ton sombre qui le caractérisait. Au vu des événements de ces dernières années, avec le nombre de guerres et de troubles qu’il y a eut, ce n’est pas impossible. »
« Alors que fait-on, demanda Shadow, le second d’Azazel. Je vous signale qu’ils viennent de conquérir l’essentiel de vos territoires. Plagueis ne va pas tarder à porter l’attaque finale. »
« Je ne pense pas, objecta Yr86. Mes informations sur Plagueis me font penser qu’il va attendre un peu, pour vous laisser désespérer devant sa puissance. Eventuellement, il va essayer de nous attirer dans des pièges pour nous détruire. »
« En gros, toutes actions conventionnelles sont à exclure, synthétisa Saab. Alors comment fait-on pour le vaincre. »
« Un commando, dit l’hologramme de Cyrilhorustha’ar. Comme quand Lestate a défait vous autres !!! »
La plupart des membres de l’assemblée, les hauts généraux aramidiens, ceux de l’Empire centauris sous forme d’hologrammes, les hommes des services spéciaux et les membres de l’escadron Amazone acquiescèrent.
« Ce serait une bonne idée en effet, finit par lâcher la commodore Saab. Les résultats de ce genre d’action ont été tout à fait satisfaisant lors des campagnes précédentes, même si les coûts ont parfois été élevés. »
Les clones sourirent alors en regardant Lestate. Celui d’un signe de tête leur fit signe de s’exprimer.
« Je ne pense pas qu’on puisse le vaincre, dit Bhaal qui se tenait toujours sur une béquille. La puissance qu’il déploie dépasse même celle de nous quatre réunis. »
« Nous avons été créer pour le combattre, coupa Thor. Je suis sur qu’on peut y arriver ensemble !!! »
« Tu ne l’as pas affronté, contra Bhaal d’un ton triste. »
« Pourtant c’est notre devoir, dit Azazel. Nous avons affaibli les deux Empires en tentant de les soumettre, et je pense qu’il est temps que nous remboursons notre dette. »
« Es-tu prêt à en payer le prix, s’exclama Bhaal. Imagine que l’un de nous, ou bien l’un de nos seconds comme Shadow ou Yr86 y passe. Nous avons certes vaincu la mort une fois, mais cela ne se reproduira sûrement pas. »
« Je te trouve bien silencieux Lestate, observa alors Emera. Ce n’est pas dans tes habitudes. »
« Je pense que nous devons reporter la décision une fois la situation réellement stabilisé, répondit Lestate. En attendant je pense que nous avons tous de quoi faire. »

A bord du méga destroyer de commandement de son maître, le duc Grammont observait le monde que son maître venait de conquérir.
« Abeir-Thoril est tombé, marmonna le duc. Cette guerre est gagnable. »
« En effet, dit Dark Plagueis. Abeir-Thoril est la première à être tombé sous mon contrôle. Mais comment allez vous mon ami, vous avez l’air secoué depuis votre libération.»
« En effet, notre sortie brutale d’hyperespace m’a un peu secoué, admit le duc. »
« Vous êtes pourtant soucieux, dit Dark Plagueis. Il y a quelque chose qui vous tracasse mon ami. »
« Je pense que nos ennemis vont bientôt et vont pas tarder à nous envoyer leurs commandos, dit Grammont. »
« Qu’avons nous à craindre d’eux, railla Plagueis. La Force est en moi, je suis un Seigneur Sith !!! »
« Ils enverront Lestate et les autres commandants clones, dit Grammont. Ils ont été crée par feu votre apprentie pour vous détruire !!! »
« Vous avez raison sur une chose mon ami, répondit Plagueis. Mais ce sera Lestate seul qui viendra à nous. »
« C’est le plus puissant de tous, et à mon avis il peut rivaliser avec vous, rétorqua Grammont. »
Le duc se rendit compte de son impudence et de son imprudence quand il vit un sombre éclair dans les yeux de son maître. Il savait que celui-ci pouvait le tuer instantanément grâce à ses étranges pouvoirs.
« Je crois mon ami que vous êtes bien irrespectueux pour quelqu’un de votre niveau, finit par dire Dark Plagueis. Mais je vais vous expliquer votre erreur. Certes Lestate est puissant, mais les ténèbres en lui en font de lui une cible de choix. Il me permettra d’avoir à disposition un apprenti fort doué, et malgré ce qu’il croit lui, fort malléable. »

Une alarme stridente retentit, et réveilla Emera. Celle-ci remarqua l’absence de Lestate, et sauta dans sa combinaison de vol. Elle pensa qu’il avait du pressentir l’alerte et qu’il c’était levé sans la réveiller. Elle courut en direction du QG et rejoignit l’immense salle tactique en quelques instants.
« Que se passe-t-il, demanda la voix visiblement peu amène du commodore Saab. »
« Un vaisseau a quitté « Le Renaissance » sans autorisation, dit Dofu. Il fonce en direction d’un point de saut hyperspatial, nos chasseurs à ces trousses. »
« Identification du vaisseau, demanda la commodore. »
« Je préfère que vous le constatez par vous-même s’excusa Dofu. »
L’image d’un antique croiseur diplomatique de l’ancienne République modifié à outrance apparut alors à l’écran.
« Mais qu’est-ce qu’il fout, s’écria Saab. Contactez le et demandez lui ce qui se passe !!! »
« On arrive pas à le contacter, maugréa un officier de communication. »
Emera regardait bouche bé l’hologramme, et elle sentit un papier chiffonné dans la poche de sa combinaison de vol. Elle le déplia et vit un mot griffonner par Lestate lui-même de son écriture torturée, à la limite de la lisibilité.
Je m’occupe de Plagueis. N’essayez pas de m’aider, que ce soit vous ou les clones. Je t’aime pour toujours . Signé Lestate.
Incrédule Emera relit le message une deuxième fois, le regard perçant d’Azazel qui venait d’arriver se posant sur lui. Ce dernier la fixa quelques instants avant de jurer un chapelet de jurons digne d’un contrebandier corellien.
« Je suppose que Lestate c’est encore lancé dans une mission suicide, observa Saab. »
Dans un silence digne d’une tombe dans la salle tactique du QG de la flotte aramidienne, « L’Aramidia » neutralisa l’escadron de chasseurs lancé à sa suite avant de passer en hyperespace.

Une centaine de vaisseaux lourds orbitaient paresseusement autour des trois brèches dans l’enveloppe de cristal d’Abeir-Thoril. La plupart étaient des destroyers de classe Impériale 2 modifié par les clones, mais Lestate reconnut aussi des destroyers républicains de classe Défenseur, le fleuron de la technologie actuelle. Au centre d’une des trois formation se trouvait un méga destroyer avec une coque de couleur sombre, l’un de ceux que les clones avaient construit pour renverser les deux Empires. Lestate était en train de faire un scan passif de la région quand T5 siffla à son attention.
« Non, ce n’est pas la peine de réveiller nos anges gardiens, répondit Lestate. Même si se sont des soldats ARC il me gêneront plus qu’autre chose. »
Le droide bipa une nouvelle fois avec un air intrigué.
« J’en suis capable, répondit Lestate. Je suis plus qu’un soldat ARC. »
Lestate se pencha alors vers les commandes de son vaisseau et les puissants réacteurs s’activèrent, arrachant « L’Aramidia » à l’attraction de la comète qu’il suivait depuis quelques heures. Quasi immédiatement un escadron de défenseurs TIE surgirent de l’hyperespace et se mirent en position d’escorte autour du vaisseau.
« Ici le commandant Maillard, de l’escadron Serre Noire, le Seigneur Plagueis nous a demandé de vous escorter jusqu'à lui. »
Lestate bipa deux fois sur la fréquence de communication et il se mit en position entre les chasseurs en direction de l’armada ennemie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:44

Le claquement sec de plusieurs légions de stormtroopers se mettant au garde à vous retentit dans l’hangar principal du « Dark Plagueis », le méga destroyer commandant du secteur d’Abeir-Thoril. Le duc Grammont regarda d’un air expert la manœuvre, notant l’absence de temps de retard ou de défaut d’alignement des soldats.
« Impressionné par nos troupes, demanda Dark Plagueis. »
« En effet Monseigneur, affirma Grammont. Ils n’ont pas cette terreur qui caractérisait les troupes servant l’Empereur Palpatine ou Dark Vador. »
« Mon apprenti et son disciple tenait la cruauté comme mère du respect, railla Plagueis. On a vu les limites de ce système. Mes hommes connaissent les punitions pour ceux qui manque à leurs devoirs, mais sans que cela les empêche d’être créatif et efficace. Des pantins qui avancent grâce à la terreur n’en sont pas capables !!! »
« Et comment comptez-vous faire pour lui, demanda le duc en désignant de la tête Lestate qui descendait de la rampe de son croiseur. »
« Je vais lui prouver que je suis plus puissant que lui, et je vais le soumettre à ma volonté, sans qu’il s’en rende compte, répondit Plagueis. »
« Je crois que vous vous trompez Plagueis, lança Lestate. Je suis ici pour vous arrêtez !!! »
D’un bond Lestate rejoignit les deux hommes, ces deux lames au cortiosis au clair. Immédiatement les troupes de Plagueis les encerclèrent et le mirent en joue. Un silence tendu s’installa, rompu par le crépitement des lames de Lestate.
« Messieurs, baissez vos armes et éloignez vous, ordonna Plagueis. Et cela compte aussi pour vous duc Grammont. »
Tous obéirent, malgré leur étonnement. D’un mouvement d’épaule, Dark Plagueis fit tombé sa longe cape noir. Il tendit les mains, et les deux sabres lasers de Lestate atterrirent dans ces paumes grandes ouvertes.
« J’ai entendu dire que vos armes reflétaient l’état de ceux qui le manipulait, observa Dark Plagueis. J’espère que cela ne vous dérange pas que je vous les emprunte. »
Lestate pour toute réponse chargea le Seigneur Sith, faisant fouetter ces deux lames. D’un geste négligeant le Seigneur Sith activa les deux sabres lasers, qui prirent instantanément une couleur rouge sang, et para l’attaque. Lestate, utilisant l’énergie cinétique qu’il avait cumulé, repartit en arrière, en espérant éviter la riposte de Plagueis. Pourtant celle-ci ne vint pas, le Seigneur Sith restant sur ces positions.
« Nous ne sommes pas obligé de nous battre, dit Plagueis. Tu sais qu’en ce moment même tes soi-disant alliés sont en train de parler de trahison. »
Lestate lança une nouvelle attaque, tentant de percer les défenses de Plagueis, qui se contenta de parer les attaques d’un air négligent.
« Pourquoi te bats-tu pour un système auquel tu ne crois pas Lestate, continua Plagueis. Pourquoi te bats-tu pour une assemblée de sénateurs gras et vicieux, qui ne pense qu’à leurs avantages et leurs magouilles, laissant les faibles dans le désespoir. »
Les images des guerres que Lestate avait menées surgirent dans son esprit. Il revit tout ceux qui était tombé pour la paix, et ceux qui en profité, ignorant touts les sacrifices qu’ils avaient fait pour qu’ils puissent se croire les maîtres de la galaxie. Lestate revit le Sénat conspuant le duc Grammont, qui avait tenté de renverser la mainmise des sénateurs corrompus. Il revit la sénatrice Laverd, qui plusieurs fois l’avait accusé de trahison alors qu’il tentait de sauver le peuple aramidien de la guerre. Il revit tous les sénateurs applaudissant à touts rompre quand on avait annoncé la chute des rebelles de Selcaron, qui s’était battu pour défendre leurs droits. Il les vit en train de faire semblant de s’excuser pour cet acte ignoble, devant le commandant Kaird, au lendemain de la bataille de libération. Enfin il vit ces trois frères clones devant le Sénat, l’assemblée les huant et les conspuant, les accusant de trahison. Il vit ces frères devant un peloton d’exécution, la plupart des sénateurs la mine radieuse.
« L’avenir, voilà ce que tu vois, dit Plagueis, alors que les corps des trois commandants clones tombés sous les tirs de blasters. Si tu ne fais rien, tu sais qu’ils finiront par te détruire ainsi que tout ceux que tu aimes. »
Une nouvelle série d’images apparurent, montrant la commodore Saab dégradé par le Sénat, accusé d’avoir laissé Lestate s’enfuir. Il vit l’escadron Amazone être dissous, et l’organisation des Marteleurs détruites par ordre de ce même Sénat.
« Pourquoi, hurla Lestate. »
« Tout ce que tu fais représente une menace pour la plupart des sénateurs, dit alors le duc Grammont. Tu sais ce qu’ils font à ceux qui s’opposent à eux, tu as vu ce qu’ils m’ont fais et à quelles extrémités ils m’ont conduis. »
« Et vous, que proposez vous comme avenir, demanda Lestate d’un ton soupçonneux. »
« La fin de ces assemblées corrompus et inutiles, dit alors Plagueis. Je te propose un avenir où un pouvoir central fort décide et aide ceux dans le besoin. Un pouvoir central qui limite les prérogatives de ces assemblées pour que l’on puisse bougé les choses, aidé ceux qui en ont besoin, et punir ceux qui abuse du système. Voilà ce que je te propose. »
« Qui me dit que vous ne deviendriez pas un nouveau tyran, demanda Lestate. »
« Toi, répondit tout simplement Plagueis. Toi à mes cotés avec ta vision de la justice empêcheras quiconque de détruire ce système. »
Lestate réfléchit pendant de longues minutes, toutes ces aventures, ces déceptions et ces espoirs luttant dans son esprit pour tenter de voir la meilleur solution.
« Alors mon ami, que choisis-tu, demanda Grammont. Rejoints nous et nous bâtirons l’avenir dont nous voulons tous. Reste avec eux, et d’autres personnes comme moi devrons se sacrifié avant que tu ne comprennes ce que nous entreprenons. »
« Ai-je vraiment le choix, railla Lestate en désignant les troupes autours de lui. »
« Bien sur que tu as le choix, répondit Plagueis. Je te laisserai repartir cette fois si tu ne te joint pas à nous. Mais tu sais ce qu’il t’arrivera quand tu rentreras parmi ceux que tu appelles les siens. »
Lestate ne put s’empêcher aux événements survenu il y a plus d’une année dans ce système, quand il avait combattu ces frères clones dans ce système. Il repensa à tous ce qui avait été dit après sa disparition, au sujet de sa trahison. Il savait que cette fois, cela se reproduirait encore et qu’il entraînerait ceux qui l’aimait et qui avait confiance en lui vers la disgrâce voir la mort.
« Alors mon ami, que choisis-tu, demanda Dark Plagueis. »
Devant les troupes médusés, Lestate désactiva ces deux lames, et s’agenouilla devant Dark Plagueis.
« Je suis à vos ordres, Maître, dit Lestate. Dites moi ce que je dois faire pour débarrasser la galaxie de ce mal qui la ronge. »
« Relève toi, Dark Lestate, disciple Sith, clama Dark Plagueis. Abandonne ces lames, symboles de ton asservissement et prend ces sabres lasers, preuve de ton pouvoir et de ta volonté de mettre de l’ordre dans cette galaxie. »
Les deux lames aux cortiosis de Lestate volèrent au loin, et celui-ci pris ses deux sabres lasers, avant de les activé devant Dark Plagueis, dans un déluge de lumière rougeoyante.
« Que la galaxie et ceux qui ose se mettre en travers de notre chemin tremble devant Dark Lestate, dit le duc Grammont. Bienvenue parmi nous. »

Dans le QG de la flotte aramidienne, un sombre écho dans la Force retentit dans les esprits des trois clones. Ceux-ci se regardèrent d’un air infiniment las.
« Que se passe-t-il, demanda Emera. »
« Lestate c’est enfoncé encore plus loin dans les ténèbres, dit Azazel d’un ton sépulcral. Je crois qu’il cour un grand danger, et qu’il en fait pesé un grand sur nous. »
« C’est impossible, dit Emera. Lestate a toujours suivi la lumière, et c’est au cœur des ténèbres les plus fort que la plus petite des lumières est la plus visible. »
« Je l’espère dit Azazel. Car c’est lui qui pourrait nous faire basculer vers la lumière ou les ténèbres, ainsi que toute la galaxie. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:44

Chapitre 69 : Dark Lestate
Cycle du coté obscur partie 1 : Toujours plus loin dans l’ombre

« Nos flottes sont déployés autours des mondes que nous tenons encore, briefa le commodore Saab. La première et la quatrième flotte ont rejoint la capitale. La deuxième flotte est basée à Adelpha, et le troisième en orbite de Filve. La cinquième et la sixième sont déployés le long du corridor que nous tenons ente ces deux pôles. »
« Cela vous fait combien de planètes à défendre, demanda alors Faab, le zabrak qui codirigeait l’organisation des Marteleurs, un très puissant et vénérable ordre de contrebandiers. »
« A peu près deux cents, répondit Saab. Au cour des deux dernières semaines, nous avons perdus le contrôle de près de 90% de notre territoire. »
« C’est ce que mon organisation m’a rapporté, en effet, acquiesça le zabrak. Alors commodore, que peut un groupe de misérables contrebandiers de notre espèce. »
« Vous ai-je dit que je ne suis pas forcément d’accord avec les dires du Sénat, soupira la commodore. »
« Je le sais, dit Faab en souriant. J’ai vu votre intervention en faveur de Lestate et des autres commandants clones. »
« Dommage qu’elle n’a pas eut le succès espéré, soupira Saab. »
« Parfois ce que fait Lestate nous semble dur à comprendre, réconforta Faab. Et je vous en parle en connaissance de cause !!! »
« Le problème est que ça sent la trahison, et que à cause de ça, les commandants clones qui aurait pu nous aidé ont été mis hors coup, maugréa Saab. »
« Comme si cela vous dérangeais, pouffa Faab. »
« Que voulez vous dire, cracha Saab d’un ton soudain devenu soupçonneux. »
« Vous avez exigé qu’ils soient mis aux arrêts sur votre vaisseau personnel, et vous voudrez me faire croire qu’ils ne participent pas à vos manœuvres, minauda Faab. Vous me prenez pour qui ? Un abruti de sénateurs corrompu gras et ventripotent ? »
Ce fut au tour de Saab de sourire et l’atmosphère dans sa salle de briefing privé se détendit. La commodore fit un signe de main, et les trois commandants clones entrèrent.
« Désolé pour ce petit test, s’excusa Azazel. Mais on voulait savoir de quel coté vous étiez. »
« Pas de problème les gars, dit Faab. Alors, au risque de me répéter, que voulez-vous des Marteleurs. »
« Premio comme vous le savez toute notre flotte est engagé dans la protection des territoires restant sous notre contrôle, commença Azazel sur signe de Saab. Cela veut dire que nous n’avons plus de force en train d’effectué des reconnaissances sur les bases ennemies. Notre premier souhait est que vous remplissiez ce rôle. »
« Et secondo, demanda le zabrak. »
« Secondo, continua Azazel nous allons avoir besoin de vos services pour voir ce qu’il se prépare dans le camp ennemi. Je paris que vous avez encore de nombreuses cellules implantés dans ces territoires. Cela nous permettrait de mieux savoir où en sont nos ennemis et pourquoi pas mettre un peu le boxon cher eux. »
« En gros vous servir de service secret et de retourner les mercenaires et autres fanatiques qui les servent, synthétisa Faab. »
« En résumé oui, dit Saab. »
« Je pense que c’est dans nos cordes, finit par répondre Faab. Mais ça va vous coûter cher, surtout si le Sénat ne doit pas être au courant !!! »
« Comme si on s’en doutait pas, ricana Bhaal. Vous n’avez jamais su faire de rabais, même à vos alliés.»
« Que voulez vous dit Faab en se fendant d’un large sourire, on appelle ça la déformation professionnelle. »

Ailleurs dans la galaxie, un autre briefing se déroulait à bord d’un sombre destroyer en orbite d’une planète récemment conquise.
« « Le Dark Vador » a finit de réparer les dégâts occasionné par la bataille Monseigneur, annonça un officier. »
« Je vois que les équipes de maintenances ont tenu compte de mon avertissement, observa Lestate en se retournant vers l’officier. Amenez moi le prisonnier maintenant. »
L’officier acquiesça puis effectua le salut réglementaire avant de tourner les talons.
« Que crois-tu Lestate que ces prisonniers vont t’apporter, demanda le duc Grammont en s’approchant de la sombre silhouette qui se tenait face à la verrière de la passerelle du méga-destroyer de commandement. »
« J’espère les rallier à notre cause, répondit alors Lestate. Dofu est un excellent sous officier, et il pourrait nous être utile. »
« Et si il refuse, objecta Grammont. »
« Alors il mourra, répliqua froidement Lestate. »
Quelques instants plus tard, l’officier revint, escortant Dofu qui était menotté.
« Lestate, je n’aurai jamais cru que tu nous trahirai, lâcha Dofu d’un ton triste. »
« Les gens changent, répondit Lestate, avec un air las. Nous faisons tous notre devoir. »
« Je ne crois pas que le devoir implique la trahison, rétorqua Dofu. Tu nous as trahi, abandonnant la liberté pour la tyrannie. »
« De quelle liberté parles-tu, cracha Lestate. Celle d’obéir à des politiciens corrompus, arrogants et incompétents. Je n’appelle pas ça la liberté. »
« Je ne vois pas en quoi se soumettre à un tyran issue du mal est une liberté, rétorqua Dofu. Certes le système démocratique a parfois des ratées, mais il est toujours mieux que n’importe quel dictature !!! »
« Des ratées, dit Lestate incrédule. Des mondes asservis par des conglomérats sans scrupules, des sénateurs avides de pouvoirs et d’argent qui vendent le peuple et ces droits aux conglomérats, des assemblées déclarant traîtres ceux qui tentent de faire bouger les choses et punir les corrompus. Je n’appelle pas ça des ratés, mais de la décadence. »
« Alors tu en es là, s’étonna Dofu. »
« Une bonne dictature est toujours meilleurs qu’une mauvaise démocratie, déclara Lestate. Rejoint moi et nous apporterons la justice et la stabilité à cette galaxie. »
« Je crois Lestate qu’a force de voir le mal du système tu as cru que tout le système était mauvais, se désola Dofu. Mais je ne veux pas te rejoindre dans cette folie. »
« Alors on en est là, observa Lestate. »
Il se rapprocha de Dofu et sortit ces deux sabres lasers, qu’il activa d’un geste négligent. Les deux lames rouges se posèrent de part et d’autre du cou de l’aramidien.
« Je suis désolé, ce n’est pas contre toi, s’excusa Lestate. Mais si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi et maintenant je ne fais plus l’erreur de laisser mes ennemis en vie. »
D’une simple torsion des poignets, les deux lames chantèrent, et la tête de Dofu roula au sol.
« Messieurs, en avant, ordonna Lestate. Direction Adelpha, nous avons une galaxie à sauver de sa décadence. »

Dom regardait avec appréhension les chantiers orbitaux qui se tenaient sous ces yeux. Autour d’eux, une véritable armada de vaisseaux de combat attendaient la bataille à venir. Il regarda alors l’être qui venait d’arriver dans son bureau. Celui-ci ressemblait trait pour trait à Lestate, le compagnon de la plus jeune de ces filles, à part une cicatrice que Lestate avait sur le visage et les yeux du clone qui étaient bleu alors que ceux de Lestate autrefois étaient verts.
« Je ne pense pas que ce que vous mentionnez risque d’arriver, Azazel, finit par répondre Dom. Grâce à l’expérience acquise lors de la Rébellion et des évènements survenus jusqu'à nos jours nous avons amélioré notre grille de défense pour éviter toute infiltration. »
« Avec le respect que je vous dois, je pense que la donne à changer depuis que nous avons perdu le contact avec Lestate, contredit Azazel. »
« Perdu le contact, c’est comme ça que vous appelez la trahison, grogna Dom. »
« Lestate est habitué à ce genre de missions, et parfois cela nécessite de réaliser des actes dommageables pour aboutir aux résultats souhaités, rétorqua Azazel. »
« Si vous le dite, finit par lâcher Dom. Enfin puisque vous vous donnez tant de mal, je surveillerais en personne avec mes meilleures unités les zones que vous avez ciblés. En espérant que vous avez tort. »
« Moi aussi j’espérerai me tromper, soupira Azazel. Mais malheureusement l’expérience m’a prouvé que j’avais rarement tort. »

« Sortie d’hyperespace dans trente seconde, clama la voix mécanique de l’ordinateur de bord. »
Lestate regarda dans la soute de la navette de classe Sentinelle d’infiltration les membres du commando vérifier leurs équipements. A les voir on aurait dit une banale mission d’entraînement tellement les gestes des commandos étaient faits avec assurance et efficacité. Lorsque que la navette entra dans la partie diffuse de l’atmosphère d’Adelpha, la soute commença à vibrer. En quelques secondes les vibrations s’intensifièrent tellement que touts les commandos durent s’asseoir. Puis brusquement la navette bascula sur tribord dans une impressionnante chute à la limite de la vrille incontrôlée.
« Fait gaffe à ne pas perdre réellement le contrôle, conseilla Lestate au clone qui portait le matricule C2. Dès qu’on a atterrit fait-toi retrouvé puis rejoint le reste des « Anges » à bord de « L’Aramidia ». »
« Pas de problème patron, répondit le clone sur un ton enjoué. »
La navette continua sa décente infernale, survolant les grandes plaines faiblement vallonnées d’Adelpha. Dans son comlink de casque, Lestate entendait les échanges frénétiques entre C2 et la tour de contrôle du secteur planétaire. Une secousse brutale secoua alors le vaisseau, qui coupa instantanément et durement sa chute et se lança dans une série de manœuvres d’évitements.
« Rapport C2, gronda Lestate. »
« Ils ont installé des canons ioniques sur leur base et tente de m’empêcher de m’approcher. Je vous largue dès qu’on est à moins de 5000 mètres d’altitude. »
Lestate fit biper son comlink deux fois, donnant aux propositions de C2 force d’ordres. A l’arrière de la soute une lumière orange clignotante s’alluma et les portes latérales de la navette modifiée pour le drop de troupes commencèrent à s’ouvrir. Quasi-instantanément les commandos clones se levèrent et se jetèrent dans le vide, prenant et activant leurs packs de largages en quelques secondes. Voyant le dernier de ces hommes se jeter dans le vide, Lestate attrapa son pack, l’enfila, boucla le harnais et se jeta dans la nuit noire. Il tomba en chute libre, laissant la navette Sentinelle remonté en piquet en hurlant. Un trio de chasseurs de classe alpha tenta de l’abattre, mais les commandos clones les mitraillèrent avec leurs blasters lourds. Surpris, un des chasseurs n’eut pas le temps de réajuster ces boucliers, et un de ces deux moteurs explosa. Le chasseur se retira du combat, volant tant bien que mal devant un nuage de fumée noire. Les deux chasseurs survivants piquèrent vers les clones, alors qu’au loin un nouvel escadron se mettait en position pour tenter d’intercepter la navette qui filait vers l’espace. Le premier chasseur plongea vers le gros des clones, tentant de les neutraliser par des tirs de canons ioniques. Les clones réagirent promptement et décochèrent des salves de mini-missiles qui détruisirent le chasseur. Le second piqua alors vers Lestate, ces canons déchaînant toute leur puissance de feu. Méthodiquement, Lestate repoussa les tirs avec ses deux sabres lasers rouges. Puis lorsque l’attaque se fit moins virulente, il enclencha ses propulseurs ascensionnels, et utilisa ces deux sabres pour découper en deux le chasseur.
« Rapport de la situation, demanda Lestate à l’attention des clones. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:45

« Dom, alerte de secteur !!! »
Dom regarda Thier, son plus jeune frère qui s’était porté volontaire pour la surveillance d’un des générateurs de bouclier de la planète.
« On a quoi, demanda en soupirant alors le père d’Emera. »
« Une vieille navette de classe Sentinelle a piqué vers ici, suite à une avarie apparemment. Trois chasseurs ont été voir ce qui se tramait mais on a perdu le contact et on a des relevés de tirs énergétiques en altitude. »
Pendant quelques instants, Dom réfléchit aux éventualités qui se présentaient à lui. Il ignorait ce qu’il se passait au-dehors, mais l’avertissement d’Azazel lui revint à l’esprit.
« Active les boucliers extérieur, dit Dom en saisissant son vieux blaster DC 17 impérial. Je vais prendre une équipe et faire une ronde dans le périmètre histoire de voir ce qu’il se passe. »
Thier tapa une série d’ordre sur sa console, et prit une carabine blaster en se levant.
« Je t’ai pas ordonné de venir, observa Dom. »
« Et tu crois que je vais te laissé te battre sans que je sois là pour t’aidé, grogna Thier. »
« J’ai déjà combattu un des commandants clones, contra Dom. »
« Et quand tu es revenu tu étais à moitié mort, railla Thier. En plus Anit ne me pardonnera jamais de t’avoir laissé joué le héros !!! »
« Bon, tu a prévenu Laetis au QG de la défense qu’on avait un problème, demanda Dom. »
« Pour qui tu me prends, railla Thier. Un crétin de soldat clone ???? »
Une série d’explosions étouffées leur rappelant que la situation se dégradait rapidement, et ils se mirent en mouvement, suivi d’une vingtaine de soldats.

Lestate atterrit durement sur le sol, alors qu’autour de lui des traits de laser fusaient dans tout les sens.
« Major, rapport de la situation. »
Un clone que rien ne distinguait des autres cessa de tirer et salua Lestate.
« La zone est bientôt sous contrôle, même si nous rencontrons une vive résistance à l’entrée du bunker, dit le major clone. »
« Je vais m’en occupé moins même, répondit Lestate. Nous devons avoir finit cette mission et décroché de la zone dans 30 minutes au plus tard. »
« Il ne faudra que 8 minutes aux informaticiens pour démanteler le réseau de boucliers planétaires, observa le major clone. »
« Ce n’est pas une raison pour être en retard sur le planning, maugréa Lestate. »
Il se dirigea alors vers l’épaulement herbeux qui lui masquait le générateur de bouclier. En contrebas le générateur de bouclier luisait doucement sous le clair de lune. Autour le scintillement d’un bouclier défensif se dégageait nettement. Aux abords de celui-ci, une série de fortifications avait été construite, permettant aux défenseurs de la base de se défendre plutôt correctement.
« Major, passez moi Apocalypse, ordonna Lestate. »
Le clone souleva difficilement un énorme lance roquette de trois mètres de long et devant peser dans les deux à trois cents kilos. D’un geste nonchalant Lestate le souleva, et deux roquettes volèrent jusque dans le fut du lance roquette. Deux détonations retentirent quand Lestate tira. Les deux fusées multicolores explosèrent contre le bouclier, de longs éclairs de surcharge couvrant toute la surface du bouclier. Une explosion sourde retentit, de la fumée noire s’éleva et le bouclier disparut. Les défenseurs se ruèrent à l’attaque vers les positions des clones, espérant les prendre par surprise.
« Tir de neutralisation, ordonna Lestate. »
Des traits paralysants jaillirent des blasters, et une dizaine de soldats s’écroula. Lorsque que les deux premiers arrivèrent à une quinzaine de mètres des clones, Lestate ordonna de cesser le tir. Les deux défenseurs s’arrêtèrent net en voyant Lestate.
« Espèce de traître, cracha Thier. »
« Que faisons nous Monsieur, demanda le major clone. »
« Investissez la base, ordonna Lestate. »
« Tu devras nous passer sur le corps, menaça Dom. »
Lestate tendit ces deux sabres lasers et ces six armes à projectiles, avant de faire tomber sa cape sur le sol grâce à un roulement d’épaule. Il enleva aussi son casque, gardant seulement son comlink.
« Si c’est ce que vous souhaitez, lâcha-t-il alors d’un ton désabusé. Cela me fera faire un brin d’exercice. »
« C’est ce que tu crois, cracha Thier. »
Lestate se mit en mouvement, tel un félin en chasse. En un bond, il envoya un puissant coup de pied en direction de Dom. Celui-ci résista, malgré une puissance capable d’assommer un bantha. Immédiatement, Thier se porta au secours de son frère, empêchant Lestate de le mettre KO. Il déchaîna une tempête de coup de poing sur Lestate, enchaînant des coups francs appris à l’armée et les attaques vicieuses que tout benjamin d’une tribu de mâle humain connaît. Mais Lestate le contra systématiquement, gagnant même du terrain. Même quand Dom rejoignit le combat, Lestate continuait à dominer la situation, ces attaques et feintes forçant les deux frères à se mettre sur la défensive.
« Monsieur, fin de l’opération dans deux minutes, serez vous prêt, demanda le major clone par comlink. »
« Evidement, répondit Lestate. »
Par un impressionnant et fulgurant salto, il se trouva dos à ces adversaires. Ceux-ci n’eurent pas le temps de se retourner que Lestate leur fauchant le plexus solaire, les mettant KO pour le compte. D’un geste nonchalant, il remit armes, cape et casque en place, et il activa une fréquence d’appel.
« C2, ramène toi ici, on a besoin d’un taxi, dit alors Lestate. »
« Mince, je viens juste de les semer, geignit C2. On ne m’avait pas payé pour ce job !!! »
« On en te paye pas pour aucun job, railla Lestate en souriant. »
« Raison de plus s’exclama le clone. Au fait patron, on a des prisonniers a embarqué. »
Lestate regarda les deux hommes au sol que des commandos étaient en train de menotter.
« Négatif, on a pas le temps avec ça, répondit-il. On a deux heures pour rejoindre le « Dark Vador » et quarante-huit pour prendre cette planète. »
Au loin la navette de classe Sentinelle apparut en rugissant.

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
yr86
Barman de la Taverne
Barman de la Taverne
avatar

Nombre de messages : 1642
Age : 31
Localisation : Saint Brieuc ( malheureusement )
Emploi : chef d'équipe
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   Sam 28 Oct - 21:46

Epilogue cycle du coté obscur partie 1 : Toujours plus loin dans l’ombre

Dans sa chambre de méditation à bord du « Dark Vador », Lestate contempla le fragile objet qui se trouvait devant lui. Il n’était pas très impressionnant, mais beaucoup de chose dépendait de cet holocron.
« Enregistrement, ordonna Lestate. Cet holocron est réglé sur les fréquences d’Azazel, Bhaal ou Thor. Si vous voyez cet enregistrement, c’est que j’ai réussi la première partie de ma mission. Plagueis me fait confiance, et je pourrais bientôt en finir avec lui. J’espère que vous ne doutez pas de moi ni de mes intentions. Lestate Terminé. »
Lestate prit dans sa main le gracile objet, et il le fourra dans l’ogive d’un missile, qu’il remit dans un rack destiné à son chasseur jedi. Derrière lui T5 bipa doucement.
« Ouaip, je pense que tu as raison, dit Lestate. Ils ne me croiront sûrement pas, mais bon je n’ai pas le choix. »
Le droide trilla une nouvelle fois, posant une suggestion. Lestate tourna sa tête vers le droide et acquiesça.
« Tu as raison, je pense que c’est une bonne idée, finit-il par dire. Si quelqu’un à l’habitude de mes plans douteux c’est lui. Ordonne à personne d’entrer sous aucun prétexte dans mes quartiers. »
Le droide partit en dandinant, trillant qu’il espérait que quelqu’un essaye de venir le déranger pour qu’il puisse tester ses nouveaux blasters paralysants.
« Je pense que c’était vraiment une idée pourri de t’armer et de te donner une personnalité aimé tant le combat, soupira Lestate. »
Il se concentra sur la Force et tenta de contacter un esprit familier et délicieusement retors avec qui il avait passé de nombreuses années avec leurs lots d’aventures.
« Allez loulou, dit moi que c’est moi le meilleur, marmonna Lestate alors que la Force affluée en lui. »

Be continued
Yr86
Luke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yr86.skyblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Chroniques de Lestate: livre 3: Par delà la mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Je vivrai par delà la mort" Khalil Gibran+"Un sourire" Raoul Follereau
» LES CHRONIQUES DES GARDELLA (Tome 1) CHASSEURS DE VAMPIRES de Colleen Gleason
» L'ATLAS D'EMERAUDE (Tome 2) LES CHRONIQUES DE FEU de John Stephens
» [Meloy, Colin] Les chroniques de Wildwood - Livre I
» Votre livre du moment [2]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manuscrits : l'Univers Fan-Fictions :: Films ou Séries :: Star Wars-
Sauter vers: