AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Manuscrits de Sorya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
linky21

avatar

Masculin Nombre de messages : 6
Age : 25
Localisation : Antibes
Emploi : Collègien
Date d'inscription : 04/11/2006

MessageSujet: Les Manuscrits de Sorya   Sam 4 Nov - 23:52

Bon, je poste mon oeuvre, bien que déjà présente sur mon forum où un peu partout !

Résumé : Tout prend place dans un monde atemporel (donc aucune époque n'est précisée), mon roman fait parti du genre fantasy. Le titre étant Les Manuscrits de Sorya, l'histoire se déroule à...Sorya.
Ce pays, Sorya, accueille de nombreuses créatures, allant du Phénix au Léviathan, en passant par divers reptiles et mammiféres, gobelins... Et bien sur, les humains y ont pris une place des plus importantes.
C'est donc l'histoire d'un jeune garçon orphelin, Jake, peu aimé dans son village, qui part à la "ville", à la recherche de ses parents. Il se verra impliqué dans de drôles d'affaires, il fera une découverte importante qui le ménera droit vers une organistion criminelle maléfique, qui a pour projet de réveiller un grand pouvoir, en s'infiltrant dans la Cité Interdite.

Voilà, bonne lecture !
____________________________________________


CHAPITRE 1

Le Début de la Crise


Tout commença ce jour là, dans une vieille auberge de la ville d’Isabé. Comme chaque année, les belligérants de tous horizons s’étaient réunis dans le plus grand secret. Les Chefs de Clan, les maires de villes et de villages, le Haut Prêtre, ainsi qu’une grande partie des malfrats du pays étaient présents. Mais cette année, la conférence avait eu lieu bien plus tôt que d’habitude, éveillant les soupçons de certains.

- Il suffit !
Un gros bonhomme se tenait ainsi debout, les paumes de ses mains appuyées sur la table. Son crâne, dégarnit avec l’âge, présentait deux petits yeux colériques, ainsi que des moustaches frémissantes, taillées en pointe, ses grosses joues, empourprées par la colère, laissaient apercevoir que l’homme ne mourait pas de faim, bien au contraire. C’était le maire de la ville d’Isabé, Rudolf Isuma « le Bon », comme il se faisait appeler, il s’était levé d’un bond, dévoilant ses énormes bourrelets de graisse, et ses cris de colère avaient raisonnés dans toute la salle. Sous l’effet de cette vision, quelque peu comique, les personnes réunies autour de la table n’eurent pas d’autre choix que de se taire, car même si l’homme en question paraissait inoffensif, il était tout de même l’homme le plus important du pays, il commandait une armée entière de policiers, et l’état devait se plier à chacun de ses caprices.
- Si je vous ai réunis ici, ce n'est pas pour discuter de ces futilités ! L'heure est grave.
- On sait tous ce qui se passe, ce n’est pas la peine de nous le rabâcher une énième fois. Que se passe-t-il de si important pour nous avoir tous réunis ici ? Cette réunion ne devait-elle pas avoir lieu dans trois mois ?
Rétorqua le chef du clan du Léviathan, d’un ton hautain. Cet homme était l’antithèse directe du vieux Isuma, il était jeune, plein d’orgueil et de prestance, insolant par moment. De physique plutôt rachitique, car son clan manquait de nourriture, il portait les cheveux longs, couleur de jais, et ses yeux verts brillaient d’un bel éclat. Attendant une réponse qui ne viendrait surement pas, le chef de clan reprit la parole, haussant légèrement la voix.
- Alors pourquoi nous avoir appelés ?
- Pour nous préparer à stopper Chaos. Comme vous le savez, ces enflures ont décidé de s'approprier la puissance du Dragon de Cristal, dans la Cité Interdite.
- Oh, c’est pour cela que nous avons été réunis ? Ne vous inquiétez pas, ces rebelles ne représentent pas une menace.
Assura le chef de clan, esquissant un large sourire. Mais tout le monde n’était pas du même avis, et pour répondre à ces affirmations, le Haut Prête se leva, ses traits révélaient un vieillard de plus de soixante-dix ans, fatigué et malade, mais qui n’en demeurait pas moins puissant, la magie ancestrale qu’il contrôlait alliée à l’expérience acquise au fil des années poussaient à la crainte et à l’admiration, certains allaient même à le vénérer. Il avait aussi des ennemis, parmi eux, son frère, chef du clan de la Mangouste, tout aussi puissant que le Haut Prêtre, mais lui, préférait la reconnaissance de ses rares élèves à la gloire conférée aux prêtres de haut rang. Kon Driado, car c’est comme cela qu’il se nommait, se racla la gorge, et parla.
- Vous avez l’air très confiant, mais savez-vous réellement de quoi sont-ils capables ? Non.
- De quoi sont-ils capables ? Questionna le dénommé March Gran, caché sous un long manteau de toile.
- Cela vous intrigue, n'est-ce pas, mon cher Gran ? Mais tout d’abord je souhaiterais que vous enleviez votre manteau. Reprit le maire, une moue de contentement sur le visage.
L’homme parut tout d’abord offensé, mais sous le regard de ses confrères, il aurait pu paraître très peu courtois de refuser cette invitation. Il s’exécuta, dévoilant son visage au grand jour. Certains dans la salle furent choqués, poussèrent un hoquet de stupéfaction, ou baissèrent les yeux, indignés par la vision qui s’offraient à eux, d’autres, comme le chef des Léviathans, ne furent pas le moins du monde étonnés, et lui adressèrent une moue de compassion ainsi qu’un un large sourire. En effet, l’homme, si l’on pouvait le qualifier ainsi, mesurait un peu plus de deux mètres, et présentait, à la place d’un beau visage bronzé, une tête de taureau cornue et agressive aux premiers abords. March Gran, chef du clan du Golem, n’était pas humain, mais un tauren, un homme-bête, considéré comme monstre sans cervelle.
- Etes-vous satisfait, cher confrère ? S’enquit-il aussitôt avoir retiré complètement son manteau. Revenons au sujet si vous voulez bien, je m’intéresse grandement à ce que peut faire cette "secte".
Le prêtre reprit donc la parole, d’une voix saccadée et rugueuse.
- Ils sont capable de tout. De plus, les bancs de l'armée de Chaos sont constitués d'un peu plus de deux millions d’hommes, tous d'anciens prisonniers, malfrats, brigands. Certains politiciens véreux ont aussi rejoins leur rang. Tout ça pour une seule chose, le pouvoir.
- Mais quel homme saint d’esprit oserait rejoindre les rangs de ces rustres ! S’exclama un homme.
- Qui sait...
Le maire prononça ces derniers mots d’une telle manière, tout en regardant le Haut Prêtre, que tous autour de la grande table se levèrent, décontenancés par ses propos.
March Gran fut le premier à comprendre. Suivi du Chef du Léviathan, puis tumultes protestations et questions s’élevèrent.
- Ne me dites pas que…
- Et pourquoi pas ? Fit le maire. Chaos est plus puissant que nous, il vaut mieux s’allier avec eux que de leur tenir tête.
- Retenez-moi ou je fais un malheur !
Gran, hors de contrôle se ruait déjà sur le maire, mais le Chef des Léviathan fut assez rapide pour le stopper.
- Calmez-vous ! March…Ce n’est pas un endroit pour se battre.
- Ecoutez ce jeune impertinent, Gran, déclara le Haut Prêtre, où je serais moi aussi obligé de faire appel à la force !
- Appel à la force ?
Le maire tapa dans ses mains, et c’est alors que la porte de l’auberge s’ouvrit, dans un grand fracas, plusieurs hommes rentrèrent dans la salle. C’était sans aucun doute les soldats de Chaos, facilement reconnaissables grâce à leur épée longue dans leur dos, leur petit sabre pendant à leur coté gauche, ainsi qu’à leur lourds casques et armures marrons, frappées d’un écusson en forme de croix. Isuma et le Driado, maires et prêtes, se réfugièrent derrière les puissants soldats récemment apparus, laissant les dangereux malfrats et les chefs de clan à portée d’épées. Gran, déjà prompt à se battre, hurla de rage et fondit tête baissée vers les soldats, mais un des leurs, plus rapide, lui asséna un grand coup du plat de son épée, dans la tête. Cela eut pour effet d’assommer le tauren, à la grande surprise de tous le monde, en effet, les taurens avaient pour réputation d’être quasi-imbattables, pourtant, ce coup l’avait bel et bien neutralisé…

Je ne sais pas ce qui c’est passé après tout cela, mais une chose est sure, c’est que beaucoup de monde périt ce jour-là. Tout de même, certains en réchappèrent, tel que le chef du clan des Léviathan, le chef du clan de la Mangouste, ou même March Gran. Heureusement qu’il y eut des survivants, car sans eux, notre avenir aurait été rudement mis en danger…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://project-sorya2.superforum.fr/index.forum
 
Les Manuscrits de Sorya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reliure des manuscrits pour envois éditeurs ?
» Plusieurs manuscrits par envoi?
» Grille d'évaluation des manuscrits
» Appel à manuscrits Editions Mots en Flots
» Bayard Jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manuscrits : l'Univers Fan-Fictions :: Créations personnelles (inventions)-
Sauter vers: