AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La journée la plus longue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: La journée la plus longue   Ven 7 Mar - 13:02

Lire les Changelins avant pour comprendre l'histoire.

Résumé.
Dean et Sam sont a la recherche d'un d"mon qui leur a échappé. Ils vont arrivé dans une ville fantômes qui possède un immense manoir ou beaucoup de chose leur sera révélé en particulier sur leur famille.
Ils finiront par se disputer et Dean partira a la recherche du démon tout seul. Il se fera blessé et un peu de sang du démon se mélangera au sien. Dean revivra le début de cette journée jusqu'à la mort du démon.

Sam et Dean étaient dans l'Impala. Ils étaient complètement exténués. Cela faisait maintenant deux mois qu'ils chassaient un démon. Un démon d'ordre inférieur en plus. Ils n'auraient pas du avoir autant de mal a l'exterminer. Et pourtant.... Sam avait déjà eu du mal à trouver des informations sur ce démon. Et pour cause cela faisait des centaines d'années que ce démon n'avait pas réapparu sur terre. Sam et Dean se prenaient la tête depuis plusieurs jours à cause de la fatigue. Ils étaient irritables tous les deux, un rien pouvait les faire sortir de leurs gongs.

Dean conduisait. Rien de bien nouveau en sommes, mais il était blessé a l'épaule. Ce satané démon l'avait attaqué par derrière lui déboitant l'épaule et lui arrachant une parti de la chair. Son épaule était à vif. Sam l'avait trainé de force dans un hôpital, malgré les réticences de son frère aîné.

-Tu veux que je conduise? lui demanda Sam.
-Non, je vais bien, lui répondit froidement Dean.
-Ok, s'exclama Sam sur le même ton. Fais ce que tu veux.
-J'y crois pas! explosa Dean, le Chevaucheur est un démon mineur et on arrive même pas à le descendre!!
-Dean c'est pas faute d'avoir essayé. On est exténué. Peut-être que si on se reposait un peu...
Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase.
-Et perdre sa trace? Alors ça jamais de la vie, lui balança Dean.
-Et on dit que c'est moi qui est obsédé par la chasse.
-Commence pas!! Je suis trop crevé pour commencer une nouvelle dispute.
-Ok.

Ils restèrent silencieux pendant un moment. On n'entendait que le moteur de L'Impala. Puis Sam se remit à parler.
-Papa me manque, dit-il plein de regrets.
-A moi aussi.
Puis il parti sur un autre sujet.
-Je vois pas pourquoi tu t'obstines Dean, dit Sam. Toi qui disais que tu ne voulais prendre aucune autre affaire temps que cette foutu reine était encore en liberté.
-Oui, mais on a pas trouvé de trace nous indiquant où elle est et j'en avait marre de rester les bras ballants.
-Tu es peut-être soulagé qu'elle se soit enfui en fin de compte. répondit Sam en évitant le regard de Dean. Dans ce cas tu n'auras pas à te sentir coupable d'avoir tué ton propre enfant?
Dean se retourne vers lui et fronce les sourcils
J'ai peu être été un peu loin là, se dit Sam.
-Ca n'a rien à voir Sam. On y va parce qu'on a un démon à chasser! Il va payer pour ce qu'il m'a fait. Et qui sait peut-être qu'elle sera la-bas.
-N'y compte pas trop, lui dit Sam. Bon, en attendant je vais dormir un peu le temps qu'on arrive là-bas.
-Ok c'est ça dort.

Sam s'enfonça dans son siège et ferma les yeux.
Que va-t-il se passer?,pensa t-il. Je m'inquiète pour Dean. Il n'a jamais été du genre à dévoiler ses sentiments et pourtant il l'a fait. Un peu trop même. Et voila qu'à nouveau il se renferme sur lui-même.

L'esprit de Dean était complètement vide. Il ne pensait pas à grand chose. Il ne pensait qu'à une seule chose en fait. Il avait tellement de questions sans réponses. Puis, il regarda Sam dormir.
Je dois à tout prix le protéger. Il est tout ce qu'il me reste..
Puis son esprit vagabonda.
Mon enfant. Mon fils. Je ne sais pas pourquoi j'ai l'impression que j'aurais un fils. Il faut que je le sauve de cet enfer. Il ne doit pas vivre dans les ténèbres.
Dean appuya sur l'accélérateur. L'impala galopait dans la nuit.

Sam finit par s'endormir. Mais son sommeil fut perturbé par d'atroces cauchemars. Il revoyait la tragédie de sa mère et celle de Jessica. Il voyait son frère mourir dans d'atroces souffrances. Le petit Josh torturé pour avoir trahis les siens et puis il vit l'enfant de Dean. Il en était sûr, cet enfant serait un garçon. Le petit regarda son oncle avec des yeux d'un bleu-vert intense. Les cauchemars de Sam s'apaisèrent au moment où se petit être apparu. Puis son sommeil ne fut plus troublé une seule fois.


Dernière édition par Ackleslady le Jeu 22 Mai - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Lun 10 Mar - 15:43

Sam se réveilla en pleine forme. Il s'étira en baillant.
-Alors Sunshine, bien dormi? lui demanda Dean
-Super!!
-J'ai vu ça! Tu semblais tellement en paix.
-Tu me regardes dormir maintenant? lui demanda Sam.
-Ca m'arrive, ouais.
-Depuis quand?
-Depuis peu.
-Tu aurais dû me réveiller pour que je te remplace.
-Ca n'aurait servi à rien. De toute facon j'aurais pas pu dormir. On est arrivé.

C'était un village complètement délabré. Il se nommait Elk Forest et se trouvait dans l'Illinois. On aurait dit une ville fantôme. Il n'y avait personne dans les parages. Tout était gris et froid.
-Dean j'ai quelque chose à te dire.
-Plus tard, Sammy. On a un certain démon à retrouver.
-Non c'est important, lui dit Sam en l'attrapant par l'épaule et en le retournant pour que son frère lui fasse face.
-Qu'est-ce qu'il y a de si urgent, lui demanda Dean.
-J'ai besoin de te dire pourquoi j'étais en paix hier. Au début je ne l'étais pas.
-Ah oui?
-Oui.
-Je ne l'avais pas remarqué.
-Je faisais des cauchemars horribles.
Dean baissa la tête n'osant pas regarder son frère.
-J'ai revu maman et Jessica mourir, je t'ai vu mourir, j'ai vu Josh se faire torturer.
-Je suis sûr que tout cela est dû à notre dernière chasse, Sam. Tu avais trop de choses dans la tête fallait que ça sorte.
-Non, Dean, lui dit Sam. J'ai ces cauchemars pour une raison. Une raison bien précise.
-Et laquelle? lui demanda Dean toujours regardant le sol.
-J'ai eu ces cauchemars pour avoir une révélation. Ton fils.
Dean releva la tête.
-Mon fils? lui dit-il abasourdi.
-Oui, dit Sam.
-Il va bien?
-Il naîtra si c'est ça que tu me demandes. Je l'ai vu à l'âge de 5, 6 ans. Ton fils....
-Quoi? demanda Dean inquiet. Qu'y a-t-il?
-C'est l'apparition de ton fils qui a fait que mon sommeil a été tranquille.
-Quoi? répondit Dean.
-Il est apparut dans mon rêve. Il m'a dit quelque chose, quelque chose que je n'ai pas entendu. Et mon sommeil est devenu d'un calme.
-Mais qu'est ce que ça veut dire?
-D'après moi, ça veut dire que ton fils n'est pas un démon Dean. Sinon comment expliquer le fait qu'il soit apparut et que tous les monstres de mes cauchemars aient disparu?
-J'en sais rien, dit Dean tremblant.
-Ton fils est bon. Bon d'accord il a certainement des pouvoirs et il aura certainement le caractère aigris de sa mère mais ça ne te changera pas de beaucoup. Je veux dire, toi aussi tu es aigris parfois, lui dit Sam avec un petit sourire en coin.
-Oui, répondit Dean soulagé. Maintenant allons trouver où se cache ce démon.

Dean et Sam se placèrent devant le coffre de l'Impala. Dean l'ouvrit puis s'arrêta, tout d'un coup. Il regarda aux alentours.

-Qu'est-ce qu'il y a? demanda Sam sur le qui-vive.
-J'en sais rien , lui répondit Dean alarmé. J'ai l'impression qu'on est surveillé.
Sam regarda aux alentours lui aussi. Personne. Pas même un animale dans les parages.
-Tu es sûr? lui demanda Sam, mal à l'aise. Parce que moi je n'éprouve pas ce sentiment.
-Oui, insista Dean. En plus j'ai entendu du bruit venant de par là.
Dean indiqua l'origine du son avec sa main. Il désigna un énorme manoir. Le genre qu'on ne voit que dans les films d'horreurs. Sam commença à vraiment s'inquiéter pour son frère. Il le regarda avec de grands yeux.
-Heu, Dean, finit-il par dire. Il n'y a aucun bruit. pas même le gazouillement d'un oisillon. Alors soit tu entends des trucs qui ne sont pas là, soit tu entends des trucs que je ne peux pas entendre.
-Ecoute, college Boy, je sais ce que j'ai entendu, d'accord? s'énerva Dean.
-Ecoute, j'ai pas dit que tu étais fou, d'accord, grogna Sam.
-Non mais attends! Tu dis que j'invente des choses maintenant?
-Hey, mais tu veux bien...
Un bruit métallique venant de leur gauche arrêta leur petite querelle.
-Je sens qu'on va pas s'ennuyer ici, dit Dean, sur la défensive.
-Moi je voudrais bien qu'on se tire d'ici, commença Sam. Parce que ca ne me dit rien qui vaille.
-Depuis quand tu as les jetons? lui demanda Dean.
-Depuis qu'on arrive pas à tuer ce démon, dit Sam. Depuis que tu t'es fait blessé par lui, depuis que tu entends des choses, depuis qu'on est arrivé dans cette foutu ville, qu'il n'y a personne autour, que tu te sens épié, qu'il y a un manoir qui a l'air de sortir tout droit d'un film d'horreur et depuis ce bruit!!!

Sam avait dit tout cela sans reprendre son souffle. Maintenant Il avait la respiration haletante. Dean le regarda alarmé.
-C'est pas pour moi qu'il faut s'inquiéter mais plutôt pour toi!! Tu nous fais quoi là? Une petite dépression?
-C'est pas drôle Dean! hurla Sam.

Tout à coup, un cri inhumain retentit dans les rues. Les frères s'immobilisèrent instantanément. Seuls leurs yeux bougeaient , cherchant aux alentours d'où pouvait bien provenir ce cri.

-Tu as entendu? demanda Dean.
-Bien sûr! Je ne suis pas sourd! répondit agressivement Sam.
-D'où ça venait?
-Je crois que c'était du manoir.

Dean tourna la tête du côté de la Bâtisse délabrée . Il était impossible de savoir si ce cri provenait bien du manoir. Il semblait venir de partout en fait.
-Je te fais confiance sur ce point là, Sammy, lui dit Dean. Je crois que c'était pour nous souhaiter la bienvenue. Bon c'est pas tout mais, ce démon attend qu'on vienne lui botter les fesses!
-Dean attends, lui dit Sam.
-Pourquoi? demanda Dean en écartant les bras.
-Je crois pas que ce soit une bonne idée d'aller dans ce manoir. C'est vrai...
-On a tout ce qu'il faut Sam: nos fusils, notre espèce de potion. Même si j'ai plutôt l'impression que se soit du sirop...
Il commença à avancer.
-Dean...
-Ecoute Sam, soit tu viens, soit tu me laisses me débrouiller seul.
-Bien sûr avec une épaule à moitié hors service!
-Alors,lui dit Dean avec son plus charmant sourire. Ne te presses surtout pas.

Dean commença à remonter le chemin qui menait vers ce fameux manoir.
Je ne sais pas ce qu'on va y trouver , se dit Sam. Mais je crois bien que tout ceci risque de n'être nullement agréable
Il ne pouvait se sortir de l'esprit que quelque chose se préparait, quelque chose d'affreux, quelque chose concernant son frère, mais il savait très bien que s'il dévoilait ses craintes à Dean, tout ce qu'il aurait de lui serait ses moqueries et ses railleries. Soupirant Sam suivit son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Mar 11 Mar - 13:39

Les garçons remontèrent le petit chemin qui courait le long de la colline et se terminait devant la porte du manoir. Sam avançait à côté de son frère tout en paniquant à chaque pas. Dean l'observait en silence.
Sam finit par ouvrir la bouche sans qu'aucun son n'en sorte. Dean compris que son frère pouvait ressentir quelque chose que lui ne pouvait pas. Mais il ne dit rien pour ne pas alarmer davantage son frère.
Sam finit par sortir ce qu'il voulait dire malgré le fait que sa gorge était sèche.

-Que penses-tu que l'on va trouver? croassa-t-il.
-J'en sais rien, lui répondit Dean sans le regarder. Il gardait les yeux fixés sur cette immense demeure. Le démon sans doute. De toute facon je sais qu'il se cache quelque part par ici alors ce vieux machin me paraît le plus appropié pour lui.
-J'en sais rien, rétorqua Sam. Je veux dire on pourrait très bien le trouver ici mais je suis sûr que ce ne sera pas la seule chose.
Dean alarmé par ce que son frère venait de lui dire, s'arrêta.
-Que veux-tu dire?
Sam regarda en direction de la porte.
-Une ombre plane sur cette ville et en particulier sur ce manoir. Ce n'est peut-être rien mais...
-Sam, tu sais très bien que tes préssentiments s'avèrent toujours justes.
-J'ai l'impression qu'il y a quelque chose pire que ce démon par ici. Quelque chose que papa aurait pu affronter dans le passé mais qu'il n'a pas pu détruire.
Dean regarda son frère, incrédule. Sam continua.
-Quelque chose qui pourrait nous faire revivre nos pires cauchemars. Les pires choses qui nous soit arrivées.

Dean commença à ne plus vouloir rester ici. Tous ses sens lui criaient de partir au loin, mais son entêtement prit le dessus.
-Allez, tuons ce démon d'abord et on s'occupera du reste plus tard.

Dean repartit d'un bon pas. Sam réluctant finit par suivre son frère le pas lourd.

Les frères Winchester s'approchèrent de plus en plus de cet horrible manoir. Plus ils avançaient et plus il semblait énorme. Sam et Dean ne pouvaient pas enlever ce mal être qu'ils ressentaient à chaque pas. Sam finit par s'arrêter à quelques mètres de la porte. Il fronça les sourcils.

-C'est bizarre, finit-il par dire. J'ai l'impression d'avoir déjà vu ce manoir quelque part. Ou du moins d'en avoir déjà entendu parler.
-Moi aussi, dit Dean. Pourtant je n'arrive pas à m'en rappeler.
Le souvenir du passé planait au bord de l'esprit de Dean et pourtant il ne parvenait pas à s'en rappeler.

Les frères continuèrent de regarder le manoir. Il était fait de pierres d'un noir de jais, il y avait des immenses poutres qui supportaient le tout. Des gargouilles plus horribles les unes que les autres ornaient les contours. Cet endroit respirait le mal, le mal à l'état pur. Qui pouvait savoir ce que ces murs cachaient.

Sam finit par sortir de sa torpeur.
-Bon, on y va? demanda-t-il à Dean.
-Bien sûr, lui répondit celui-ci. Tu crois qu'on est venu ici en touristes ou quoi?
Sam le regarda. Ce regard signifiait "ne commence pas".
Dean avança pour ouvrir la porte lorsque soudain des centaines de cris inhumains retentirent.

Sam et Dean sursautèrent.
-Tu crois vraiment que c'est une bonne idée d'entrer là-dedans? demanda Sam.
-Je sais pas si c'est une bonne idée mais notre devoir est d'exterminer ce démon, Sam! s'écria Dean.
-Dean,laisse-moi te résumer la situation, d'accord? Il n'y a personne dans les parages, c'est une ville fantôme et toi tu veux entrer dans un manoir qui hurle?
Dean lui fit un petit sourire crispé puis ouvrit la porte.

Sam et Dean entrèrent à l'intérieur. Dès que la porte se referma derrière eux ils se retrouvèrent envahis par la haine, l'horreur, le mal et la mort.
L'intérieur était complètement différent de ce qu'ils avaient vu de l'extérieur. Des tapis de l'ancien temps tapissaient le sol. Même les escaliers. Des tapisseries recouvraient les murs. Sam et Dean en furent étonnés.
-Mon Dieu, murmura Dean. Dans quoi sommes-nous tombés?
-J'aime bien moi, lui répondit Sam.
Dean lui balança un regard signifiant "tu te fou de moi? Tu aimes ce genre d'horreurs?"
-Ce manoir semble plus grand à l'intérieur que de l'extérieur, s'étonna Sam.
-Ouais, je l'avais remarqué, répondit Dean. Restons ensemble, d'accord. On ne se perd pas de vue. J'ai pas envie de devoir te chercher partout dans cette immense demeure en plus de devoir surveiller mes arrières.
-Ok, lui répondit simplement Sam.

Ils commencèrent à inspecter le rez-de chaussée. Il n'y avait pas âmes qui vivent. On n'entendait aucun bruit, ce qui augmenta leur angoisse. Il y avait des portes partout. Sans s'en rendre compte, Sam et Dean se séparèrent.
-Que crois-tu que nous allons découvrir derrière ces portes? demanda Dean sans se retourner.
Il n'obtint aucune réponse.
-Sam. Sam?
Il se retourna. Sam n'était plus là.
-Il manquait plus que ça. Il n'y a que lui pour me faire un coup pareil!! s'énerva Dean. C'est pas le moment Sam! Sam arrête ta comédie tu veux? Sam! Hurla t-il.
Toujours aucune réponse.
-Mince.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Mer 12 Mar - 15:43

Sam errait dans les couloirs de la bâtisse. Il s'était éloigné de Dean et maintenant il essayait désespérément de le retrouver. Mais comment retrouver quelqu'un dans cet endroit? Ce manoir lui semblait interminable.
Sam n'osait pas ouvrir de portes trop effrayé de découvrir ce qui se cachait derrière.
Les portes étaient toutes en chêne massif.
Après un petit moment qui lui sembla être une éternité il prit la décision d'ouvrir l'une d'entre elles. Après tout qu'avait-il à perdre?
Il posa la main sur la poignée, mais n'ouvrit pas la porte tout de suite. Puis, il finit par le faire. Ce qu'il vit le stupéfia.
Ce qui aurait dû être une pièce n'en était pas une. C'était un extérieur où la nuit était tombée. La pleine lune brillait de milles feux et elle se refléta dans une marre au pieds d'un sapin. Sam leva les yeux et vit les étoiles briller de milles éclats.
Il se retourna et regarda par une fenêtre qui se trouvait à l'autre bout du couloir. Il faisait jour. Le soleil brillait. Il se retourna de nouveau pour faire face au spectacle qu'il avait devant lui. Il cligna des yeux.
Il referma la porte puis la rouvrit s'attendant à voir disparaître ce qu'il voyait, croyant avoir eu une hallucination. Mais non, le paysage était bel et bien là.

Sam n'osa pas entrer mais il continua d'observer les lieux. Cela ressemblait à une forêt. La faune, la flore tout y était.
Puis Sam apperçut un animal d'une blancheur extrême à l'allure d'un cheval et portant une corne striée sur le front.
L'animal s'arrêta et le regarda dans les yeux.
"Une licorne" pensa-t-il. Je croyais que c'était une légende. Maintenant j'en ai la preuve devant les yeux.
Il sourit.

L'animal recommença à avancer puis s'arrêta de nouveau. Elle semblait paniquée. Sam entendit un hurlement. Cela ressemblait à un loup. L'animal parut très près. Puis sortant des buissons, Sam vit un énorme loup-garou se jeter sur la licorne. Elle n'eut pas le temps de réagir et se fit déchirer la gorge. Elle s'étala sur l'herbe verte. Sam fut tétanisé. Il regardait la scène avec effoie. Il finit par réagir lorsque le loup-garou se retourna vers lui et commença à grogner en s'approchant.
Sam referma la porte vivement.

Dean déambulait lui aussi dans les couloirs. Le fait de ne pas avoir retrouvé son frère l'angoissait et le mettait en colère en même temps. Il avait bien ordonné à Sam de rester près de lui et pourtant son cadet lui avait filé entre les doigts.
-Je te jure que je vais te tuer Sam, se dit-il à lui-même.
Dean n'avait plus le choix, il devait ouvrir une porte pour voir si Sam ne se trouvait pas à l'intérieur. Il ouvrit la première porte qui s'offrit à lui. Tournant la poignée, il poussa le battant.

Le vent fit voler ses cheveux. Un vent chaud et poussiéreux. Le soleil brûlait. L'estomac de Dean se retourna, tandis qu'il luttait pour garder l'équilibre et ne pas tomber dans l'herbe sèche de la vallée. Les plaines de l'Ouest américain s'étendaient devant lui. Le jeune homme cligna des yeux, ébloui par le soleil, la peau presque déjà brulée. Puis il ferma les paupières, sentant la présence rassurante du chêne de la porte sous ses doigts.
Quelque part le tonnerre retentit. Dean se força à rouvrir les yeux.
Les plaines battues par le vent étaient toujours là. Rassemblant son courage, il regarda à droite et à gauche. Derrière lui, le paysage continuait. La porte n'était qu'une fissure dans la réalité. Le bruit se fit plus fort. Une tempête de sable se levait mais on aurait dit... Oui, le sol tremblait, la porte vibrait sous ses doigts. Dean plissa les yeux pour mieux voir, avant de réaliser que le tonnerre n'était pas composé d'un seul son, mais de milliers....
Un troupeau.

Fasciné, Dean regarda la horde approcher, essayant de reconnaître les animaux. Des silhouettes brunes... Ces bêtes avançaient trop vite, comme si le film était en accéléré. Et le troupeau... oui, le troupeau avait une forme, un esprit. La poussière en se soulevant créait la silhouette d'un gigantesque bison.
Des bisons. Mais la plupart sont morts..., pensa Dean.
La horde avançait à une vitesse incroyable. Dean distinguait les bêtes, leurs corps ensanglantés en décomposition...
Oui, les bisons étaient morts.
Ceux-là également.
-Mon Dieu..., souffla Dean.

Dean referma la porte en la claquant. Il colla son dos contre la porte et se laissa doucement glisser jusqu'au sol.
-C'est la maison des horreurs, dit-il haletant. Je dois retrouver Sam au plus vite.
Il se releva et recommença à harpenter le manoir.

Deux heures plus tard, il n'avait toujours pas retrouvé Sam. Il n'avait pas rouvert de porte non plus. Sa dernière trouvaille lui avait fait le même effet qu'une douche glacée.
Mais étant donné qu'il devait à tout prix retrouver son petit frère il décida d'ouvrir une seconde porte. La main tremblante et en sueur, il expira lentement et ouvrit. Il entra et referma la porte derrière lui. C'était une erreur. Premièrement parce qu'il ne savait pas ce qui l'attendait à l'intérieur et deuxièmement parce qu'une fois la porte refermée elle disparut.
Trois êtres apparurent...
Deux hommes et une femme complètement nus. Leurs crinières étaient noires, leurs yeux d'ébène étincelaient.
-C'est quoi votre problème? Les feuilles de vigne n'étaient plus en solde au jardin d'Eden? railla Dean.
Un des hommes émit un feulement et sortit ses griffes. La femme rit. Tous trois commencèrent à se transformer. Leur peau se couvrit d'un pelage noir.

Dean étudia les trois énormes bêtes accroupies devant la porte. Les deux hommes et la femme s'étaient transformés en panthères noires. Leur fourrure courte couvrait une musculature puissante. Le plus grand des types était devenu un immense animal. Un filet gris courait le long du dos de son compagnon, plus petit et plus brutal. La femme conduisait le groupe.
Elle s'avança vers Dean, ses yeux jaunes fixés sur lui. Les trois panthères dévoilèrent leurs crocs et grondèrent. La femelle déchira l'air d'un coup de patte, révélant des griffes capables d'arracher un bras.
L'instinct de survie de Dean lui hurlait de s'enfuir, mais où?
Les panthères bondirent.
Sans hésiter, Dean dégaina son arme et donna un coup de crosse qui toucha la femelle en pleine gueule, la repoussant en arrière et bloquant du même coup la charge d'un autre animal.
Dean sauta et atterrit de tout son poids sur l'échine du grand mâle. Avec un rugissement, celui-ci se retourna, s'accroupit et se prépara à bondir.
Dean se prépara à l'attaque. L'animal qu'il avait attaqué semblait blessé, mais pas gravement. Il se releva. Les deux autres continuèrent à grogner sans le quitter des yeux.
-Mince, il faut que je trouve un moyen de me sortir de là, fit-il en cherchant la porte des yeux.
Des perles de sueur se formait sur ses tempes. Il tira une autre arme de sa ceinture, cette fois-ci une arme blanche ressemblant à un énorme couteau.
Il ne s'était jamais battu avec des panthères. Des démons oui, mais de vrais animaux, non. Les démons pouvaient être prévisibles alors qu'avec de vrais bêtes sauvages, il était impossible de prédire ce qu'ils allaient faire.
Brandissant son pistolet d'une main, il fit un pas en avant. Puis un autre.
Le grand mâle feula. Son cerveau bouillonnait, essayant d'imaginer un plan si les animaux chargeaient tous en même temps. Il pourrait en tuer deux sur les trois, mais le troisième risquait de lui tomber dessus avant qu'il n'ait le temps de le viser et de le tuer.
Il n'en eut pas le temps.
Les bêtes se précipitèrent en grognant. Dean tira mais les manqua. Il faut dire que ces bestioles étaient d'une rapidité exemplaire.
Dean sentit la douleur vive d'une morsure. La panthère à rayures grises le frappa au menton du revers de la patte comme si elle le giflait. La tête de Dean fut projetée violement en arrière. Il s'écrasa contre le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Ven 14 Mar - 15:48

Dean se releva et frappa. La panthère grogna de douleur. Elle ouvrit la gueule et chargea. Après une feinte sur la gauche, Dean se catapulta sur la trajectoire de l'animal, couteau en avant. Son timing était bon, l'arme pénétra dans la gueule de la panthère lui transperçant la langue.
La panthère devint folle. remuant la tête dans tous les sens, elle poussa un rugissement qui fit trembler les murs.
Dean atteignit le mur opposé du grand hall. Pas le temps de paniquer, chaque seconde était précieuse.
Il se redressa, dos au mur.
La panthère se frottait le museau. Dans quelques secondes, elle se jetterait de nouveau sur lui.
La femelle bondit vers la tête de Dean, qui se baissa. L'animal passa au-dessus de lui et s'écrasa sur le mur. La femelle se retourna en tombant. Dean lui enfonça le couteau dans l'abdomen, du sang gicla sur son bras. L'animal s'effondra.
La panthère à rayures s'approcha. La femelle blessée se releva à moitié, puis retomba sur le flanc. Un liquide noirâtre se répandait sur le tapis.
Le plus gros animal, celui que Dean avait frappé à l'échine était de nouveau sur pattes. Lui et son compagnon à rayures s'avancèrent, menaçants.

Dean longea lentement le mur, essayant de mettre autant de distance possible entre lui et les bestioles, quand il heurta quelque chose. Impossible de se retourner. Il tâtonna. Dean chercha un verrou, une poignée de porte, n'importe quoi qui lui permettrait de s'échapper. Où? Peu importait. Il verrait plus tard.
Les deux mâles s'approchaient. La femelle se retourna sur le dos et leva la tête. Sa fourrure noire disparut, son museau se transforma en un visage humain. Elle haleta, cherchant son souffle. Ses yeux se rivèrent sur Dean. Du sang coulait le long de sa bouche.
-N'essaye pas de fuir..., souffla-t-elle.
Elle toussa, crachant des fragments de chair et de sang. Ses yeux se révulsèrent et elle s'affaissa sur le tapis. Son cadavre était parfaitement humain.
Les deux panthères rugirent. Elles regardèrent Dean puis s'accroupirent pour mieux bondir.

"Rayures Grises" rugit et bondit. Dean tira une nouvelle fois mais cela ne fit que l'effleurer à la mâchoire. La panthère était enragée. Elle lui flanqua deux coups de pattes ; Dean esquiva comme un champion du monde de boxe. La bestiole revint à l'assaut, mordant le vide tandis que Dean se jetait au sol, roulait, puis se relevait.
Où est l'autre? pensa Dean.
"Rayures Grises" essayait peut-être de le distraire pour que son grand frère lui porte le coup fatal.

La grande panthère regardait Dean combattre "Rayures Grises". Elle attendait sans doute qu'il se fatigue... Une fois celui-ci épuisé , elle attaquerait à son tour.
A moins qu'elle ne se contente d'exigée la plus grosse part de viande.
Dean n'avait pas le temps d'essuyer le sang et la sueur de son visage. S'il n'y avait qu'une panthère à combattre , il s'en serait sortie...
Mais pas deux.
Non , pas deux.

L'épuisement gagnait Dean. Il ne savait pas combien de temps il pourrait continuer comme ça. La fatigue fit qu'il n'eut pas le temps de réagir lorsque "Rayures Grises" lui sauta dessus et ouvrit les mâchoires. L'animal lui enfonça les crocs dans le flanc gauche.
Dean hurla. Le plus grand se précipita pour l'attaquer au genou. Il hurla une fois encore. Dean qui n'avait pas laché son pistolet visa le crâne de "Rayures Grises" malgré la douleur. Il tira. La tête explosa et le bruit de détonation effraya la plus grande des panthère. Elle lui lâcha le genou. Dean regarda aux alentours et apercut la porte juste derrière lui. Il parcourut les quelques mètres en se trainant sur le coude et en poussant avec ses pieds. Il ouvrit la porte, passa de l'autre côté referma la porte violemment avec ses pieds lorsque la panthère revint à la charge puis il s'écroula sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Mar 18 Mar - 15:57

Sam cherchait désespérement son frère maintenant. Il ne savait plus où chercher. Il y avait trop de portes, les couloirs étaient immenses et les étages semblaient être interminable. Puis il entendit Dean hurler.
-Dean..., murmura-t-il.
Il se mit à courir et à monter les marches deux par deux.

Sam arriva dans un couloir. Il regarda aux alentours et vit Dean allongé par terre devant une porte.
-Dean! s'écria-t-il.
Il accourut près de son frère. Dean était dans un piteux état. Sa blessure au genou était sérieuse mais le pire c'était celle sur le côté gauche.
-Mon Dieu, dit Sam.
Il s'agenouilla. Dean ouvrit les yeux.
-Où étais-tu passé, Sam? hurla Dean. Je t'avais dis qu'il fallait qu'on reste ensemble.
Sam se sentait responsable de ce qui était arrivé à Dean. Son coeur saignait pour lui. Il se sentait tellement coupable.
-Je.. je me suis perdu, bégaya Sam.
-Si tu avais été là, tu aurais pu me seconder, lui reprocha Dean.
Sam se sentit plus que mal. D'accord il n'était pas resté près de Dean mais ce n'était pas de sa faute et Dean en rajoutait alors qu'il se punissait déjà assez lui-même.
Dean se releva tant bien que mal. Ses blessures le faisaient souffrir le martyre. Sam essaya de l'aider à se relever mais Dean le repoussa.
-C'est bon j'ai pas besoin de ton aide, lui dit Dean.
-Je suis désolé, s'excusa Sam.
-Ouais, en attendant c'est moi qui ai failli finir en chiche- kebab. Tu faisais quoi?
-J'ai... je t'ai cherché. Partout. J'ai fini par ouvrir une porte.
-Ah ouais? Et tu y as vu quoi exactement?
-Une licorne.
-Une licorne?
-Oui...
-Moi j'ai pas vu de créatures sorties de contes de fées. J'ai eu droit à des bisons morts-vivants ainsi qu'à la version des chats mutants.
-Quoi?
-Peu importe. Les licornes c'est pas pour moi. J'y crois pas.
-Tu me traites de menteur? lui dit Sam élevant la voix.
-Non je dis juste que ça n'existe pas.
-Donc c'est bien ce que je disais. Tu me traites de menteur.
-Arrête un peu. J'ai rien dit!
-Mais tu le penses! De toute façon elle n'était pas seule.
-Quoi elle avait ses petits avec elle?
-Non. Un loup-garou l'a égorgé.
Dean en reste bouche bée. Il avait de plus en plus de mal à rester debout. Il s'appuya contre le mur.
-La magie de ce lieu est si puissante, dit Sam en regardant aux alentours. Je suis certain que ce manoir est la source de sorcellerie la plus puissante de ce monde. Un tissu de sorts, d'incantations et de protections toujours en mouvement. Sans surveillance, elle sera livrée au chaos...
Dean regardait son frère, ébahis.
-Et ça veut dire quoi exactement? lui demanda t-il pantois. Il essayait de reprendre son souffle mais il avait du mal.
-Je n'émets que des hypothèses...Tout cela est très complexe. Nous savons que le royaume du mal existe. D'après la légende de la Maison du Portail, il existe un autre royaume, où vivent les créatures mystiques...Celles qui ont jadis foulées notre terre, avant d'être exilées dans l'Autre Monde par les lois naturelles. Je pense que le gardien a pour mission de rassembler et d'emprisonner celles qui quittent leur prison.
-Attends, attends, fit Dean en comprenant ce que son frère voulait lui dire. Tu es entrain de me dire que ceci est La Maison du Portail? lui demanda Dean en faisant courir sa main dans le vide pour montrer qu'il parlait de cet endroit.
-Oui. Tu te rappelles? Papa nous en avait parlé. Il nous racontait l'histoire de cette demeure avant qu'on aille se coucher. Il nous parlait toujours des animaux mystiques, des fées. Par contre il n'a jamais mentionné les choses affreuses qu'on pouvait y trouver aussi. Il ne voulait sans doute pas nous effrayer.
L'esprit de Dean remonta dans le temps.

Flashback




Dean arriva près de son père qui était assis à une table, un énorme livre avec une bordure de cuir posé sur la table devant lui. Son père ne l'avait pas vu arriver. Dean a 10 ans et lui et son frère ont vécu beaucoup de choses que des enfants de leur âge n'ont jamais confronté. Ils ont perdu leur mère très jeune et Sam ne la même pas connu vu qu'il n'était âgé que de 6 mois cette fameuse nuit. Leur père les trainait un peu partout sur les routes des Etats-Unis, ils vivaient dans des motels assez pourris mais le pire c'était qu'ils savaient ce que les ténèbres de ce monde cachaient. Les enfants sont censés être innocents, ils ne sont pas censés connaître de telles tragédies. Pourtant Sam et Dean encaissaient les choses plutôt bien.

-Papa? appela Dean.
John leva les yeux de sa lecture.
-Ah Dean, je ne t'avais pas vu arriver? fit John en cachant l'illustration du livre.
-Qu'est -ce que tu lis?
-Un livre qui n'est ni pour toi ni pour ton frère est-ce que tu m'as bien compris?
-Oui monsieur.
-Papa!! cria Sam.
-Mais c'est pas vrai! hurla John. On ne peux pas avoir la paix cinq minutes ces temps-ci.
Il se leva et quitta la pièce.

Dean était resté près de la table où le livre était posé. John ne l'avait pas refermé et Dean fut tenté de regarder ce qui s'y cachait. Il se tordit le cou pour voir si son père revenait. Quand il fut certain que son père fut occupé avec Sam, Dean s'approcha de plus près. Il y avait une illustration sur la page jaunie. Dean regarda ce qui semblait être un monstre marin gigantesque. Il lut ce qu'il y avait d'écrit sous l'illustration:
"Le Kraken", murmura Dean.
Dean prit le livre dans ses mains et sans perdre la page de son père referma le livre pour en connaître le titre.
En lettres dorées ce découpaient ces mots: "La légende de la maison du portail".

Entendant son père revenir, Dean reposa vite fait le livre.
-Ton frère s'était encore coincé les doigts. A celui-la je te jure!
Dean regarda son père.
-Qu'est ce qui ne va pas? demanda John à son fils.
-Rien. Je me disais que peut-être... vu que tu ne veux pas qu'on y touche tu pourrais peut-être nous raconter ce qui se trouve dans ce livre?
John réfléchit pendant un moment. Il pensa que dans ce livre il y avait des êtres fantastiques autant que de monstruosités et ses fils avaient déjà beaucoup soufferts et connus l'horreur. Il se dit qu'un peu de féérie ne pourrait pas leur faire de mal.
-Très bien, dit-il à Dean. Tous les soirs je vous en raconterait un petit bout, mais je ne demande qu'une chose à toi et à ton frère. De ne jamais lire ce livre par vous-même. Est-ce que tu m'as bien compris?
John regardait son fils durement. Plus dur que toutes les autres fois, ce qui effraya Dean.
-D'accord, répondit-il.


Fin du flashback
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Jeu 20 Mar - 13:39

Dean revint à la réalité.
-En fait je connaissais exactement les horreurs qui se trouvaient dans cette maison, lui dit Dean en se tenant le flanc gauche. Du sang coulait entre ses doigts mais il n'y prêta pas attention et Sam ne l'avait pas remarqué.
-Comment ça tu savais exactement ce qui se trouvait en ces lieux? lui demanda Sam perplexe. Papa nous a toujours raconté le côté lumineux de cette histoire.
Dean parut honteux.
-En fait lorsque papa avait le dos tourné j'en profitais pour lire le bouquin.
Sam parut à la fois choqué et surpris.
-Toi, tu lisais? le taquina Sam.
-Ba oui, répondit Dean vexé.
-Je te taquine mais je suis choqué que tu ais pu désobéir à papa. Il nous avait fait promettre de ne pas le faire.
-Je sais. Et crois moi j'ai été bien puni. J'en ai fait des cauchemars pendant des années. Mais ne crois pas que parce qu'on est parti sur un autre sujet tu es sorti d'affaire. Je t'en veux vraiment de m'avoir fais faux bond.
Le sang de Sam ne fit qu'un tour. La fatigue lui fit monter le sang au visage et il devint tout rouge.
-Je ne t'ai pas fais faux bon d'accord? hurla-t-il à son frère.
-Hey pas la peine de monter sur tes grands chevaux avec moi, d'accord? Tu sais très bien que j'ai raison et si le vieux taré qui vit ici savait bien faire son job je ne me serais pas fait arracher la moité du côté gauche!
-Là je suis d'accord avec toi. Mais je n'y suis pour rien en...
-Désolé d'arrêter votre petite querelle mais...

Sam et Dean s'arrêtèrent subitement pour voir qui leur avait parlé.
Un vieil homme se tenait devant eux. Ils l'étudièrent rapidement. L'homme semblait très âgé physiquement et pourtant sa vitalité, elle, semblait appartenir à quelqu'un de beaucoup plus jeune. Il était couvert de rides et il avait les cheveux blancs. Il était habillé avec une chemise de nuit.

-Je crois qu'on l'a réveillé, dit Sam à son frère.
Sam avait murmuré en se penchant vers son frère et pourtant l'homme l'avait entendu.
-C'est exacte, jeune homme, fit-il.
-Nous sommes vraiment désolés, lui dit Sam.
-Parle pour toi! dit Dean.
-Dean... le prévint Sam.
-Non, Sam. Faut dire ce qui est vrai.
-Ce vieux taré que je suis n'est plus tout jeune vous savez.
-Oh vous avez entendu ça, fit Dean penaud.
-Oui, lui répondit-il avec un sourire. Mais ne vous en faites pas pour ça.
-Ecoutez, fit Dean, votre maison à des fuites. Dans le genre pas agréables et pas disposées à de bonnes actions si vous voyez ce que je veux dire?
-Je vois très bien. Vous savez j'ai parcouru le monde pour capturer ces êtres abominables et les empêcher de répendre leur mal et de tuer des innoncents, leur fit-il. En fait cela fait 150 ans.
Dean et Sam restèrent bouches bées. Comment un homme d'une 150aine d'années pouvait-il encore être de ce monde? Même s'il était sorcier, on ne peut repousser la mort. Eux-même ne le savait que trop bien. Ils étaient morts tous les deux mais ils étaient revenus d'entre les morts.


-Je sais ce que vous vous demander en ce moment.
-Ah oui? demanda Dean toujours sous le choc.
-Oui. Comment ai-je fais pour vivre aussi longtemps?
-Vous avez réponse à tout, lui dit Sam.
-Non, pas à tout mais à beaucoup de choses. Mais pour la réponse à votre question vous devrez attendre j'en ai peur.
-Vous êtes le gardien de cette demeure? demanda Sam.
-Oui, mais nous avons des choses plus importantes à discuter. Dean. Sam, leur dit-il en les regardant dans les yeux.

-Comment savez-vous nos noms? demanda Dean sur la défensive.
-Oh j'en sais long sur vous et votre famille. En fait, je savais que j'aurais votre visite un jour ou l'autre.
Sam et Dean se regardèrent sans comprendre. Dean continuait d'appuyer sa main sur son côté. Grimaçant de douleur. Mais personne ne le remarqua. Sam était trop occupé à fixer le gardien. Quand à ce dernier il s'était retourné.
-Je dois vous dire que vous trouverez le démon que vous cherchez ici. Ainsi qu'un autre. Mais de celui-ci je ne peux vous dire que peu de choses. Il erre ici sans que je n'arrive à l'emprisonner dans ma maison. Votre père l'a déjà combattu et il en a beaucoup souffert. Vous serez obligés de le confronter mais ça risque d'être très pénible et douloureux mais c'est un passage obligé. Vous n'en ressortirez que plus fort.

Dean pensa à ce moment quel démon (si c'en était un) cela pouvait être et puis il finit par se dire que Dieu ne l'épargnerait jamais. Il souffrait déjà de ses blessures et il ne voulait pas soufrfir davantage.
-Ce n'est pas ce genre de blessures.
Dean le regarda étonné.
-Je n'ai rien dit, lui dit-il.
-Non mais vous le pensiez. Non, ces blessures seront surtout morales. Et d'après moi ce sont les pires, leur dit-il tout bas. Vous avez déjà tellement souffert mes garçons.
Les deux frères furent étonnés de voir qu'il les connaissait si bien alors que eux ne connaissaient pratiquement rien de lui. Ils se demandèrent ce qu'il savait encore.
-Mais avant de rentrer dans les détails, j'ai une chose très importante pour vous que j'ai gardé en sécurité jusqu'à votre venue. Mais nous devons nous occuper de vos blessures, jeune homme, fit-il en désignant l'énorme entaille que Dean avait sur le côté.
Sam se rendit enfin compte de l'état tragique de Dean.
-Oh mon Dieu, Dean! s'exclama-t-il. Tu perds beaucoup trop de sang!!

Le sang coulait comme un torrent entre les doigts de Dean. Il se sentait de plus en plus faible.
-Je dois... commença-t-il. Il n'eut pas le temps d'en dire plus et s'affaisa sur le sol.

-Dean! Cria Sam.
Il se précipita vers son frère. Il lui prit le pou. Il était faible.
-Je dois l'emmener à l'hôpital, dit Sam.
-Je ne crois pas qu'ils pourront faire quelque chose pour lui là-bas.
Sam le regarda sans y croire.
-C'est mon frère, lui lança-t-il à la figure. Et je ne vais certainement pas le laisser mourir.
-Qui a parlé de laisser mourir quelqu'un? répondit le gardien. Aidez-moi à le porter jusqu'à ma chambre. Là je pourrais lui venir en aide.
Sam passa ses bras sous ceux de Dean alors que le gardien lui souleva les jambes. Ils montèrent les escaliers. Au bout d'un certain temps Sam finit par dire:
-Il y a combien d'étages ici? grogna-t-il.
-Oh ne faites pas attention à cela, lui dit-il. Vos perceptions sont faussées ici. Tout ce qui compte c'est de savoir où l'on va. Nous y voila.
Ils arrivèrent devant une porte. Celle-ci était différente des autres. Elle était faite en merisier. Le gardien ouvrit la porte.

Ils entrèrent dans ce qui ressemblait à une chambre. Tout le mobilier y était: lit, commode.... et bizarrement ils se trouvaient à l'extérieur.
Sam en fut ébahi.
-Ne faites pas attention à ça non plus, jeune homme. J'aime avoir la brise qui me caresse le visage le matin. Posez-le sur le lit.
Sam fit ce qu'on lui ordonnait. Il posa délicatement son frère sur le lit et s'agenouilla à son chevet.
-Ne restez pas dans le passage, voyons! Je sais que vous vous inquietez pour lui mais il ira bien. Il vivra. Ce n'est pas encore l'heure de quitter cette terre pour lui.
Sam regarda le gardien sans comprendre ce qu'il lui disait. Il avait bien trop peur pour Dean. Des larmes commencèrent à perler au coin des ses yeux.

Et si je le perdais lui aussi? J'ai déjà perdu tellement. Papa, maman, Jess. Je ne veux surtout pas perdre la dernière personne qui compte pour moi. Certainement la personne qui a toujours compté le plus à mes yeux. Il est la seule raison qui me pousse à continuer à vivre, le seul qui me comprenne vraiment.
Il serra la mâchoire.
Non. Je ne le permetterais pas. Soit il vit, soit je meurs avec lui.

-Ne pensez pas à ça, voyons!!
Sam sursauta, arraché à ses pensées.
-Je vous l'ai déjà dit. Ce n'est pas l'heure pour lui de quitter cette terre. Et pour vous non plus d'ailleurs, répondit-il après un moment.
Dean était blanc comme la mort. On avait l'impression que sa force vitale le quittait.
-Il a perdu beaucoup de sang, fit le gardien.
Sam craqua. De chaudes larmes coulèrent le long de ses joues.
-Mais je peux y remédier.
Il ferma les yeux et murmura quelque chose.
Les couleurs revinrent sur les joues de Dean.
-Maintenant, jeune homme donnez-moi ce fil et cette aiguille là-bas, lui demanda-t-il en les désignant du doigt.
Sam se précipita. Le gardien passa un temps précieux à recoudre les blessures de Dean mais quand ce fut finit, il sourit.
-Votre frère ira parfaitement bien, lui affirma-t-il en lui posant la main sur l'épaule. Vous pouvez rester à son chevet.
-Merci.
-Vous avez besoin de repos vous aussi d'ailleurs.
Il claqua des doigts et un deuxième lit apparut.
-Essayez de dormir, cela vous fera le plus grand bien. Quand il se réveillera ne le fatiguez pas trop. Il est passé très près de la mort.
Sam acquiesça.
-Vous aurez besoin de votre repos. Je vous conseille de le prendre maintenant car il se pourrait que vous n'en ayez pas avant un petit bout de temps. Et demain matin nous devrons parler de quelque chose vous concernant tous les deux.
Il quitta la pièce.

Sam s'assit sur le lit. Il regardait Dean. Il ne supporterait jamais de le perdre. Puis il sourit, pensant que son frère serait vexé d'avoir dormit dans le lit d'un autre homme.
Il s'allongea sur le lit et ferma les yeux.
Le sommeil le gagna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Jeu 27 Mar - 13:34

Sam rêvait. Il était dans un endroit froid et gris. Rien n'était tangible. Il ne pouvait rien voir ni rien toucher. Sam se demandait où il était. Personne n'était dans les parages.
Sam se retourna cherchant Dean du regard mais il n'était pas là lui non plus. A la place de son frère il vit son fils. Le petit garçon lui sourit, se retourna et s'enfuit.
-Attend! lui demanda Sam mais aucun son ne sortit de sa bouche.
Sam lui courut après. Au bout de 10 minutes il s'arrêta. Le petit garçon avait disparu. Puis il sentit que quelque chose tirait sur le pan de son tee-shirt. Sam se retourna et vit son neveu qui se tenait là devant lui. Il s'agenouilla.
-Qui es-tu? lui demanda Sam.
Le petit lui sourit.
-C'est moi tonton, lui dit-il.
Sam vit qu'il portait quelque chose autour du cou. L'amulette de Dean.
Sam lui sourit. Et il lui sourit en retour. Mais son sourire s'effaça rapidement.
-Il reste peu de temps.
-Peu de temps avant quoi? lui demanda Sam.
-Avant que vous n'empruntiez les routes fantômes, toi et papa. Vous devrez le sauver.
-Sauvez qui?
Mais il ne répondit pas à cette question.
-On se reverra.
Il fit demi tour et s'éloigna de Sam. Il s'arrêta, se retourna et puis le brouillard l'enveloppa.

Sam se réveilla. Il faisait maintenant jour. Il ne se releva pas tout de suite mais repensa à son rêve.
Se pouvait-il que son neveu soit une sorte de prophète? Pouvait-il apparaître de sa propre volonté dans les rêves de Sam pour le prévenir des dangers que lui et Dean encouraient? Et pouvait-il de sa propre volonté apparaître à Sam plus vieux?
Il n'est même pas encore né et il peut déjà faire ce genre de chose, pensa Sam. Qui sait de quoi cet enfant sera capable?
Sam entendit une voix dans sa tête.
Il sera capable de faire beaucoup plus, entendit-il dire. Mais nous parlerons de ça tout à l'heure. Pour le moment vous et votre frère êtes attendus pour le petit déjeuner.
Sam se rendit compte que cette voix appartenait au gardien.
Va falloir que j'arrête de penser, se dit Sam.
Oui, laissez ça pour le moment opportun
Sam s'assit sur son lit.

Dean était déjà debout.
-Hey, lui dit-il. Tu dors depuis des lustres.
-Comment tu te sens? lui demanda Sam.
-Bien. En tout cas mieux qu'hier.
Sam plissa les yeux et baissa la tête.
-Ecoutes, lui dit gentiment Dean, je vais bien. Et je ne t'en veux pas pour ce qui m'est arrivé.
-Ce n'est pas ce que tu m'as dit hier, lui répondit Sam.
-J'étais épuisé et j'étais sur le fil de la mort. Tu ne peux pas m'en vouloir pour ça.
-Non, je m'en veux à moi.
-Sam... Arrête de te culpabiliser pour tout ce que tu ne peux empêcher.

Sam détourna le regard. C'était vrai. Il se sentait coupable de beaucoup de choses. Il se sentait coupable pour la mort de sa mère, il se sentait coupable pour la mort de leur père, ainsi que pour celle de Jessica.
Il se sentait coupable d'avoir abandonné Josh. Mais le pire de tout, il se sentait coupable de ne pas avoir été la pour Dean alors que celui-ci avait toujours été là pour lui.

-Viens, finit-il par dire. On nous attend.

Sam et Dean descendirent les marches.
-Mais il y en a combien? commença à dire Dean.
-J'en sais rien, lui répondit Sam. Le gardien m'a dit hier, quand on te transportait dans sa chambre, que la réalité était faussée ici ainsi que les perceptions.
Dean rit.
-Tu te souviens quand on était gamins. A chaque fois qu'on allait quelque part, là où il y avait des marches on les comptait. Qu'est-ce que ça pouvait énerver papa.
-Ouais, fit Sam en riant. Je m'en rappelle.
-C'était le bon temps, finit par dire Dean, le regard sombre.

Ils arrivèrent dans une pièce qui ressemblait à un salon de l'ancien temps. Ils en furent surpris. L'endroit était magnifique. Même Dean ne pouvait s'empêcher d'admirer les meubles en bois de pin, ainsi que le tapis au milieu de la pièce où se trouvait une immense table.

-Bonjour, leur dit le gardien. j'imagine que vous devez avoir faim?
Dean et Sam contemplèrent ce qui se trouvait devant eux. Des oeufs au bacon, du lait, des céréales....
-Oui, je meurs de faim, dirent Sam et Dean à l'unisson.

Après le petit déjeuner, le gardien les pria de l'excuser car il allait chercher quelque chose pour eux.
-Que crois-tu qu'il va chercher? demanda Sam.
-J'en sais rien, lui répondit Dean. J'espère simplement que c'est pas un truc du genre "j'ai été ravi de vous rencontrer, voici le démon que je voudrais que vous éliminiez pour moi".
-Je pense pas, lui répondit Sam, un sourire sur les lèvres. Il est capable de se débrouiller sans nous.
-Je crois que tu as raison.

Le gardien revint quelques minutes plus tard avec dans les mains quelque chose qui ressemblait à un livre doré.
-Il est temps de parler sérieusement, leur annonça-t-il.
Sam et Dean se regardèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Mer 14 Mai - 18:14

Le gardien posa le livre devant lui, le feuilleta puis croisa les bras.
-Que connaissez-vous de votre famille? leur demanda-t-il.
-Heu, commença Sam.
-Très bien cela risque d'être un choc alors. J'ai été prévenu de votre venue.
-Comment ça prévenu? lui demanda Sam.
-Grâce à ceci, dit-il en pointant le livre. Ce livre est l'histoire de votre famille. Tout ce qui vous est arrivé jusqu'ici était écris. Comme la mort de votre père, celle de votre mère, ainsi que celle de votre petite amie, Sam. Vos naissances avait été prédites aussi. Tout comme le fait que vous ayez été élevés dans les ténèbres et pourquoi. Et il y a aussi les prédictions de votre futur.
Sam et Dean écoutèrent attentivement le gardien. Ils étaient incapables de prononcer un seul mot.

-Des prophéties? se demanda Dean.
-Oui, par exemple. "Il naîtra le 24 janvier, lors de la pleine lune. Il sera exceptionnel. Il aura le cœur pur. Il est destiné à être chasseur. Il sera là pour protéger les innocents."
-Mais c'est toi! s'exclama Sam en frappant Dean à l'épaule.
-Votre naissance était prédite aussi, Sam.
Sam se retourna vivement.
-"Il naîtra la 2 mai dans une famille aimante. Cet enfant sera entouré d'amour jusqu'à ce qu'une terrible tragédie le frappe. Cet enfant n'est pas né comme les autres. Ils possèdent d'immenses pouvoirs. Pouvoirs qui s'agrandiront avec le temps. Il devra faire un choix: s'abandonner aux ténèbres ou se battre à la lumière. Mais qu'il ne s'en inquiète pas. Une personne qui tient à lui énormément sera là pour faire toute la différence".

Sam n'osa pas regarder Dean.
Ainsi je devrais faire une choix. Mais si je me trompais de camp?
Puis il pensa à la dernière phrase.
Dean. Je ne savais pas qu'il m'aimait autant. Mais je suis sûr que c'est lui.

-La naissance de votre fils a aussi été prédite, Dean."Il naîtra dans les ténèbres au moment ou la magie sera en danger. Il naîtra d'un père chasseur au cœur pur et d'une créature immonde. Cet enfant sera là pour prendre soin de son peuple et lui annoncer la victoire. Mais il décidera de se ranger du côté des humains car son cœur est pur. Il possède ce dont grâce à son père."
Et ce n'est que quelques prophéties parmi tant d'autres, leur dit-il en refermant le livre. Maintenant, avant que je ne vous donne ce livre qui vous appartient de droit, vous devrez tuer ce démon que vous pourchassez, et laisser cette créature mettre au monde votre fils, Dean. De toute façon, il n'y a rien que vous ne puissiez faire pour empêcher cela. Vous devrez aussi affronter les créatures de ce manoir pour vous mettre dans le bain de ce qui vous attend dans les années à venir. Vous devrez en affronter certaines ensembles, d'autres seuls. Si je peux vous donner un conseil commencez par le faire ensemble cela sera plus simple pour vous. Mais il reste encore une chose. Vous trouverez ici quelque chose. Quelque chose que je n'ai pas réussi à capturer. Cette chose pourrait vous faire revivre les pires choses qui vous soient arrivées. Votre chemin sera long et douloureux, mais la fin sera plus qu'une récompense.

Il se leva laissant Sam et Dean seuls. Ces derniers assimilaient tout ce qu'ils venaient d'apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Ven 16 Mai - 12:02

Sam et Dean restèrent là à regarder dans le vide. Puis Sam s'aperçut que son portable et le journal de leur père se trouvaient sur une petite table dans un coin de la pièce.
-Comment..? commença-t-il.
-Sam, tu as rapporté ton portable et le journal de papa ici? lui demanda Dean.
-Non, ce n'est pas moi.
-Bien sûr, répondit Dean. Ils sont arrivés ici tout seuls. Ils ont sorti leurs jolies petites pattes et ils ont rappliqué.
-Arrête de te foutre de moi, d'accord? lui dit Sam en s'emportant.

Dean se leva pour aller chercher le portable et le journal. Il le feuilleta pour voir si rien ne manquait quand il s'aperçut que deux pages étaient collées l'une à l'autre.
Il les décolla et commença à lire.
-Hey, Sam. Regarde ça!
Sam s'approcha de son frère.
-Qu'est-ce qui se passe?
Dean parut en colère. Il passa le journal à son frère.
-Lit.
Sam fit ce que son frère lui demandait. Il était écrit que pendant l'une des nombreuses chasses que John avait effectuées, il avait fini par tomber amoureux d'une femme flic. Mais comme il était toujours amoureux de Mary, il n'avait pas été bien loin avec elle.
-J'y crois pas! s'exclama Sam!
-Je n'avais jamais vu ces pages vu qu'elles étaient collées entre elles. En fait je suis sûr que papa les a collées exprès pour ne pas qu'on les trouve.
-S'il avait voulu qu'on ne le sache pas, il les aurait arrachées Dean.

Poussant le portable de Sam sur le côté, Dean expira.
-J'arrive pas à croire que papa ne nous ait rien dit à son sujet.
-Vraiment? rétorqua Sam. Parce que moi je n'ai aucun problème à croire que papa ne nous ait rien dit à son sujet. Il ne nous avait rien dit concernant The RoadHouse, il ne nous avait rien dit concernant Ellen ou Jo ou encore le mari d'Ellen, il ne nous avait rien dit concernant Elkins, il...
Levant ses mains au ciel pour dire qu'il avait compris Dean répondit:
-Très bien, d'accord.
Il secoua la tête et avala le reste de son café, qui était devenu froid. Il fit la grimace. Sam croisa les bras.
-Tu sais, je pensais à papa, c'est pour ça que j'ai dormi si tard, pour être honnête, je me tournais et retournais dans mon lit avec ceci pendant presque la moitié de la nuit.

Encore un sujet délicat concernant papa, pensa Dean.
La dernière chose qu'il voulait à cet instant précis c'était d'entrer en conversation avec Sam concernant leur père. Il n'était pas prêt à en arriver là avec Sammy, pas encore.
-Je pensais au moment ou on était chez Bobby et que Meg était coincée dans ce cercle.
Incertain où Sam voulait en venir avec ça, Dean prit un croissant et commença à le manger.
-Tu te rapelles quand Bobby nous a dit que Meg était une humaine possédée?
Dean hocha la tête. Il avait pensé que Meg était un démon, présumant qu'elle avait pris la forme d'une jolie blonde.
Sam qui s'accrochait à sa tasse de café lui dit:
-Je n'oublierais jamais le regard de Bobby quand il nous a dit ça, et il a rajouté, "Vous ne pouvez pas le sentir?" Il n'arrivait pas à croire qu'on ne pouvait pas reconnaître les signes.
-Et ça a quel rapport avec papa, Sam? demanda Dean.
-C'était quelque chose que papa aurait pu nous apprendre, mais il ne l'a pas fait. Il ne nous a rien dit concernant les autres chasseurs, il ne nous a rien dit au sujet du RoadHouse, il ne nous a rien dit au sujet des vampires jusqu'à ce qu'on en rencontre vraiment, il ne nous a rien dit au sujet de cette fameuse poudre. Bien sûr, il nous a appris les bases, et il nous a appris comment se battre et à nous défendre nous-même, mais c'est tout. Mince, presque tout le savoir que je connais, je l'ai appris par moi-même. Et avec toutes les choses contres lesquelles on s'est battus... Je crois que papa était heureux que je sois à Standford.

Dean s'étouffa avec une bouchée de son croissant, ces paroles lui avaient fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac.
-Quoi?
-Tu n'obtiens pas une place comme ça à Standford, Dean. Où dans n'importe quelle autre université. Tu dois remplir une tonne de paperasses, et un parent ou un tuteur légale doit signer la plupart d'entre eux, et spécialement les aides financières.
Dean parut choqué.
-Tu veux dire que papa à vraiment signé tout ça?
-Au début, oui. Il grommelait à ce propos d'ailleurs, mais il a tout signé.
Dean haussa les épaules et laissa retomber sa main, se rappelant les engueulades du moment. Leur père accusant Sam d'abandonner la famille, Sam accusant leur père soit de vouloir vivre sa vie à sa place ou bien de la ruiner , alors que lui essayait désespérément (et ayant échoué misérablement) de les calmer et de se parler plutôt que de s'engueuler . Découvrir maintenant que leur père avait facilité le processus...
-Peut-être, répondit Dean lentement. Papa ne croyait pas une seconde que c'était vrai. Je veux dire, bien sûr, il a remplit les papiers, t'a facilité la tâche, mais au moment ou tu as vraiment dit que tu partais...

Sam inclina la tête.
- Je crois, c'est possible. Et pourtant, ça fait beaucoup de papier juste pour me faciliter la tâche. Et honnêtement, il aurait pu ruiner ma vie à l'université à tout moment en ne remplissant pas ces papiers.
Tout ceci sonnait faux dans la tête de Dean.
-Tu veux me dire que papa a signé ces conneries chaque année?
-Um.., hésita Sam.
Dean reconnaissait ce regard. Il cachait quelque chose.
-Qu'as-tu fais, Sammy?

Il y eu une longue pause.
-J'ai... commença Sam. Il avala un peu plus de café pour se donner du courage.
-J'ai fait une demande d émancipation.
-Excuse-moi?!! hurla Dean.
-Papa ne voulait plus me parler quand je suis parti, alors je ne pouvais pas lui demander de remplir à nouveau les papiers pour ma première année, et je ne suis pas très bon pour copier sa signature. Mais j'aurais perdu ma bourse, alors j'ai fourni la documentation nécessaire disant que mon père avait disparu et n'avait pas été retrouvé, ce qui était assez facile à dire vu que papa avait réellement disparu d'un point de vue légal. Donc il m'ont déclaré indépendant. Je pouvais remplir tous les formulaires moi-même.
-Donc tu es en train de me dire que tu as rejeté papa?
Sam ouvrit la bouche, la referma, puis amèrement répondit à son frère.
-Il m'a rejeté le premier.

La colère bouillit à l'intérieur de Dean, mais elle s'étouffa dans l'œuf presque aussitôt.
Après ce qu'il nous a fait en mourant, je ne vais certainement pas défendre ce crétin.
De toute façon c'était fait. Se disputer avec Sam à propos de leur père maintenant le tuerait probablement pensa Dean.

-Très bien , dit-il tendu, mais quel rapport cela a avec le fait qu'il ne nous a rien dit au sujet de cette fille?
-Peut être que papa voulait nous protégé de ca aussi. Le fait qu'il était avec une autre femme que maman. Il ne voulait certainement pas nou faire du mal. Tu te souviens de ce gars, Jerry?
Dean approuva. Lui et leur père avait sauvé Jerry Panowski d'un poltergeist, et Jerry les avaient appelés plus tard, lui et Sam quand un esprit crashait des avions.
Il n'était pas sûr de comprendre ce que Jerry venait faire dans tout ça.
-Et alors?
-Il a dit que papa lui disait à quel point il était fier de moi du fait que j'étais à Standford. Je ne pouvais pas y croire, mais maintenant je commence à comprendre.
Ayant perdu le sens de la tournure de cette conversation Dean lui demanda:
-Comprendre quoi?
-Même lorsqu'il nous entrainait, il nous protégeait. il me criait dessus concernant Standford, mais il était fier de moi, il m'a aidé à y aller au début. De toutes les choses qu'il nous a enseigné, il y a au moins cinquante choses que nous avons dû découvrir nous-même ou dont nous avons été pris de court . Mince, Dean, la seule raison pour laquelle il a disparu il y a un an c'était parce qu'il essayait de nous protéger du démon, et il nous a laissé venir avec lui après qu'on lui ai foutu un poid supplémentaire sur les épaules.

Dean regarda la table intensément, écoutant le silence. Après quelques secondes, Sam le rappela.
-Dean?
Finalement Dean relava les yeux et fixa son frère, l'homme qu'il était venu chercher lorsque leur père avait disparu, l'homme qu'on lui avait ordonné de protéger à tout prix , et de tuer s'il ne le pouvait pas.
Dean reparla avec une voix très douce.
-Tu sais ce que je crois? Je crois que le besoin de papa pour combattre le mal était en fait le besoin constant qu'il avait de nous proteger toi et moi. Et je crois qu'il ne pouvait pas gagner cette bataille, et je crois qu'elle a fini par le tuer.

Sam et Dean ne dirent plus rien. Ils se regardaient en silence. Puis un sourire se forma sur leurs visages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Mer 21 Mai - 15:45

Tout à coup ils entendirent quelqu'un crier. Ils sursautèrent tous les deux.
La voix ressemblait à celle d'un enfant. On aurait dit...
-Josh.., murmura Dean. Josh!!
Dean s'élança hors de la pièce Sam sur les talons. Ils se ruèrent dans les escaliers. et finirent pas s'arrêter.
-D'où cela peut provenir? demanda Sam à Dean.
-J'en sais rien, paniqua ce dernier.
Ils entendirent à nouveau Josh crier et s'élancèrent de nouveau. Dean continua de monter lorsque Sam s'arrêta sur le palier d'un étage et dirigea son regard vers la droite.
-Dean, l'appela-t-il.
Dean s'arrêta à mi-chemin.
-Je crois que ça vient de cette pièce, là, lui dit Sam pointant la porte entrouverte.
Dean redescendit les quelques marches qu'il avait monté et se dirigea vers la porte.
-Attends, fit Sam le rattrapant. On ne sait même pas ce qu'on va y trouver.
-Ca n'a pas d'importance, Sam.
Ils entrèrent.

Ils se retrouvèrent dans une pièce complètement vide. Le seul objet qui était là était un immense miroir qui recouvrait pratiquement tout le mur. Ses bordures étaient faites d'or.
Dean et Sam s'approchèrent pour voir à l'intérieur le petit Josh dans son lit. Il faisait nuit là-bas. Une forme se penchait sur lui.
-Oh mon dieu! s'exclama Dean. C'est une striga. Une nouvelle striga est parmi nous et en plus elle s'en prend à Josh!
-Qu'est-ce qu'on peux faire? lui demanda Sam..
La réponse ne vint pas de lui.
-Vous pouvez aller le sauver, leur dit Jaques
Ils se retournèrent vivement, tellement rapidement que Sam en eu le tournis.
-On ne pourra jamais arriver là-bas a temps, lui dit Sam angoissé.
-Qui vous dit que ce que vous voyez dans ce miroir est ce qui se passe en ce moment?
Sam et Dean échangèrent un regard. Ils ne comprenaient strictement rien.
-Ceci est le miroir de Laurée. Un très précieux allié et en même temps un ennemi si vous voyez ce que je veux dire?
Devant le regard qu'ils leur lançaient il comprit que ce n'était pas le cas.
-Ou peut-être pas. Ce miroir peut vous montrer le passé, le présent ou le futur. Il peut vous faire voir ce que vous avez envie de voir ou ce qui pourrait vous être utile. Le seule problème c'est qu'on ne sais pas ce qu'il en est avec lui. Comment savoir si ce que l'on voit est déjà arrivé ou arrivera? Maintenant, je pense que ce qui arrive à Josh n'est pas encore arrivé, mais que ça arrivera dans un avenir proche. Si j'étais vous je prendrais les routes fantômes.
-Les routes fantômes? répéta Sam.
-Oui, les routes fantômes mon garçon. Vous y avez déjà fait un tour.
C'est ce que me disait le fils de Dean, pensa Sam.

Sam se remémora son rêve. C'était donc ça les routes fantômes. Tout y était gris et froid, il n'y avait personne, rien à voir.

-En fait vous y avez été deux fois jeune homme, et vous Dean une fois. Bien que vous ne pouvez pas vous en rappeler. Personne ne peut se rapeller comment c'est là-bas une fois qu'ils sont de retour parmi les vivants.
-D'accord, répondit lentement Dean, mais d'après leurs noms seules des personnes qui ont quitté cette vie peuvent fouler ce chemin.
-Cela n'est pas tout à fait vrai, lui dit-il. Les gens touchés par le surnaturel peuvent aussi prendre ce chemin.
-Oui, Sam peut-être, je veux dire il a des pouvoir et tout. Il a un peu de sang de démon dans les veines, mais moi, je n'ai rien d'une personne touchée par le surnaturel! s'exclama Dean.
-Vous êtes revenus d'entre les morts, non? Donc techniquement vous êtes touchés par le surnaturel vous aussi.

Dean entraîna Sam à part.
-Je n'aime pas ça, je veux allez sauver Josh mais de là à arpenter les routes fantômes, c'est trop dangereux, Sam.
Qui sait ce que l'on trouvera là-bas.
-Dean, on a pas le choix, lui répondit Sam.
-Et comment on va faire pour retrouver notre chemin. Tu as dit toi-même en parlant de ton rêve qu'il n'y avait rien pour se repérer.
Le gardien lui donna la réponse.
-Voyez avec vos yeux où vous voulez aller. Ayez dans votre coeur la personne que vous voulez sauver, et vos pieds vous conduiront au bon endroit. La seule chose qu'il ne faut pas faire c'est écouter sa raison. Elle vous trompera là-bas. Vous êtes prêts.
Sam regarda son frère attendant sa réponse. Dean soupira et finit par acquiescer.
-Très bien. Allons-y.
-Je vais vous conduire à la faille.

Le gardien les conduisit dans une petite pièce. C'était le clair de lune et il faisait froid.
Pendant leur brève marche Sam parla à Dean de son rêve.
-Ton fils m'a prévenu hier que nous allions bientôt harpenter les routes fantômes tous les deux, murmura t-il à Dean.
-Vraiment? demanda Dean sur le même ton.
-Oui, et pas plus tard qu'hier. Il disait que nous devrions le sauver. A ce moment là je me demandais qui. Mais maintenant j'ai la réponse.

-C'est ici, leur dit-il.
Sam et Dean se regardèrent un fois de plus.
-Je en vois pas où est cette faille? lui dit Dean.
-Avancez simplement et vous y rentrerez.
-C'est parti, dit Sam. Ils avancèrent tous les deux.

Les routes fantômes.
Un lieu de démence.
Limbes, vide infini. Aucun son. Aucune lumière : du gris à perte de vue, sans frontière ni horizon. Pas de froid, pas de chaleur. Simplement... rien.

Dean était fou.
Ce fut en tout cas ce qu'il crut les premières secondes. Il n'y avait rien autour de lui. Le néant absolu. La panique l'envahit. Pas d'unité de lieu, de temps, de mouvement... Rien à quoi se raccrocher, rien qui lui permette "D'être"...
Si c'est le paradis.. pensa-t-il, mais il n'alla pas plus loin. Trop dangereux. On ne savait pas qui pouvait écouter.
Dean n'entendait aucun son, même pas celui de son souffle. Il esseya de crier: rien. Pas de sensation de chute. Autour de lui, l'air n'était ni sombre ni clair, ni blanc ni noir, mais une sorte de gris éternel.
Comme si la pluie menaçait alors que l'on savait que l'orage ne viendrait jamais...
Dean ferma les yeux et hurla.
Puis il réalisa où il était, leur père leur avait parlé de cette partie des limbes, le monde gris qui reliait la Terre aux Cieux, à l'Enfer et à l'Autre monde.

FlashBack





John était assis sur le lit de Dean. Il portait Sam sur ses genoux.
-Il existe un endroit dans les limbes que l'on appelle les routes fantômes, leur dit-il.
-Est-ce que maman est là-bas? demanda Sam.
-Ne soit pas stupide,Sam, lui dit Dean. Tu sais très bien qu'il n'y a que les gens mauvais ou non baptisés qui errent dans les limbes.
-Me traite pas d'idiot!
-Tu l'es!
-C'est pas vrai!
-Ca suffit, leur ordonna-t-il fermement.
Ils se turent.
-Tu n'as pas tout à fait raison Dean. Bien sûr les gens méchants attendent dans les limbes leur sentence. Et les non baptisés y errent également, mais d'autres personnes hantent ces lieux.
-Comme qui? lui demandèrent-ils à l'unisson.
-Comme les gens qui ne savent pas où aller, qui sont perdus et ne ne peuvent pas trouver leur chemin. Et puis il y a des démons. Des êtres de l'autre monde.

[
b]Fin du flashback[/b]



.

La route fantôme.
Au moment où cette pensée lui traversait l'esprit, il la sentit sous ses pieds.
Sa respiration redevint audible.
Il ouvrit les yeux.
La route fantôme s'étendait devant lui. Il ne savait pas s'il l'avait invoquée, mais elle était solide et c'était tout ce qui lui importait. L'air était si gris et si épais qu'on ne voyait pas grand-chose. Le sol paraissait dur. On aurait dit de la craie ou du ciment.
Au loin, une musique s'éleva.. rappelant celle d'une radio mal réglée. Impossible... pourtant il l'entendait.
Devant lui, il n'y avait rien d'autre que la route. Pas d'âmes égarées, pas de corps en décomposition. Dean ignorait ce qu'il allait rencontrer, mais il s'était préparé au pire. Ou à ce qu'il pensait être le pire. Car son passage dans le néant l'avait terrifié...
Il avait été frôlé par quelque chose que même les puissants chasseurs ne pouvaient combattre.
Dean venait d'effleurer la mort, qui avait mis quelques instants pour réaliser qu'elle n'avait pas d'emprise sur lui.
Pas encore.
Quoiqu'il était pratiquement mort lors de ce fameux accident sur la route. Mais il avait été sauvé. Leur père ayant fait un pacte avec LE démon.
Dean était revenu.
Peu importait. Quoi qu'il lui arrive dans ces limbes, tant qu'il serait vivant. Il n'y aurait aucun problème. Dean se mit en marche.

Sam était juste à côté de Dean et pourtant il avait du mal à distinguer son frère dans ce brouillard. Il n'était pas aussi étonné que lui vu qu'il était déjà venu sur les routes fantômes. Enfin si l'on pouvait dire. Y être en rêve n'était pas exactement comme y être pour de vrai. Déjà les perceptions et les sensations y étaient différents, plus vivaces.
Je me demande bien ce que l'on va y trouver?
Mais il en était sûr. Il verrait des personnes qui auraient beaucoup comptées pour lui et Dean.
Cette pensée n'avait même pas effleuré Dean alors qu'elle s'était accrochée à Sam en quelque sorte.
Il en était sûr, leur père, leur mère seraient la. Puis il pensa à Jess. Il se dit qu'il la verrait certainement aussi et il en eut un pincement au coeur.
Il voulait sortir des limbes aussi vite que possible. Il priait Dieu pour ne pas les voir ici, sachant qu'il ne pourrait pas rester avec eux et qu'ils ne pourraient pas venir avec lui.
Sam suivit Dean.

Dean et Sam marchaient depuis des siècles. Ils n'avaient pas envie de dormir ; leurs jambes ne leur faisaient pas mal, mais leurs esprits étaient épuisés.
S'allonger, fermer les yeux, ce serait si tentant...
Le sol est dur: peut-être pourrais-je m'éloigner de la route, vers ce néant gris, pour trouver un endroit plus confortable.
Quoi? Dean et Sam secouèrent la tête. Ce n'étaient pas eux qui avaient pensé cela. La suggestion venait d'autre part, de l'extérieur.

Laissez-les, ceux qui sont perdus...
Ils cherchèrent la vie autour d'eux. Rien. Sinon le néant qui les poussait à abandonner. Gris et sans fin.
Perdus. La voix avait dit qu'ils étaient perdus.
-S'il vous plait! Nous ne voulons pas errer ici, c'est hors de question! Vous vous moquez peut-être de ce qui se passe ailleurs et je vous comprends. Mais si nous n'arrivons pas à temps là où nous devons aller, un petit garçon risque de mourir, leur expliqua Dean.
-Ne les met pas en colère, le supplia Sam.
-Quoi? lui dit-il en se retournant vers lui. J'ai une idée pour qu'ils nous laissent passer.
-J'ai peur tout d'un coup!
-Sois pas rabat-joie.
Dean se retourna vers le néant pour lui parler.
-Si nous échouons, votre monde sera détruit aussi. Ici, règne un certain ordre.
-Tu crois ça, marmonna Sam entre ses dents.
-La ferme! Tout est arrangé par... par quelqu'un. Si nous échouons, ce sera...

Autour d'eux, le gris disparut, remplacé par une clarté aveuglante. Dean eut l'impression d'avoir sous ses pieds du sable blanc et brûlant. Lui et Sam se protégèrent les yeux, mais la lumière se dissipait déjà. Un arc-en-ciel s'imprima sur leurs rétines, les premières couleurs qu'ils voyaient depuis qu'ils avaient mis les pieds sur la route.
Ne prononce pas ce mot!
Les voix n'étaient qu'une et pourtant des millions. Elles résonnaient dans leurs têtes, de cellule en cellule, informant leurs cerveaux au niveau primitif.
Sam plissa les yeux... et les vit. Des corps et des visages, certains les fixant, d'autres se dissimulant.
Certains pleuraient, d'autres riaient.
Ils ne sont pas si nombreux, pensa-t-il.. avant de voir ceux qui se tenaient derrière les premiers rangs. Puis derrière. Puis encore derrière. Et encore.
-Ce sera le chaos, murmura Dean.
Ils se plaquèrent les mains sur les oreilles quand les fantômes sifflèrent de colère. Le bruit dura quelques instants, mais dans cet environnement cela sembla une éternité. Dean siffla lui aussi, ignorant si ce qui sortait de ses poumons était de l'air ou un gaz adapté à cet univers.
Ils devaient rester sur la route!
-Bravo, Dean, lui dit Sam. Maintenant tu les as vraiment énervés. On risque d'avoir des problèmes.
-Tu me connais, Sammy. Faut toujours que je sorte des conneries pour détendre l'atmosphère.
-Tu parles d'une atmosphère toi!

Quand ils relevèrent la tête, les âmes mortes les fixaient.
On dirait que j'ai réussi à attirer leur attention. pensa Dean.
Quelque part, très loin mais semblant marcher sur le même chemin, une silhouette familière avançait. Sam et Dean la reconnurent. La peau blanche et les cheveux blonds de l'esprit commençaient à fondre.
Les lèvres de l'esprit formèrent des mots. Les phrases résonnèrent comme le murmure d'une multitude, ou comme une vague s'écrasant sur la côte.
Je suis libéré de mon maléfice. Eux sont maudits jusqu'à la fin des temps. Ils empêchent le chaos de venir, ce qui pourtant les libèrerez. Eclairez leur chemin.
-Maman..., murmurèrent Sam et Dean à l'unisson. Des larmes commencèrent à se former au coin de leurs yeux.
Les morts avaient disparu. Le gris avait consumé la lumière ; la route était de nouveau solide sous leurs pieds.
Loin devant eux, ils crurent apercevoir la lumière d'une veilleuse.
Ils coururent.
Un trou. Un trou dans le monde devant eux ; ils voyaient la chambre de Josh: sa commode, son armoire, lui allongé dans son lit.
Ils coururent de plus belle. Ils atterrirent dans la chambre de Josh au moment où celui-ci hurlait, la striga penchée sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Jeu 22 Mai - 11:32

Dean et Sam levèrent leurs armes en même temps.
-Josh! hurla Sam. Dégage de là!
Josh roula sur le côté et se cacha sous le lit. Sam et Dean tirèrent. Ils déchargèrent complètement leur pistolet sur la striga. Celle-ci s'effondra.
Josh sortit la tête de sous son lit.
-Je peux sortir? leur demanda-t-il.
-Oui, lui répondit Sam.
Josh sortit et courut vers eux. Il les attrapa avec ses bras et les serra fort contre lui.
-Sam, Dean, je suis si content de vous revoir.
-Nous aussi, lui dit Sam.
-Vous êtes venus par les routes fantômes?
-Comment connais-tu l'existence des routes fantômes? lui demanda Dean.
-Et bien, tous ceux qui ont conscience du surnaturel, connaissent les routes fantômes. Et de toute façon je vois pas comment vous auriez fait pour venir aussi vite ici de là où vous étiez.
Sam et Dean se regardèrent.
-Mon petit frère est venu me rendre visite dans mon rêve. Et il m'a tout expliqué.
Dean n'eut pas le temps de demander plus d'explications car Sam s'approcha de lui.
-On doit y aller.
-Déjà?! Mais vous venez à peine d'arriver.
-On ne peux pas rester plus longtemps, mais on reviendra, je te le promets.
-Je peux venir avec vous?
-Non! lui dit Dean d'un ton ferme.
-Pourquoi?
-On a déjà discuté du pourquoi, Josh. De plus tu ne pourrais pas passer par les routes fantômes.
-Bien sûr que si!
-Fin de la discussion! Dépêche-toi, Sam!
Sam regarda tristement Josh. Puis il suivit Dean dans la brèche. Josh les regarda partir le cœur brisé.

Ils étaient de retour sur les routes fantômes.
Sam posa une question à Dean. Celle qu'il avait envie de lui poser après qu'ils aient réussit à vaincre les changelins et tout le petit peuple, sauf la reine bien sûr.
-Tu l'aimes bien?
Dean se retourna vers Sam.
-Qui?
-Josh?
-Bien sûr que je l'aime bien.
-Alors pourquoi ne pas l'avoir emmené avec nous?
-Tu le sais très bien, Sam. C'est trop dangereux! Je n'ai pas envie qu'il lui arrive quelque chose.
-Nous on a vécu des choses à son âge. On a vécu le danger.
-Mais ce n'est pas pareil! On a été élevé comme ça, lui pas.
-Tu te considères comme son père, réalisa Sam. Et tu le considères comme ton fils.
-Non! Mais je n'ai pas envie qu'il lui arrive quelque chose, c'est clair?
Sam n'ajouta rien, mais il savait très bien que Dean cachait la vérité. Sam savait pertinemment que Dean considérait Josh comme son propre fils et il s'en imaginait très bien la raison
Son fils sera le demi frère de Josh, voila pourquoi. Et le fait que ce petit n'ait plus de famille fait qu'il se sentait très proche de lui.

Dean avait l'impression que son frère ne voyait pas ce que lui voyait.
-Tu les vois? lui demanda-t-il.
-Oui. Mais j'ai du mal à me concentrer sur un seul, répondit Sam. Sauf quand les morts le désirent. Quand ils s'approchent pour communiquer, ils paraissent plus solide.
Dean avait mal au crâne. Autour de lui se déroulait la parade sans fin des esprits qui erraient dans l'Autre Monde, cherchant leur chemin le long des routes fantômes et atteignant parfois leur destination.
Le Paradis, l'Enfer. Pour certains, rien du tout.
Il les voyait tous! Et ils le voyaient aussi.
Dean et Sam étaient des nouveautés! Ils tendirent leurs mains vers eux, leurs doigts traversant leur chair. Ils frissonnèrent comme jamais ils n'avaient frissonné de toutes leur vie.
Ils croyaient qu'ils faisaient partis de leur camp.
Après tout, ils étaient morts dans un sens. Sam lorsqu'il avait été poignardé par Jake et Dean à cause de ce foutu accident!
-Reculez! cria Dean. Reculez!
Un des esprits toucha Sam, le regarda avec horreur et murmura quelque chose à un autre.
La voix résonna comme si tous les morts avaient parlé en même temps.
-Maudit!
Sam ne put s'empêcher de ricaner.
Son sourire disparut quand un visage familier apparut devant lui.
La brume blanche de la route fantôme tournoya autour d'eux.
-Sam.
Tous les morts prononçaient son nom, mais un seul d'entre eux remua les lèvres. L'esprit d'une femme nommée Jessica Moore.
Sam s'arrêta, les larmes aux yeux. Elle était là par sa faute. Elle tentait de trouver son chemin sur la route fantôme, vers le Paradis... Ou l'Enfer.
-Je suis désolé, dit Sam.
Dean s'arrêta.
-Avance, mec! lui dit-il sans comprendre à qui son frère parlait, ni pourquoi.
Sam continua de marcher et s'aperçut vite que l'information avait circulé. D'autres personnes que Dean et lui connaissaient seraient là, les attendant sur le bord de la route.
Une part de lui comprit ce qui allait se passer. Ils seraient là. Bien sûr qu'ils seraient là.
Et ils étaient là.
Les cheveux noirs de l'un et blonds de l'autre, leurs yeux brillants et si doux. Pleins de compréhension.
Leurs parents ne dirent rien. Ils avaient déjà aperçut leur mère plus tôt sur les routes fantômes mais pas leur père. Non pas lui.
Quand Sam voulut s'arrêter, Dean le poussa, ne voyant pas qui Sam pouvait bien apercevoir ici.
-Nous y sommes presque, cria-t-il. Avance, Sam, s'il te plait! On doit sortir de là!
Sam jeta un dernier regard à ses parents puis se détourna. De la lumière brillait devant eux. Il ferma les yeux et laissa Dean le guider.
Des larmes de sang glacées coulaient sur ses joues.
Sam ne les essuya pas. Une juste pénitence pour le chagrin et la terreur dont il était responsable.
-Nous y sommes presque, répéta Dean.

Ils finirent par être de nouveau dans la maison du portail. Le gardien Jacques les attendait.
-Vous avez fait vite mes garçons.
-Ouais et c'était moins une! lui dit Dean. Sam ne se sent pas bien.
Sam s'accrochait à son frère comme un naufragé à sa bouée. Il était blanc comme un linge et le sang qui coulait de ses yeux faisait contraste avec.
-Il a dû voir quelqu'un qu'il connaissait sur les routes fantômes. Ca arrive souvent ce genre de chose. Tout ce dont il a besoin c'est de repos.
-Moi aussi j'ai vu quelqu'un que je connaissais mais ça ne m'est pas arrivé!
-Ca dépend des gens en fait. Aidez-moi nous devons l'emmener dans une chambre calme et douce.
Dean fit ce qu'on lui ordonnait. Il s'inquiétait beaucoup pour son frère. Mais ne le montra pas. Le gardien allongea Sam sur le lit.
-Je dois vous laisser j'ai quelques petites choses dont je dois m'occuper.
-D'accord, lui répondit Dean.
Il se retourna vers Sam qui l'observait.
-T'inquiète pas petit frère, tu vas être aussi neuf qu'avant.
Sam hocha la tête puis s'endormit. Alors Dean laissa la frustration et la douleur sortir. Il pleura à chaudes larmes et enfouit son visage entre ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Jeu 22 Mai - 12:20

Dean se réveilla. Il regarda sur le coté Sam n'était plus sur le lit. Il se releva vite fait.
-Qu'est ce qui t'arrive? lui demanda une voix familière.
Dean regarda sur sa gauche. Sam était devant la fenêtre.
-Rien, lui dit-il tout ensommeillé. J'ai cru que...
-Que j'avais disparu? répliqua Sam avec un demi-sourire.
-Exactement, lui répondit Dean en souriant à son tour.
Leurs sourires s'effacèrent rapidement.
-Tu sais que c'est aujourd'hui qu'on doit affronter ce qui se trouve dans ce manoir? lui demanda Sam. En plus du démon qu'on traque et de cette... autre chose dont parlait le gardien.
-Oui répondit Dean en baissant le tête. Mais je n'aime pas l'idée qu'à un moment donné on doive se séparer pour vivre nos propres expériences. Je n'aime pas te laissé sans back up .
-Je sais Dean mais ne t'inquiète pas. J'ai eu un bon prof.
-Je sais, mais c'est pas pareil, se borna Dean. Qui sait ce qui se cache derrière ces portes. En plus tu as entendu ce qu'il a dit? Il a dit que cette chose nous referait vivre nos pires cauchemars et aussi ce qu'on aimerait pas qu'ils nous arrivent et franchement, je n'ai pas envie de le découvrir!!
-Moi non plus Dean mais on a pas le choix!
-Je sais. Bon si on doit s'y coller, mieux vaut le faire tout de suite!! Je me vois pas le faire à la tombée de la nuit.

Il se leva et se dirigea vers la porte. Sam le suivit quelques instant plus tard.

Sam et Dean arrivèrent dans la salle à manger. Le gardien les attendait.
-Vous étés prêts? leur demanda-t-il.
-Oui, répondirent Sam et Dean en cœur.

Ils les accompagna jusqu'à la première porte.
-Voila. Nos routes se séparent ici pour le moment. On se recroisera quand vous aurez affronter certaines choses. Vous devrez ouvrir plusieurs portes et comme je vous le disais ensemble puis vous devrez ouvrir certaines portes tout seul.
Il s'éloigna.
-Tu es prêts? demanda Dean a Sam.
-Je crois qu'on a pas le choix, lui répondit ce dernier.
Dean ouvrit la porte.

Dean et Sam se retrouvèrent dans le noir. La porte se referma derrière eux. Ils se regardèrent,anxieux, se demandant sur quoi ils allaient tombé.
Ils regardèrent devant eux.
Derrière un immense portail en fer forgé, la silhouette torturée d'une maison gothique se découpait contre le ciel nocturne encombré de nuages. Les tourelles et les cheminées qui hérissaient son toit rappelèrent aux frères la demeure de la famille Adams. Aucune lumière ne brillait derrière les fenêtres.

-Cela ne me dit rien qui vaille, s'exclama Sam.
-Je sais mais on a pas le choix comme tu me la fait remarqué plus tôt. Je m'occupe du portail, lui dit Dean.
Il se dirigea vers les deux montants de fer forgé fermés par une ch aine métallique munie d'un gros cadenas. Il s'agenouilla devant et commença a faire sauter le loquet. Puis il ouvrit le portail.
Sam attendait son signal pour le rejoindre. Cinq secondes plus tard, ils furent dans l'enceinte de la demeure et se dissimulèrent dans un bosquet pour observer la maison. Tout semblait calme a l'intérieur.
-On y va, chuchota Dean à Sam. Tache de rester dans l'ombre.
-Je sais! répliqua celui-ci exaspéré. Je ne suis pas un novice.
Ils sortirent de leur cachette.
Ils agitèrent les mains en silence, communiquant à l'aide d'un langage gestuel qu'ils avaient mis au point. Sam commençait a ressentir de la fatigue, ce qui était étrange pour lui vu qu'il venait a peine de se réveiller.
"Cela est du peut être au fait que ça fait un bout de temps que je n'ai pas dormi du sommeil de la mort", pensa-t-il.
Il avait du mal a suivre leur conversation muette. Apparemment, Dean voulait qu'ils se déploient.

Soudain, le jeune homme eut l'impression qu'on les observait. Il se racla la gorge, mais son frère ne lui prêtait aucune attention. Il eut beau jeté un coup d'œil discret par dessus son épaule, il ne vit rien.
-Hey, Dean, appela-t-il tout bas.
Il s'arrêta et se retourna lentement.
Quelque chose fondait sur lui à une vitesse stupéfiante. Une créature qu'il prit d'abord pour un énorme oiseau aux ailes caoutchouteuses. Mais tandis qu'elle se laissait tomber sur le sol, il vit que sa tète était humaine, et ses yeux pareils a des charbons ardents.
Dean sauta sur Sam et le plaqua au sol.
-Je...ne peux pas respirer, grogna Sam, le souffle coupé par l'impact.
-Qu'est ce que c'est? demanda Dean en s'accroupissant près de lui.
-Le Skree, répondit Sam et Dean comprit que son frère savait de quoi il parlait. On est pas dans le pétrin.
-Tant pis pour cette bestiole. Elle va voir de quel bois je me chauffe, grogna Dean.
Lui et son frère se relevèrent d'un bond.
Le Skree émit un glapissement perçant qui fit vibrer leurs tympans. Ils ne ressemblait a aucune créatures démoniaques qu'ils aient déjà affrontées.
"Bienvenue dans la maison des horreurs...", pensa Sam.
-Allez l'oiseau, je t'attends, grogna-t-il.
-Sam, tire-toi d'ici! cria Dean.
Au même moment, le Skree percuta son frère et enfonça ses serres dans son blouson en jean. Avant qu'il comprenne ce qui lui arrivait, Sam fut soulevé dans les airs.
Baissant la tète, il vit Dean qui l'observait depuis le sol, les poings levés. Il pointa deux pistolets qu'il avaient au niveau de sa ceinture mais il n'osa pas tirer, craignant de toucher son frère.
-Saute! cria-t-il. C'est ta seule chance!
Le jardin et la demeure s'éloignèrent rapidement sous lui. Sauter dans ces conditions n'avait rien de très attrayant.
Mais mourir le serait encore moins.

Le Skree était une créature horrible. Ses ailes semblaient faites de cuir noir et couvertes de veines en relief. Son haleine était fétide ; une lueur infernale brillait dans son regard.
Mais pour Sam, qu'il emportait en ce moment même dans ses serres, rien de tout cela n'était aussi perturbant que le spectacle de son visage humain sur un corps monstrueux. Une juxtaposition contre nature. Plus que tout ce qu'il avait jamais vu jusque la.
Les dents pointues du Skree étaient plantées comme au hasard dans sa bouche, formant des angles étranges. Son front proéminent, sa lippe pendante et ses yeux globuleux ne faisait rien pour arranger son apparence.
Comme aurait dit un de ses amis à Standford, il y avait de quoi avoir les foies. Même si Sam n'en possédait qu'un seul.
Ces pensées lui traversèrent l'esprit pendant les quelques secondes qui lui firent nécessaires pour se remettre de l'attaque du Skree. Il avait d'abord été désorienté, et la créature en avait profité pour l'emporter dans les airs.

Le jeune homme se débâtit ; plus bas, Dean lui criait de sauter.
La chute allait être longue. S'il attendait encore un peu, il risquait de ne pas y survivre.
Avant d'avoir eu le temps de réfléchir - donc de prendre peur et de risquer de renoncer - Sam leva un bras. Il empoigna les plumes du Skree à pleine main et tira. Quand la créature poussa un hurlement humain, il sentit la bile lui monter dans la gorge.
A cause de la douleur, le Skree perdit un peu d'altitude et jeta un regard furieux à sa proie, la serrant encore plus fort. Sam lui saisit une aile et s'y agrippa. Le Skree glapit, fit une embardée et plongea vers le sol comme s'il avait perdu le contrôle de son vol.
Le cœur de Sam battait à tout rompre dans sa poitrine. Il ne s'aperçut pas qu'il retenait son souffle. Il avait espéré que son ravisseur réagirait ainsi. Maintenant que c'était le cas, il ne savait plus quoi faire.
Le Skree allait peut être essayer de le tuer en lui faisant percuter le sol. Une rencontre brutale avec le béton, voir la pelouse de cette endroit, serait sûrement mauvaise pour sa santé.
-Lâches-moi! cria Sam en le martelant de coups à la poitrine et au visage.
Son poing s'écrasa sur le nez de la créature. Il sentit le cartilage céder, le sang couler ; soudain, les serres le lâchèrent.
Sam ramena ses genoux contre sa poitrine, rentra la tète dans les épaules et roula sur lui-même pour amortir l'impact. Il serait couvert de bleus le lendemain, mais au moins il vivrait jusque la...

Dans les airs, le Skree reprit de l'altitude, vira et piqua pour attaquer une seconde fois. Sam avait du mal à comprendre l'absence de renforts : Dean aurait du se précipiter vers lui des qu'il avait touché le sol.
-Dean? appela-t-il en se relevant, et en promenant un regard anxieux autour de lui.
-Sam, derrière-toi!
Il se retourna, les poings serrés, pour découvrir un homme qui se précipitait sur lui. Un peu plus loin, Dean se battait aussi contre d'autres types qui portaient des robes. Le genre de robes que l'ont porte lors de cérémonies de culte.
-Et moi qui avait peur de m'ennuyer en venant ici, marmonna Dean.
Sam et Dean se tenaient dos à dos sur la pelouse. Les ombres nocturnes les enveloppaient, mes les hommes n'avaient portant pas de mal à les repérer...Et réciproquement, car des symboles blancs se détachaient sur le tissu de leurs robes. Dean songea brièvement qu'ils ne devaient avoir que deux tenues : un costume d'homme d'affaires et un de moine.
L'important, c'étaient qu'ils n'aient pas des os incassables.
-Aucun d'eux ne semble savoir se battre convenablement, Dit Dean à son frère.
-Tant mieux, rétorqua celui-ci. je n'ai pas envie de passer tout mon temps ici, surtout avec cet oiseau de malheur qui fait toujours du vol plané.
Dean flanqua un coup de pied dans la poitrine de l'homme qui se tenait en face de lui, et eut la satisfaction d'entendre plusieurs cotes craquer.
L'homme s'effondra, le souffle coupé.
Son adversaire suivant était mince,rapide et bougeait avec la grâce d'un adepte des arts martiaux. Pourtant, il cria comme un bébé quand Dean lui retourna le bras gauche.
-Que tout ceux qui pensent que c'était une embuscade lèvent la main, lança Dean sarcastique.
-C'est pas le moment Dean, lui rappela Sam.
Jetant un coup d'oeil par dessus son épaule vers l'endroit ou le Skree avait lâché son frère, Dean vit que son frère était en train de botter les fesses de trois hommes.
Sam avait raison. Ils allaient bien s'en tirer. Puis il capta un mouvement dans le ciel, et réalisa qu'il avait presque oublier le Skree.
-Ils pensaient sans doute que cette bestiole nous éliminerait, cracha-t-il vexé, désignant le Skree du menton pendant qu'il assommait un nouvel homme. Sam, je m'occupe de ces types. Tu ne voudrais pas en profiter pour nous débarrasser du ptérodactyle au rabais?
Sans répondre, Sam se prépara à affronter le Skree qui piquait vers eux.
La créature tendit ses serres. Au lieu d'esquiver l'attaque, Sam la saisit par la tète et d'un coup sec, lui rompit le cou.
Emporté par son élan, le Skree roula sur la pelouse avant de s'immobiliser non loin de Dean qui flanquait un coup de poing à son adversaire du moment et fixa Sam, horrifié. Il savait bien que le Skree était un monstre, mais il avait un visage humain, et Sam l'avait tué avec une telle désinvolture...
"Il n'est peut être pas si ange que je le croyais..."
Un frisson courut le long de son échine. Son regard croisa celui de son frère, qui détourna la tète, honteux.
Dean se concentra à nouveaux sur leurs adversaires. Il avait à peine adopté une position défensive quand tous les hommes, conscients ou inconscients, qui gisaient sur le sol hurlèrent à l'unisson.

Cela dura quelques secondes, pendant lesquelles Sam et Dean se regardèrent sans comprendre. Puis les hommes en robes de moines s'enflammèrent spontanément, aussitôt imité par le cadavre du Skree. Leurs yeux se racornirent dans leurs orbites noircies ; leur peau se craquela et se détacha en lambeaux qui furent emportés par le vent.
Une minute plus tard, ils ne restaient d'eux que de petits tas de cendres sur la pelouse mal entretenue.
Sam finit par rompre le silence.
-Soit j'ai des hallucinations, soit ces types viennent de brûler tout seuls, s'étonna-t-il.
-Au moins, nous n'auront pas besoin de nous débarrasser des corps, dit Dean. Propre et net : il n'y a vraiment rien a redire. j'ai l'impression que la personne qui tire les ficelles de cette organisation ne veut ni laisser de traces ni risquer de fournir des informations.
Il marqua une pause.
-Au faite, je t'ai dis que je trouvais ca dégouttant?
Sam ne l'écoutait pas. Il pensait.
-qu'est ce qu'il y a petit frère? lui demanda Dean.
-Les fils de l'entropie, murmura-til.
-Pardon? s'étonna Dean.
-Ce sont les fils de l'entropie.
-Et c'est qui ces fils de l'entropie?
-Ce sont les esclaves humains du Chevaucheur. Même ici il se débrouille pour nous tendre en embuscade.
-Je te rappelle, Sam que nous sommes censé le tuer et que le gardien nous a dit qu'il se cachait dans son manoir donc j'imagine que c'est normale qu'il nous tende une embuscade.
-Arrêtes avec ton sarcasme tu m'énerve, s'enflamma Sam.

La porte par ou ils étaient entré s'ouvrit.
-Allez viens frérot, lui dit Dean, on a d'autre portes a ouvrir. Il passa son bras s autour des épaules a son frère et passèrent la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Jeu 22 Mai - 12:46

Ils entrèrent dans ce qui ressemblait a des catacombes. Il faisait nuit.
-Partout ou je mets les pieds, il y a toujours des araignées et des reste humains, plaisanta Dean.
Sam ne trouvait pas ça drôle du tout. C'était bien des catacombes. Les ossements s'empilaient comme des blocs de lego : cranes et cubitus par-ci, fémurs et bassins par-la...
-Ce n'est pas si terrible, objecta Sam en promenant le faisceau de sa lampe sur les parois couvertes de squelettes. La plupart des gens payent pour voir ce genre de spectacles.
Dean le regarda horrifié.
-C'est bien ce que je dis! Les gens sont fous. On finira peut être un de ces jours par affronter un démon qui raffolera des parcs d'attraction ou de bons restaurants..., soupira-t-il.
Il trébucha et posa son pied sur un crane, dont une moitié tomba en poussière.
-Désolé, marmonna-t-il. En parlant de restaurants, tu as remarqué que dans les films les méchants mangent toujours des raisins? Ou alors, ils découpent de gros morceaux de dinde pour les donner à leur persan. Comment ça se fait?
-La gourmandise, lui dit Sam. Un des sept péchés capitaux.
-Avec la monotonie, grommela Dean en étouffant un bâillement. Il n'y a personne ici, Sam. On plie bagages et on file a Disneyland.
-Arrêtes avec tes plaisente..., commença Sam.
-Chasseurs, chuchota une voix d'outre-tombe.
Les deux frères se regardèrent. En silence, ils hochèrent la tête, puis ils se déployèrent dans des directions opposées, le premier ver la gauche et le second vers la droite. Mieux valait couvrir un maximum de terrain afin de surprendre la personne qui venait de parler avant qu'elle ait le temps de réagir.
Ils éteignirent leurs lampes de poche. Impossible de déterminer d'où venait la voix ; tant qu'a faire, mieux valait ne pas donner l'avantage a leur mystérieux interlocuteur.
-Chasseurs....
-C'est nous, répondit Dean en tendant l'oreille. Et vous êtes...?
Une pause.
-Un ami...
-Je vois. C'est pour ça que vous vous cachez. quand les gens font ça dans mon entourage, je pense toujours que c'est a cause de ma passion pour les films de Molly Rindgwald. A moins que je ne sache pas choisir mes amis....
-Je vous en supplie, écoutez-moi. je n'ai pas beaucoup de temps.
-Etes-vous occupé a manger des raisins? demanda Dean par curiosité.
Sam a l'autre beau de la pièce était désabusé!! Son frère trouvait le moyen de faire de l'humour alors que l'endroit et le moment n'étaient pas les meilleurs.
-Je crois qu'on m'a suivi, souffla l'inconnu.
-Ca alors, ce serait une expérience nouvelle pour moi! Dites, vous ne feriez pas partie des fils de l'entropie, par hasard? Et je ne parle pas du groupe de chanteurs mais de cette secte qui est sous la domination du Chevaucheur?
-Si, mais...
-Mais vous êtes un gentil fils de l'entropie, coupa Dean. Je m'en doutais.

Il tenta de de scruter les ténèbres, puis songea à rallumer sa lampe de poche. Au lieu de cela, son index se crispa sur la détente de son pistolet. c'était une bien meilleur source de réconfort.
Il y eu un étrange grognement.
-Oh mon Dieu, gémit leur nouvel ami. Elle arrive. Aidez-moi..
Un éclair bleu illumina brièvement le mur du fond.
Un éclair magique. Dean se tendit.
-Expliquez-moi d'abord ce que vous faites la.
-Non. Elle arrive. Je vous en supplie...
Un autre éclair, suivi par une boule de feu.
Dean garda le silence. l'inconnu essayait peut-être de les piéger. Ou bien, il était assez fort pour s'en sortir tout seul. Mais il se pouvait aussi qu'il ait vraiment besoin d'aide.
Et comme il faisait partie des méchants, son assistance allait lui coûter bonbon.
-Ce sont les routes fantômes, dit-il enfin. Il y en a une quantité infinie, mis a part celles que vous avez empruntées plus tôt. Je sais que vous avez eu des problèmes dans les limbes, mais vous ne devez pas voyager ouvertement dans cette dimension. Vous êtes trop repérables.
C'est encore une embuscade, pas vrai? grogna Dean.
-Non je vous assure. Sachez seulement que je m'efforce de l'arrêter de l'intérieur, dit l'inconnu.
-Une minute! lança Dean.Qui essayez-vous donc d'arrêter?
-Le Chevaucheur.
Il y eu un second grognement.
Puis un cri.

Dean alluma sa lampe et courut. Alors qu'il atteignait un croisement, Sam jaillit d'un des passages latéraux et le rejoignit.
-Sam! appela-t-il.
-J'arrive, répondit son frère.
Un rugissement ébranla les catacombes. De la terre et des cailloux se détachèrent du plafond ; Dean se retint à un cran dont les dents lui éraflèrent la main. sans y prêter attention, il s'élança de nouveau.
-Attention! s'exclama Sam.
Quelque chose tomba sur son frère, lui faisant lâcher sa lampe et son pistolet et le plaqua a terre.
Une détonation retenti, mais ne produisit pas le moindre effet sur la créature qui maintenait Dean au sol. Refermant sa gueule sur le blouson du jeune homme, elle le traîna derrière elle. Elle avait quatre à pattes toutes terminées par des griffes acérés.
Soudain, elle pressa l'allure, emportée par son élan le long d'une pente, Dean leva les bras pour tenter de se dégager, mais tout allait trop vite.
Quelque part au-dessus, Sam cria son nom, et il entendit un bruit de course. D'une façon ou d'une autre, son agresseur et lui se retrouvaient plus bas que le tunnel d'où il arrivait.
-Dean? Dean où es-tu?
-Il doit y avoir une trappe quelque part. Cherche!
Le jeune homme remua les jambes, essayant de se retenir aux murs.
Ne réussissant pas, il ramena ses genoux contre sa poitrine et tenta de flanquer un coup de pied dans l'estomac de la créature. La encore, il échoua. Alors, il enfonça la pointe de ses bottes de motard dans le sol pour ralentir leur fuite.
Quelque chose perfora sa cuisse au-dessus du genou. Il poussa un cri de surprise et de douleur en sentant une substance brûlante se répandre dans ses quadriceps.
Le monstre rugit. Puis Dean entendit la voix de Sam.
-Hé!
Une lumière diffuse se répandit autour de lui. Plissant les yeux, Dean tenta de détailler son agresseur. d'après le peu qu'il en voyait, c'était un lion.
Il y eut un coup de feu. La balle érafla la joue gauche de Dean, manquant sa cible.
Une seconde détonation. Cette fois, la créature grogna et lâcha sa proie.
La tété de Dean heurta le sol de terre battue. Au moment ou le monstre bondissait au-dessus de lui, il lui saisit une patte arrière. Mais sa prise n'était pas bonne, et il se débarrassa de lui comme d'un simple moustique.
A défaut, il lui empoigna la queue. Une vive douleur lui déchira les mains; il serra les dents et s'accrocha.
La créature le traîna maladroitement derrière elle. Dean remonta le long de sa queue et s'agrippa à son arrière-train.
-Tire encore, Sam! cria-t-il.
Sam était réticent a l'idée de tiré sur un animal qui bougeait si vite avec son frère accroché derrière lui. Et s'il touchait son frère au lieu de la créature?
-Sam!
Un troisième coup de feu. Avec un rugissement furieux, le monstre se retourna vers Dean...
...Qui hoqueta, stupéfait. L'animal avait le visage d'un homme, a ce détail près que sa bouche était garnie de plusieurs rangées de dents et que ses iris avaient la couleur du sang. Sa queue cingla l'air au-dessus de sa tête, comme un boa constrictor, et fusa vers Dean.
Elle se terminait par un dard pareil à celui d'un scorpion.
-Ouah, du calme!
Dean plia le bras droit et le détendit brusquement frappant la mâchoire de son adversaire du plat de la paume. A défaut d'armes a feu il possédait une autre arme : lui-même. La tête du monstre partit en arrière, et il poussa un nouveau rugissement.
Le jeune homme en profita pour lui assener un coup de pied qui le fit tomber sur le coté; alors, il lui bondit dessus et le roua de coups aussi violents que vicieux, sans se soucier qu'il ait un visage humain ou non.
Ses poings s'abattirent sur son cran, sur son nez, encore et encore...
Dean n'arrivait plus a s'arrêter de frapper.
-Ca suffit, lui dit gentiment une voix.
Dean sentit qu'on le tirait en arrière. Il se releva d'un bond et fit volte-face, mais ce n'était que son frère qui braquait le faisceau de sa lampe sur le corps de la créature.
Il fallut à Dean quelques secondes pour se calmer.
Alors, il laissa retomber ses bras le long de ses flancs et tenta de reprendre son souffle.
-C'était une question de survie, pas vrai? lança Sam.
Dean compris qu'il faisait allusion au regard qu'il lui avait jeté après que son frère eut brisé le cou du Skree.
-Ouais, grogna-t-il en s'essuyant la bouche d'un revers de main.
-Désolé, dit Sam. J'ai mal visé cette fois-ci.
Son frère eut un sourire grimaçant et massa sa jambe engourdie.
-Oh, je crois que tu m'as sauvé la vie quand même.
Sam secoua la tête.
-Ce n'est pas moi. Je ne l'ai pas touché une seule fois.
-Alors, c'était peut être notre mystérieux chuchoteur des ténèbres, avança Dean. Ce qui restaurerait quelque peu ma foi en l'humanité.
Mais de l'inconnu, il ne restait pas le moindre signe.
-Sans compter les horreurs que l'on rencontre dans la Maison du Portail, un paquet de monstres bossent pour le grand Kahuna, qui tire les ficelles des Fils de l'Entropie, résuma Dean.
-Je ne suis pas certain qu'ils bossent pour lui, corrigea Sam. Disons qu'il les contrôle. Coté sorcellerie, ce type ferait passer notre vieil ami Bobby pour un Daffy Duck muni d'une baguette magique.
-Maintenant c'est toi qui fait du sarcasme, lança Dean avec un sourire au coin.
Sam s'agenouilla près du monstre mort et examina les rangées de dents pointues qui garnissaient sa bouche.
-Incroyable, souffla-t-il. Une manticore. Le visage d'un homme sur le corps d'un lion. Elles ont la réputation d'enlever les bébés, de les découper en morceaux et de les manger. Je n'en avais encore jamais vu.
Un nouveau spécimen dans la série des monstres à visage humain, grimaça Dean.
Il baissa les yeux vers la créature.
-Quand j'aurais retrouvé ce Chevaucheur, quand je lui mettrais la main dessus, voila le traitement que je lui infligerait. Pour commencer.
Sam resta muet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Jeu 22 Mai - 13:43

Sam et Dean revinrent dans la maison du portail. Il décidèrent de passer quelques portes plutôt que de les ouvrir une a une pour affronté ce qui se cachait derrière. Après tout le gardien leur avait dit qu'ils devaient affronté certaines choses pas TOUTES!!Dean avança devant une nouvelle porte. Ils en avait passé cinq avant de s'arrêter devant celle-ci.
-Pourquoi celle-ci? lui demanda Sam.
-J'en sais rien, lui répondit Dean. Juste une porte au hasard.
-Ok. j'espère que la chose qui s'y tapit ne nous prendra pas par surprise.
-Aurais-tu peure,frangin? lui demanda Dean.
-Non, répondit fermement Sam. Mais je préférerais la prendre par surprise plutôt que l'inverse.
Sam ouvrit la porte.

L'endroit ou ils se trouvaentit était dans le noir le plus complet.
-Dean? murmura Sam.
-Quoi? répondit ce dernier sur le même ton.
-Tu n'aurais pas une lampe de poche par hasard?
-Si. Attends deux minutes.
Dean prit sa lampe de poche et l'alluma. Il balaya le faisceau lumineux tout autour pour savoir ou ils étaient.
-On dirait une cave, lui dit Sam.
-A ton avis que va-t-on y trouver?
-J'en sais rien, mais j'imagine que ça risque d'être pas plaisant du tout.
L'endroit était couvert de débris, de morceaux de bois,de morceau d'acier. Ils se déplacèrent dans les ténèbres.
-Je suis sur qu'il y a quelques chose la-dedans, affirma Sam. Quelque chose de malfaisant.
-Non sans blague, répondit Dean sarcastique.
Sam se retourna vers son frère.
-Qu'est ce que je t'ai dis tout a l'heure?
Un bruit. Un claquement dans les ruines. Sam et Dean se tendirent.
Dean se redressa pour mieux voir.
Il tira une arme de sa ceinture. Sam sourit, approuva et en sorti une de sa veste.
Un bruissement....Un cri perçant très court. Puis le silence.
-Allons-y, dit Sam. Avec prudence!

Dean parti vers la gauche, Dean vers la droite. Ils avancèrent vers un escaliers( ce qui leur faisait comprendre qu'ils étaient dans une cave) protégés par les ténèbres, puis se perdirent de vue.
Atteignant une rangé de détritus, Dean se redressa. il courut jusqu'à l'escalier. La porte qui se trouvait a son extrémité n'était plus qu'un trou béant et déchiqueté par lequel il passa. Sam se hâta de le rejoindre. Il leva la main pour lui montrer qu'il était conscient de sa présence. Ensemble, ils entrèrent dans les vestiges du salon. Le mur du fond avait complètement disparus. Trois grosses branches couvertes de lierre avaient poussé à la place.
L'endroit idéale pour qu'une créature s'y cache...
Ils fouillèrent la pièce, se tenant dos à dos. Leurs chaussures soulevaient de la poussière et des cendres.
Sam lutta pour ne pas tousser.
-Alors? demanda-t-il enfin.
-Rien, répondit Dean.
Ils se regardèrent.
-Quelque chose a pourtant crié..., dit Sam.
Dean se dirigea vers le coin nord-ouest, déblayant les débris à coup de bottes. Il s'arrêta et se pencha devant les restes d'un fauteuil.
-Un raton-laveur suprêmement.
-Sûrement? lui demanda Sam.
-oui,sûrement
Dean dirigea le faisceau lumineux vers l'escalier qui menait à l'étage. La rambarde et plusieurs marches avaient disparu, mais il semblait praticable.
Un craquement résonna dans la cave.
Ils se regardèrent, puis se dirigèrent vers une des portes qui conduisaient au sous-sol. Dean dévala les marches taillées dans le roc. Sam essaya de suivre.
Le sol était jonché de débris.
Quelque chose sentait très mauvais.
Dean grogna.
-Juste devant, informa Dean.
-Je vois, lui répondit Sam, repérant une silhouette prise dans le faisceau de la lampe.
La forme accroupie était vaguement humaine. Elle leur faisait face, mais son visage restait dans l'ombre.
Sam avança lentement, son pistolet en main. A coté de lui, Dean surveillait tous ses gestes.
Ils avaient presque atteint la créature quand celle-ci surgit, tournoya dans les airs et se jeta sur Dean. Sa bouche était garnie de crocs ; sur son visage gonflé et écarlate, ses yeux brillaient d'un vert immonde. la façon dont sa tête était posée sur son corps ne semblait pas correcte...On aurait dit qu'elle avait le cou brisée.
Une curieuse odeur de vinaigre se dégageait de sa peau.

Dean attaqua. Le monstre lui échappa, bondit sur la paroi du puits.
Je me demande ce qu'un puits fait en plein milieu de la cave d'une maison, se dit Dean.
Le monstre sauta sur lui les mâchoires béantes. Dean s'écarta juste a temps.
-C'est quoi, ça? Un vampire?
-Un pennanglan, l'informa Sam. Ce n'est pas tout a fait la même chose. On ne trouve ces horreurs qu'en Malaisie.
-On est loin de la Malaisie, Sam!
-Je sais! Mais on est aussi dans un manoir ou on trouve du tout et n'importe quoi!! Sa spécialité est de sucer le fluide cérébro-spinal...
La chose se jeta sur eux.
Ils se séparèrent pour faire une cible moins facile.
-C'est plus que je ne veux savoir, lâcha Dean. Mais que fait-il la?
-Il cherche son dessert?
Dean regarda son frère comme s'il était cinglé.
-On doit détruire la tête, lui dit Sam.
-Je préférerais ne pas m'approcher d'aussi près.

Le pennanglan se jeta de nouveau sur Dean. celui-ci se baissa et la créature rebondit sur le mur opposé. Sam fit le tour de la pièce du regard. Des chaînes étaient accrochées au mur.
-Pourquoi est-ce- que c'est toujours moi qu'ils attaquent? demanda Dean.
Sam le regarda et lui dit:
-Et le Skree alors? C'est moi qu'il a attaqué.
-Oui mais la plupart du temps c'est sur moi qu'ils foncent!!
Dean courut, saisit une chaîne et tira aussi fort qu'il le put.
A sa grande surprise, elle se détacha du mur.
Le jeune homme tomba en arrière, le souffle coupé.
-Dean! cria Sam.
Le pennanglan fonçait sur lui. Il était vraiment hideux. Dean essaya de reprendre son souffle.
Quand le monstre fut sur lui, il recula et fit claquer son fouet improvisé.
Il atteignit sa cible. Les maillons s'enroulèrent autour du cou de la créature.
Dean tira.
La tête se détacha avec un bruit dégoûtant.
Le corps du pennanglan tomba a terre, se vidant de ses fluides mais la tête, suivie d'une guirlande de vertèbres, se darda, toutes dents dehors.
-Sam! C'est quoi ce truc?
-C'est ce que je t'expliquais! Il n'a pas besoin de corps. Quand il chasse, il la laisse derrière. C'est le crane que nous devons détruire.
Sam se déplaça pour intercepter le monstre.
Dean tenait toujours la chaîne et le pennenglan tira dessus comme un chien enragé.
Le jeune homme sentit son estomac se révulser. Sam réagit si vite que Dean eut du mal a suivre ses mouvements. Après avoir fait un pas sur le coté, il leva un morceau de bois pointu et l'enfonça au milieu du front de la créature.
Elle tomba et ne bouge plus.
Dean frissonna.
Sam s'approcha de lui.
-Il est mort? demanda Dean.
-Nous devrions le brûler. C'est plus sur.
Ils incinérèrent le monstre.
La puanteur fut insupportable.

Sam et Dean ressortirent de cet enfer.
-Mon dieu! s'exclama Dean. c'est immonde! Tu aurais pu me prévenir que ça allait puer autant!!
-Si je te l'avais dit,l'aurais tu incinéré? lui demanda Sam.
-Certainement pas!!
-C'est bien ce que je pensais. Bon écoute ouvrons encore deux ou trois portes ensemble et puis séparons nous.
-J'aime pas ça Sam.
-Tu n'aimes pas quoi?
-Te laissez sans surveillance comme ça. Tu pourrais te blesser ou pire.
-Je sais Dean mais on a pas le choix! Et j'ai pas envie de passer toute ma journée a ouvrir des portes me demandant ce qu'il y a de l'autre coté.
-Tu as raison, fit Dean.Allons -y!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Ven 23 Mai - 15:43

Sam et Dean ressortirent par la porte.

"Je n'arriverais jamais à me débarrasser de cette odeur! grogna-t-il.
-C'est pas si grave , lui répondit Sam.
-Tu trouves?" s'indigna ce dernier.

Mais Sam ne l'écoutait déjà plus. Il se demandait ce qu'ils trouveraient en poussant une autre porte.

"Je me demande bien si notre vie ne s'arrêtera pas dans ce manoir?" se demanda-t-il.

-Yo,Sam, tu vas bien? lui demanda Dean.
Sam se retourna et vis de l'inquiétude dans les yeux de son frère.
-Oui, lui répondit_il avec un sourire forcé. C'est juste que...
-Que quoi?
-Rien de bien important. Bon on va bientôt devoir se séparer.
-Une fois de plus, moi je dis qu'on doit rester ensemble.
-Et une fois de plus tu sais très bien ce que le gardien nous a dit.
-Oui, mais...

Sam ne le laissa pas finir sa phrase. Il s'avança devant une porté dorée et l'ouvrit a la volé. Ils entrairent dans un épais brouillard.
-Oh ba bravo! Cria Dean. On est de retour sur les routes fantômes! Tu aurais du me laisser choisir la porte! Je déteste cet endroit.Whoa!!!"
Autour d'eux, des gémissements retentirent pendant que les morts se précipitaient vers les deux frères bras tendus. Ils déferlaient par vagues, rang après rang, marée de corps et de visages indistincts aux joues baignées de larmes.
"Aidez-nous. Montrez-nous la sortie," imploraient-ils en se bousculant pour approcher ces deux hommes fait de chair et de sang."Libérez-nous."
"Tu entends? demanda Dean. C'est plutôt clair...
-Clair et limpide, lui répondit Sam.
Il jeta un regard à son frère.
-Qu'est ce qu'on fait?
-On s'en va, répondit Dean. Nous ne pouvons rien faire pour eux. Pas aujourd'hui."
Sam se mordit la lèvre. Autant qu'il le détestait, son frère avait raison. Ce n'était pas leur combat.
Les lamentations redoublèrent quand ils tournèrent le dos aux esprits. Mais au lieu de sortir les deux frères s'arrêtèrent.

"Il y a quelque chose ici, avec nous, dit Dean. Quelque chose de maléfique.
-J'y ai déjà réfléchi, lui répondit son frère. Je pense que c'est l'ombre de la mort.(il inclina la tête et fourra ses mains dans la poche de son blouson.)C'est assez intéressant."
Dean le regarda comme si il était fou.
"Quoi?" s'indigna Sam. Quand il vit que son frère ne lui répondait pas il continua.
-Quand elle a croisé ma route, j'ai eu envie de m'écarter du chemin et de m'endormir. De m'abandonner. Elle m'a semblé assez paisible. Mais pour toi elle est dangereuse, et tu as envie de la combattre.
"Parce que c'est un chasseur", souffla une voix, "comme moi autrefois. Et vous auriez du avoir la même réaction, jeune homme."

Autour des garçons, le gris se transforma en un éclair d'une blancheur aveuglante. La route se changea en poussière sous leurs pieds. Ils se couvrirent les yeux quand une lumière écarlate brûla leurs rétines. Puis Dean se souvint des larmes de sang que Sam avaient eu un peu plus tôt dans la journée, et se demanda si 'en était bien.
Lentement, ils ouvrirent leurs paupières pour tenter de distinguer quelque chose.
Devant eux se tenait un jeune homme qui avait à peu près l'âge de Dean,pieds nus et vêtu de haillons blanc dont le tissu était couvert de sang séché. Il avait la pâleur de la craie, des yeux presque noirs et des cheveux couleur d'acajou qui cascadaient dans son dos.
Sa silhouette se découpait distinctement sur un fond noir. Si il tendait la main vers lui,pensa Dean,il toucherait de la chair solide. Pourtant, le jeune homme avait quelque chose d'étrange,de spectral et d'éthéré. Quelque chose qui trahissait son appartenance à ce royaume.
"Vous devriez me reconnaitre,chasseurs. Nous sommes de la même famille."

-Dans ce cas,tu dois faire partie de la branche méridionale des Winchesters, répliqua Dean,parce que les hommes sont plutôt blonds de notre côté. Sauf pour Sam évidement puisque lui il l'est.(ce qui était faux évidement puisque Dean était le seul homme des Winchesters à être blond. il tenait çà de sa mère et Sam tenait sa couleur de cheveux de son père. Bien que Dean commençait a tiré vers le brun en vieillissant.)
Il se racla la gorge et demanda plus sérieusement.
-Pourquoi est-tu ici?
"Jadis,j'étais un chasseur de démons,comme vous."
Les lèvres du jeune homme remuaient, mais on eût dis qu'un millier de personnes avaient parlé à la fois.Jetant un coup d'œil à la ronde, Dean aperçut des corps et des visages. Des gens. Certains les regardaient ; d'autres détournaient la tête. Beaucoup pleuraient. Quelques-uns chuchotaient ou riaient.

Quand ils s'évanouissaient, d'autres prenaient leur place. Il y en avaient une multitude. Tous étaient les esprits des humains morts qui erraient sur les routes fantômes en attendant la fin du voyage. Apparaissant et disparaissant, comme des espoirs naissants puis enfuis;
Sam se tendit, et se rapprocha de son frère. Dean regarda la foule de spectres pour comprendre ce qui le troublait. Mais le seul visage qui demeurait distinct était celui du jeune homme qui se tenait devant eux.
Sam jeta un coup d'œil à Dean, qui le lui rendit.
-Que vois-tu? s'enquit doucement le cadet. A qui parles-tu?
-Et toi, que vois-tu?
Sam haussa les épaules.
-Personne que je connaisse.(Puis baissant la voix, il ajouta) Mais la dernière fois qu'on était là, j'ai vu maman et papa.
Dean fronça les sourcils. Etait-ce ici que finissait toutes les personnes, en particuliers les chasseurs des forces des ténèbres? Après toutes ces luttes, ces incessants combats, la grisaille des routes fantômes constituait-il leur seul horizon?
-Pourquoi es-tu ici? demanda Dean au spectre.
Son interlocuteur leva le menton tendit que des larmes perlaient à ses yeux. Mais il n'était pas triste ; à en juger par ses mâchoires contractées et la veine qui pulsait à son cou, Dean aurait juré qu'il luttait contre la colère.
"J'ai été imprudent. Il y avait cet homme que je croyait être mon ami....Mais il m'a vendue au maître de l'entropie et à ses démons"
Les milliers de voix qui sortaient de sa bouche chuchotèrent et firent écho au nom du Maître de l'Entropie.
"Il m'a trahie."
-Le Maître de l'Entropie, répéta lentement Dean.
-Les fils de l'Entropie. C'est lui qui a fondé leur ordre, intervint Sam. Le gardien du portail nous en à parler, tu te souvient?
Sam regarda son frère interloqué.
-Que se passe-t-il? A qui parles-tu?

Ainsi, il était le seul à voir le chasseur mort. Cela lui fit froid dans le dos. Pour qu'elle raison rencontraient-ils tous les deux un spectre différent?
-Comment t'appelles-tu? demanda Dean.
-De mon vivant, j'étais James Regnier.
-Je parles à James Reginer, répondit Dean à Sam. Le Maître de l'Entropie l'a tué.(A cause du sang séché, il ajouta) A coup de révolver, je suppose.
"Avec un couteau,"" le détrompa l'apparition. J'ai été assassiné en l'an 1539 de Notre Seigneur."
Etait-il là depuis? Dean frissonna. Quatre cent soixante années à arpenter les routes fantômes sans jamais atteindre de destination : ni enfer, ni paradis.
Juste du vide. C'était le contraire de ce qu'il espérait après sa propre mort.
"J'ai été appelé....Pour vous mettre en garde, chasseurs."
-Par le gardien du portail? demanda Sam.
"Je l'ignore".
-Nous mettre en garde contre quoi? demanda Dean.
"La mort arpente ces routes avec vous. Mieux vaudrait que vous fassiez demi-tour."
Dean se rembrunit.
-Et tu te prétends chasseur?
"J'ai été assassiné," lui rappela son interlocuteur.
Dean eut un petit rire.
-On n'a pas l'intention de connaître le même sort.
"Dans ce cas, faîtes demi-tour."
-Sam, tu sais comment changer de chaîne?

Mais son frère ne l'écoutait pas. Le regard dans le vague , les paupières mi-closes, il affichait un air préoccuper qui lui rappelait celui d'un marin quêtant la terre ferme.
-Sam, qu'y a-t-il? insista Dean.
Son frère secoua la tête.
-Rien. J'ai cru voir quelqu'un. Mais je me suis trompé.
-Jess, devina Dean.
Sam détourna la tête.
-Oui.
Il était tourmenté par le souvenir de sa mort. Dean compatissait. Il s'approcha de son frère et lui posa la main sur l'épaule.
-Ca ira, lâcha Sam.
Dean laissa retomber sa main et se tourna de nouveau vers James Regnier, le chasseur mort.
Mais celui-ci avait disparus.

Dean et sam n'aimaient pas emprunter les routes fantômes.Mais ils s'en accommodaient le temps de trouver la porte qui les ferait sortir de cet enfer. Par chance et à leur grande surprise les esprits gardaient leur distance. La plupart semblaient en route vers le lieu de leur repos final, quel qu'il soit. Ceux qui les avaient attaqués lors de leur précédente incursion étaient des âmes perdues. Cette fois, ils ne tentèrent pas de s'interposer.
"Les nouvelles doivent voyager vite sur les routes fantômes," en déduisit Dean.
De temps en temps, il apercevait dans le lointain une silhouette ondulante ou un visage flou. Sam aussi. Mais de façon générale, les fantômes les laissèrent tranquilles.
Au moins, jusqu'à ce que celui du jeune chasseur qu'ils avaient déjà rencontré paraisse devant eux.
-Whoa! souffla Dean, surpris.
Il essayait plutôt de contacter son père ou sa mère.
"Chasseurs, je remercie le ciel qui vous ayez entendu mon appel," dit James Regnier." Je ne pouvais venir à vous, et j'avais désespérément besoin de votre aide."
Dean fut aussitôt sur ses gardes. Lui et son frère avaient assez de problèmes sur les bras sans qu'on vienne en rajouter. Leur emploie du temps était bourré à craquer.
""Comme vous le savez déjà, les démons que vous affrontez sont en train d'affaiblir les barrières entre la Terre et l'Autre Monde, expliqua James. "Ce que vous ignorez peut-être, c'est que leur magie s'attaque également aux barrières qui séparent les limbes de l'Autre Monde et de l'Enfer. En ce moment même, des monstres déferlent sur les routes fantômes en quête d'âmes qu'ils emmèneront en Enfer. Ils se glisseront par les brèches qui conduisent à votre dimension."
-Raison de plus pour ne pas trainer! coupa Dean. Aides-nous plutôt à arrêter ce démon avant qu'il ne fasse plus de dégats.
"Non."
-Comment ça,non? lui demanda Dean.
-Ce n'est pas à nous d'arrêter ce qui arrive dans les limbes, répliqua Sam. Nous devons seulement protéger les gens dans Notre Monde.
"Vous devez d'abord combattre avec moi,i"nsista James.

Il fit un pas en avant et toucha l'avant-bras de Sam. Celui-ci sentit une étrange décharge électrique. Même après leur mort, comprit-il, les chasseurs restaient différents du communs des mortels.
Or, Sam n'aimait pas être différent.
James lui posa la main sur l'épaule. Ce qui ne plus ni à Sam, ni à Dean.
"Nous avons été choisis. On nous a confié une mission."
-Celle de défendre les personnes de notre monde, dit Dean. Pas tous les mondes de l'univers.
"Celles de combattre les forces des ténèbres," corrigea James.
-On est chez les fous,chuchota Dean à son frère.
Sam grogna.
-On est vraiment obligés de s'y coller maintenant? On a pas que ça à faire, répliqua Dean. On a une mission très importante sur le feu..... Un démon a mettre six pieds sous terre. Mais tu es déjà au courent. Pourquoi ne cherches-tu pas un autre chasseur pour t'aider? j'ai entendu dire qu'il y en avait pas mal par ici.
James secoua la tête.
"Ils ont continués leur chemin."
Dean haussa les sourcils.
-Vers où?
"La lumière peut-être... Qui peut le dire? Sûrement pas moi, puisque je suis toujours coincé ici."
Dean échangea un regard avec Sam, qui fit un signe de dénégation.
-Nous devons partir,dit doucement Sam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Ven 23 Mai - 15:45

Sans crier gare, une horde de démons se matétialisèrent autour d'eux. Tous différents, et tous aussi hideux les uns que les autres.

Du pus dégoulinait de la peau écarlate de celui qui était en face de Dean. Un autre, dont la langue pendait jusque sur son estomac rebondit, se jeta sur Sam, pendant que deux créatures vertes aux orbites vides attaquaient Dean en faisant claquer leurs tantacules.
Et ils n'étaient pas venus seuls.
"La brèche s'est ouverte!" cria James en passant à l'action.
Empoignant les deux adversaires de Dean, il se servit de leurs têtes comme de cymbales. Alors qu'ils titubaient, sonnés, il leur arracha des tentacules. Un fluide vert visqueux jaillit, éclaboussant Dean.
-Hey! s'écria Dean. Fais gaffe à ce que tu fais!
Sam s'effondra. Dean eut juste le temps de le repousser du bout du pied avant que le démon écarlate ne bondisse.
Ils se jeta à terre et fit une roulade avant. Puis il ralentit son élan et balança un coup de poing au démon qui reprenait son équilibre et pivotait pour préparer une nouvelle attaque.
Atteint à la poitrine, il recula et vint heurter le dos de Sam. Celui-ci le saisit à la gorge, se baissa brusquement et le fit passer au-dessus de sa tête comme une poupée de chiffon.
Le démon écarlate alla percuter son collègue obèse. Tous deux s'étalèrent. Avec une rage immense, Sam les roua de coups de pied jusqu'à ce qu'ils s'immobilisent.
Dean se précipita au secours de son frère, non sans jeter un regard sévère à James, qui se battait contre un tout petit démon dont le principale mode d'attaque semblait être de siffler en postillonnant.
Pas étonnant qu'il se soit fait tuer, songea Dean en empoignant un démon bleu par le bras.
-D'où ils sortent tous la? demanda Dean
-J'en sais rien, hurla Sam en balançant son poing dans la figure d'un démon.
-J'ai jamais vu des démons commença.
-Moi non plus!
Le monstre que Dean combattait se décomposa en une nuée de vers. Dean fut surpris.
-Ca me rappelle un épisode de Buffy, dit Dean.
-Dean! cria Sam. c'est vraiment pas le moment pour parler de pop culture!
-James! appela Dean. Un petit coup de main ne serait pas de trop!

L'adversaire de son confrère lui cracha du feu au visage.
C'était donc pour ça qu'il bavait partout : sa machine avait des ratés... pensa Dean.
Dean le ceintura et fit rapidement demi-tour. Les flammes incinérèrent les vers qui grouillaient sur le sol.
-James, c'est ta pause déjeuner ou quoi? s'impatienta Dean.
"Je suis désolé. Je... je n'ai plus de forces, "s'excusa le chasseur mort, visiblement perturbée.
Il s'approcha de Sam et lui toucha le bras. Il y eu une autre décharge d'électricité.
-Hé, lança Sam, qu'est ce que tu fabriques?
James se rembrunit.
"Je ne sais pas. C'est peut être parce que mon temps est révolu et que vous êtes des chasseurs actuels. Mais je me sens regénéré. Je crois que je peux de nouveau me battre."
-Ca tombe à pic, parce qu'il y a pas mal de boulot en ce moment! railla Dean.

Il bondit dans les airs, pivota sur lui-même et décrocha un coup de pied tournant à un démon qui se précipitait vers lui, une hache de bourreau à la main. La créature s'effondra en lâchant son arme. Dean la poussa hors de sa portée du bout de sa botte, puis lui abattit ses deux poings sur le crâne.
Je vais le finir, proposa James en ramassant la hache.
Il donna un coup de pied au monstre, tandis que Dean passait à l'adversaire suivant. Le jeune homme songea à réclamer l'arme, mais son confrère mort en avait plus besoin que lui.
A son grand soulagement, Sam s'était relevé et ne s'en tirait pas trop mal face à un démon à l'apparence presque humaine. Ses griffes sifflèrent dans les airs quand Sam lui flanqua un coup de poing dans le nez, puis un coup de genou au bas ventre.La créature s'effondra. Sam lui empoigna les cheveux, lui cogna la tête sur le sol et lui brisa le cou.
Dean resta là à le regarder pendant quelques instant. Il ne comprenait pas comment son frère pouvait tuer aussi froidement, spécialement un démon qui avait une apparence humaine. Il se demanda ce qui était arrivé à son frère.
Sam releva la tête et compris ce que son frère pensait. Il ne dit rien.
-Tu te bats comme une fille, maintenant, En tirant les cheveux? demanda Dean.
-Faut bien faire avec ce qu'on a, lui balança Sam sur un ton un peu plus dur que d'habitude. J'aurais aimé prendre des armes avec nous, rajouta-t-il sur un ton plus doux.

-Attention! cria Sam.
Dean pivota à temps pour voir le démon qu'il avait abandonné à l'autre chasseur se précipiter vers lui en brandissant sa hache. Il brisa son élan d'un coup de coude dans l'estomac, lui arracha son arme et s'en servit pour l'éventrer.
-James! cria-t-il en se tournant vers son confrère.
Celui-ci était tombé à quattre pattes.
Dean ne voyait pas son visage.
-James, tu es blessé?
Sam s'élança. Mais Dean fut plus rapide, et il atteignit le chasseur mort avant.
-Dean, ne t'approche pas, lui ordonna Sam.
-Sam? souffla Dean.
Mais c'était James qu'il regardait, pas son frère.
-Quoi? s'inquiéta Sam.
A cet instant, James- ou plutôt la chose qui s'était fait passer pour lui- se releva d'un bond et se jeta sur Sam.
Il avait le corps de Sam, le visage de Sam, les cheveux de Sam.
Un instant, Sam paniqua. Son adversaire copiant toutes ces propres techniques de combat, il se ressaisit pour riposter. Mais son double parait chaque coup de poing ou bloquait chaque coup de pied.

"Tu vas perdre, chasseur. Et l'Enfer triomphera," siffla la créature.
-Le jour ou il gèlera là-bas, répliqua Sam.
Du coin de l'œil, il vit que Dean avançait vers son double.
"Ne te mêles pas de ça, frèrot, cria la créature. Elle éclata de rire. Je connait chacun de tes mouvements. Toutes tes astuces."
-Dans ce cas, on évitera de jouer au poker avec toi, dit sagement sam.
Dean n'en croyait pas ses oreilles. Qu'allait-il arriver si son frère se mettait à faire de l'humour dans ce genre de situations?
-Je ne voudrait pas te presser, mais on est en infériorité numérique, intervint Dean,en ramassant la hache et en la brandissant sous le nez d'un démon couvert de fourrure noire qui avançait vers lui.
"Tu as fait une grosse erreur, chasseur, railla le faux chasseur, en gardant ses distances."
-Je sais. J'aurais dû te demander une pièce d'identité lors de notre première rencontre.
Dean leva les yeux au ciel.
L'esprit entraîné de Sam au combat évaluait déjà les attaques que son double risquait de lancer.
-Mais il est trop tard pour ça maintenant, James Regnier. D'ailleurs, as-tu jamais été James Regnier?
"Cette force était autrefois l'ombre du chasseur mort. Je l'ai connue... intimement. C'est moi qui l'ai tué."
Dean se retourna.
-Je me souviens d'un épisode de Star Trek sur le sujet. d'une bonne douzaine d'épisodes en fait... Un peu cliché, même dans les limbes. Tu aurais pu trouver quelque chose de plus original.

Le double de Sam eut un sourire éblouissant.
"Ca a suffit à vous trompez. Ton frère m'a laissé le toucher, et maintenant, je détiens son essence. Si tu tues l'ombre qui est désormais la tienne, chasseur, tu détruieras une partie de toi-même. Et tu mourras encore plus jeune que le destin ne l'a prévu."
-Vraiment? Mon avenir n'est pas gravé dans la pierre, déclara Sam malgrés le frisson qui lui parcourait l'échine. Et malheureusement pour toi, le tien est déjà scellé. Dean!
Dean hésita puis lui lança la hache. Il la saisit au vol, plongea sur le doppelanger et le décapita d'un coup net.
Aussitôt,les démons disparurent, comme s'ils avaient été attirés là par ruse de la créature qui se faisait passer pour James Regnier.
La tête du faux Sam vola dans les airs et atterit aux pieds de Dean. Le jeune homme le contempla avec horreur pendant quelques instant, puis leva les yeux vers son cadet.

-Comment as-tu pu te tuer, toi-même? demanda Dean.
-Ce n'était pas moi,Dean.
-Je sais! Mais tu n'a pas hésiter une seconde. Quoi tu veux mourir, c'est ça? C'est ce que cet acte veux dire?
-Bien sur que non!
-Alors dis moi comment ça se fait que tu n'as même pas sourcillier?
-J'en sais rien. Mais je crois qu'on devrait avoir une conversation avec Jaques regnier. Il ne nous avait pas dit qu'on rencontrerait quelqu'un de sa famille qui est passé du coté sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Lun 26 Mai - 10:13

Sam et Dean sortirent de la pièce.
-J'espère que la prochaine qu'on ouvrira ne nous ramènera pas dans les limbes, car je déteste vraiment ça! déclara Dean.
-Je l'espère aussi, lui répondit Sam.
Il se retourna vers son frère.
-Bon, je crois que le moment est venu pour nous d'affronter quelques dangers seuls.
-Ca va pas, Sam! après ce qui s'est passé tu crois vraiment que je vais te laisser aller affronter des dangers seul?
-On est obliger, Dean.
-Mais...
-Pas d'arguments.
Sam s'éloigna.

-Ba il manquait plus que ça. Que mon frère se mette a jouer les grand frère responsable.
Il erra dans les couloirs du manoir, ne sachant pas si il devait ouvrir une porte, ni ne sachant ce qui se cacherait derrière. Mais il finit par se reprendre et ouvrit une porte faite de diamants. Il entra.
Il faisait sombre à l'intérieur. Petit à petit ses yeux s'accommodèrent à la pénombre. Il distingua une lueur devant lui. Il s'en approcha et s'aperçut que c'était la flamme d'une bougie. Il entendit un grondement et se retourna. Tout à coup les lumières s'allumèrent et Dean se retrouva nez à nez avec le Chevaucheur.
Il n'eut pas le temps de réagir. Le chevaucheur lui frôla le visage de sa main d'un noir de jais et Dean s'écroula sur le sol.

Il rêvait, mais son rêve n'était pas plaisant.
....Maman accrochée au plafond, saignant de l'abdomen, le feu la consumant...
Ils sont avec papa, suivant tous ces ordres.
"Les garçons,n'oubliez pas, vous saler l'entrée, ils ne pourront pas entrer." leur ordonna-t-il.
"Sam, je veux que tu vises et que tu tires chaque bouteilles qui sont au mur." cria-t-il."Dean, restes avec ton frère", aboya-t-il.

.... Jessica accrochée au plafond, saignant de l'abdomen, le feu la consumant...
Apprenant a remonter un M-16 avant même d'avoir embrassé une fille. Incapable de finir de lire Moby Dick ou The Scarlett Letter à l'école, malgré le fait d'avoir déjà lu la collection de Aleister Crowley - sans mentionner Jan Howard Brundvand. Connaissant le rituel de l'exorcisme en latin, mais incapable de se souvenir des mots du Serment d'allégeance, ce qui lui a valu une retenue dans l'une de ses nombreuses école primaire.

... Cassie accrochée au plafond, saignant de l'abdomen,le feu la consumant...
"Je dois retrouver papa"."Il veut qu'on continue là ou il s'est arrêté - sauver des gens, chasser des choses." " Peut-on ne pas se battre?"" Tu lui coures après, n'est ce pas? La chose qui a tuée maman." Je ne comprends pas la foi aveugle que tu as pour l'homme."

... Sarah accroché au plafond, saignant de l'abdomen,le feu la consumant...
La peur ne meurt jamais, ne s'en va jamais, ne vous quitte jamais, peut importe combien de fois vous vous montrez courageux, peut importe combien de fois vous mentez au gens et que vous vous dîtes que tout ira bien. Peut importe combien de fois vous dîtes que vous vous en chargez, peut importe si vous passez près de la mort ou que vous soyez pris ou encore que vous soyez envoyé au loin, et qu'à cause de ça, vous ne soyez plus en mesure de protéger quiconque....

....Ellen accroché au plafond, saignant de l'abdomen, le feu la consumant...
"Très bien, si quelque chose de ce genre arrive à ton frère, tu prends le téléphone et tu m'appelles." "Que je t'appelles? Tu te fiches de moi? Papa, je t'aies appelé de Lawrence. D'accord? Sam t'a appelé quand j'étais en train de mourir.Mais t'avoir au téléphone... j'ai plus de chance de gagner à la lottery."

...Jo accrochée au plafond, saignant de l'abdomen, le feu la consumant...
"Il nous a donné un ordre." " Je m'en fiche! On a pas à faire tout le temps ce qu'il nous demande."

...Sam accroché au plafond, saignant de l'abdomen -mais le feu ne le consume pas. Au lieu de cela, il ouvre les yeux et ils sont jaunes.
-Tu dois me tuer, Dean. Papa te l'a dit.
-Non!!!!!!!!

Dean se redressa brusquement. Il était trempé de sueur.
-Mon dieu! s'écria-t-il. Sam...
Puis ses traits se durcir et ses yeux balancèrent des éclairs de fureur.
-Tu me le payeras. Ca je te le garanti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Lun 26 Mai - 10:15

Sam lui aussi était entré dans une nouvelle pièce. Mais au moment d'entré à l'intérieur il se rendit compte que ce qu'il voyait était la mer et il était déjà trop tard. Il s'enfonça dans une eau glacée.
Il émergea la tête et regarda autour de lui. L'eau était calme, il ne vit aucune brèche sur la surface.
-C'est pas bon du tout ça, l'eau est trop calme.
Il se retourna pour chercher des yeux la porte qu'il avait laissé ouverte et il se sentit coupable. Ce n'était pas une bonne idée de laisser ces portes ouverts alors qu'elles y cachait un peu tout et n'importe quoi. Mais d'un autre coté, il n'avait pas le choix. Entre laissé un monstre s'échapper et sa propre vie, Sam n'hésiterait pas une seconde. Sa vie n'était pas tout ce qu'il y avait de merveilleux mais au moins il vivait.

Tout à coup une immense vague s'écrasa sur lui. Il s'étouffa avec de l'eau salé qu'il recracha vite fait en toussant.
-C'est pas bon du tout.
Devant lui il vit la chose la plus immonde. Comme un calamar géant avec d'énorme tentacules. Sam resta pétrifié puis il nagea frénétiquement vers la porte resté entre-ouverte. Le calamar géant l'aperçut et se mit a sa poursuite.
-Il manquait plus que je tombe sur le Kraken!
Sam arriva au niveau de la porte. Il se hissa à l'intérieur mais au moment ou il passa ses jambe le Kraken étendit une de ses nombreuses tentacules et il attrapa l'une de ses jambes. Sam referma la porte qui coupa la tentacule.
-Il n'est pas question que j'affronte cette chose, dit Sam essoufflé en s'étalant sur le dos.

Dean commença a se demander si Sam était toujours en vie.
Allons, ne penses pas négativement ou ça risque d'arrivé, se dit-il.
Il ouvrit une nouvelle porte. Et il entra , il passa le seuil de la porte qui était faite en bois et ce fut la fin de ce que l'ont peut appeler de normal. L'autre coté ne ressemblait pas à ce quoi il s'attendait. Il s'attendait à tout, mais pas à ça.
Bien que pour être honnête, se dit-il, je m'attendais à quelque chose de plus... horrible.

Mais ce qu'il vit était pour le moins inattendue. C'était irréel
Bien que dans nos vies, tout est irréel, enfin pour les autres. Pour nous ce qu'on vit chaque jour est bel et bien réel
C'était un paysage de conte de fée qui, ça il en était sur, n'avais jamais existé sur terre. Au loin il y avait un château perché sur une colline verte. Ces tours et murs étaient fait d'un gris-bleu, avec des fanions rose voltigeant au sommets des tours. Entre lui et le château, des arbres fait de roses étaient déposés en colonnes, représentant une forêt, à part que les forets possèdent généralement des sous- bois épineux, alors que celle-ci était pleine d'arbres géants qui étaient assez éloignés les uns des autres pour vous laissez vaquer à votre guise entre eux, pic niquer, ou ce qui vous venait en tête, un tapis d'herbe vert luxuriant sous eux.
Des collines roulaient derrière la forêt, surmonté par le château et très loin, des montagnes enneigées qui semblaient être un peu trop couvert de sucre plutôt que gelées.Rougeoyant au dessus de tout cela, un soleil parfaitement rond d'un jaune chaleureux dans un ciel bleu scintillant. C'était très charmant et bucolique. Même pour Dean.
Et puis il y eut le dragon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Lun 26 Mai - 13:18

Alors que le reste de la scène était représentée comme sur un livre de conte de fées, beaucoup plus charmant que réel et trop réel pour être un rêve, le dragon était absolument horrifiant.
D'un vert de mer et ressemblant a un iguane,si jamais les iguanes finissaient par avoir la taille du Sun Cinema, avec des dents ressemblant à des rasoirs, qui était aussi longues que Dean était grand, une queue pointue et des ailes de chauve - souris caoutchouteuse.
La bête tourna ses yeux rouges sur Dean, secoua la tête de droite à gauche une ou deux fois, et exhala un souffle fétide.

Peut être qu'ils ne crachent pas du feu, pensa-t-il, se bouchant le nez, parce qu'ils n'en n'ont pas besoin.
Il l'avait vu, de ça, Dean en était certain. Et si il le voulait pour le déjeuner, Il ne pouvait imaginer un moyen de l'en dissuader
L'idée de courir lui vint, mais il la rejeta une seconde plus tard car c'était infaisable. Les pattes de cette chose étaient certainement assez longues et costauds pour couvrir plus de terrain que lui, même si il savait ou aller.
Au cas ou, il se retourna pour voir ce qui se trouvait derrière lui.
Quarante mètre d'herbe, et puis rien du tout.
Le prés se terminait abruptement à l'endroit où il devait y avoir une pente incroyablement raide, parce que de là où il était, il ne pouvait voir absolument rien.
Au loin, le bleu océan s'étendait à l'horizon.
Il supposa qu'il était au sommet d'une falaise,mais il ne pouvait pas en être certain sans avancer jusqu'au bord, et avec le dragon derrière lui qui le dévorait des yeux, il n'était pas question qu'il essaie.

-Salut, dit-il.
Juste au cas ou il pouvait parler, après tout, ici, qui savait?
-Je suis Dean Winchster. Je suis un chasseur.
Il regretta ses paroles. Ce n'était peut être pas une bonne idée de révélé à un dragon qu'il était chasseur.
-N'aurais-tu pas vu un type assez grand, brun mais moins mignon que moi? C'est mon frère et je voudrait bien qu'on se retrouve.
Le dragon abaissa sa tête, les griffes de ses pattes avant grattant dans la terre.
-Probablement pas, c'est bien ce que je pensais. Parce que c'est dangereux par ici, et j'arrive pas à lui remettre la main dessus.
Le dragon exhala une fois de plus, et Dean souhaita qu'il ne recommença pas. Il chassait des démons et des choses horribles avec son frère qui sentaient meilleur.
D'ailleurs, il ne se souvenait pas d'avoir combattu quelque chose qui sentait pire.
Et il y avait quelque chose dans sa façon de bouger...
... Quelque chose, pensa-til, comme un taureau prêt à charger...

Et c'est ce qu'il fit., fonçant droit sur lui, les mâchoires grandes ouvertes,les dents scintillants au soleil.
C'est presque trop facile, pensa Dean. Le faire venir jusqu'à moi rapidement, puis esquiver et il ne pourra pas s'arrêter, et ce sera au revoir dragon, par dessus la falaise.
Il continua aussi longtemps qu'il le pu, regardant dans ses yeux rouges, puis regardant ses pattes et sa queue au cas ou le dragon s'en servirait. Après tout, il était pratiquement sur lui, il couru de plus belle et se lança vers le bosquet le plus proche ; et bien sure, le dragon essaya de s'arrêter , ses pattes avant s'enfoncèrent dans la terre. Des mottes de terre s'élevant dans les airs.
Son élan était trop grand, il glissa et glissa faisant un trois quart de tour, et culbuta sur le rebord de la falaise qui devait bien faire au moins 700 mètres de profondeur

Alors qu'il chutait, Il laissa échappé un hurlement de dragon en détresse, toutes les sirènes du monde se mirent en route en même temps, résonnant dans les oreilles de Dean alors qu'il s'accroupissait, ses mains recouvrant ses oreilles.
Dean se sentit presque désolé pour lui.
-Il a probablement agit via son instinct. Un cerveau de la taille d'une noix, il m'a pris pour une menace et il a attaqué, et je m'en suis tiré sans même une égratignure.
Il s'avança vers le bord de la falaise pour en voir la hauteur. et pour s'assurer que le dragon avait définitivement disparut.
Et c'est là qu'il entendit le bruit de tonnerre que firent les ailes du dragon.
-Bien sure, pensa-til. Ils volent. j'avais complètement oublié.
Et c'est là qu'il décida que courir était sans doute la meilleur solution.

Sans autre but en vue, Dean courut vers le château. Le fait qu'il avait un dragon derrière ses fesses le fit courir beaucoup plus vite que d'habitude. Mais derrière lui, il entendit le son des ailes changer et su que le dragon avait remonté la falaise. Il osa un regard par dessus son épaule et le vit balancer la tête de droite à gauche puis s'arreté pour lui balancer un regard mauvais. Il aplani son corps pour réduire la résistance du vent et fondit sur Dean.
Dean courut quelques mètres de plus puis s'arrêta,,ne voulant pas être de dos lorsque le dragon serait sur lui. Il se retourna et attendit, les mains sur les hanches pendant un moment, reprenant son souffle, essayant de trouver un autre plan.
Rien ne lui vint à l'esprit.. Et la chose se rapprochait, de la salive scintillante dans sa bouche ouverte.

Si Sam était là, il m'aurait sorti de la en deux temps trois mouvement... Et maintenant je sais ce à quoi une bouché de crabe ressemble
Dean resta en position, Attendant la bête de cauchemar. Son souffle chaud s'écrasant sur Dean alors que le dragon s'approchait, et pourtant Dean resta là, sachant la futilité des esquives à droite ou à gauche. Sa tête devint énorme, de la taille d'un bus. Cette fois-ci il était vraiment sur lui., assez proche pour que Dean puisse voir sa langue d'un rose - indigo, et c'est à ce moment là, qu'il décida de bouger.
Il se laissa tombé à plat sur l'herbe, et la mâchoire inférieure du dragon passa près de sa taille. Il frappa de ses deux pieds, aussi fort qu'il le pouvait, dans la mâchoire du lézard géant. Il entendit les mâchoires s'entre-choquer, et crut entendre les os craquer sous son coup. Le dragon se dégagea, et s'envola de nouveau, comme pour eviter une nouvelle attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Mar 27 Mai - 12:23

Mais il fit des cercles tout autour de Dean et fit preuve d'une agilité remarquable en vol, plongea de nouveau, les mâchoire une fois de plus grande ouvertes. Du sang mélangé à de la salive s'échappait de sa gueule. Dean attendit qu'il soit tout prêt, espérant qu'il serait trop près pour manœuvrer et se jeta sur le côté. Mais la tête du dragon suivit Dean, ses énormes mâchoires se refermant d'un coup sec, et une de ses énormes dents s'enfonça dans la jambe de Dean, arrachant son jean.
Dean se mis en position assise, s'éloigna de la porté du dragon et regarda sa blessure. Il avait une longue coupure qui partait du haut de la cuisse jusqu'en bas.
Bien qu'il n'eut pas le temps de s'en inquiéter, car le dragon avait atterrit et étendait son museau vers lui, la gueule ouverte pour un nouvel essaie.
Cette fois-ci, Dean s'élança sur lui, posant ses mains sur le haut de son museau et se catapultant sur son cou. De la, il se retourna rapidement et s'assit, ses jambes entourant étroitement le cou du reptile volant,comme si il était lui-même un cavalier et cette bestiole un cheval.
Le dragon secoua la tête violemment, essayant de l'en déloger, mais il saisit a pleine main la chair squameuse du dragon et s'y accrocha fermement. Le monstre rejeta sa tête en arrière, comme pour l'écraser contre son dos, mais il n'était pas assez flexible pour ça. Il cracha, grogna et claqua ses mâchoires. Mais Dean s'accrochait toujours aussi fermement à lui, enfonçant ses pieds et ses mains dans la chair, empêchant toutes tentatives pour lui faire perdre l'équilibre.

Finalement, il prit son envol.
Ses ailes énormes se déplièrent, s'étendant sur 30 mètres. La bête les claqua une ou deux fois, en poussant à leur extrémité avec une force déconcertante, puis il décolla.
J'aime pas ça, pensa Dean. Mais alors pas du tout.
Ils prirent de l'altitude rapidement, et en quelques instants, ils eurent dépassé les sommets des arbres. Dean eut la nausée en regardant le paysage qui passait rapidement sous lui, et si loin. Le dragon aggrava la situation en prenant un virage à 150km/h qui du point de vu de son passager n'était pas si agréable. Sa prise commença à glisser; ses mains suaient et sa jambe nappée de sang, ne pouvait pas s'accrocher correctement sur le dragon. Il allait bientôt lâcher prise si la bête préhistorique ne ralentissait pas.
Tomber sur un tas d'arbres d'un dos de dragon n'était pas l'une des façons qu'il avait envisagé pour mourir, et il réalisa qu'il y avait beaucoup pensé.
Mais avant qu'il ne tombe,le dragon se redressa et il pu se remettre normalement en selle, la ou ses ailes étaient au plus près de son cou. Et grâce à cette expérience troublante, une idée vint à l'esprit de Dean.
Le seul problème c'est qu'il ne savait pas comment faire pour la mettre a l'œuvre.
L'autre problème étant que si il la mettait en œuvre, il risquait de se tuer en même temps.
Si il devait choisir entre tuer le dragon ou se tuer, il préférait la seconde option. Mais s'il devait mourir, il se résolut à emporter cette bestiole des enfers avec lui.
Du coup, il fit ce qu'il avait à faire.

Il dû se résoudre à lâcher le cou du dragon de sa main droite. Son poing laissa une marque dans la chair verte de la créature, ce qu'il trouva quelque peu encourageant. Il espérait l'avoir blessé, car de toute évidence le dragon avit eu l'intention de le tuer dès qu'il avait posé son regard sur lui.
La main de Dean ne resta pas vide bien longtemps, mais il se pencha en avant et se hissa de quelques centimètres au dessus de son siège improvisé lorsqu'il réalisa qu'il ne pourrait pas atteindre ce qu'il voulait,et réussit à attraper l'oreille droite du reptile. Il tira.
Le dragon lâcha un rugissement qui secoua l'ensemble de son corps, ce qui lui fit perdre une centaines de mètres. Dean sentit son estomac se retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Mar 27 Mai - 12:26

Il fit exactement la même chose de la main gauche en lui attrapant l'oreille gauche.
Le dragon s'affola, secouant la tête aussi furieusement qu'un chien qui vient de sortir de sous la douche.Dean fut presque arraché de son emprise,mais il parvint à la tenir.
Le dragon perdit quelques mètres de plus, essayant d'éjecter son cavalier de son dos avec ses ailes. Et Dean lâcha prise de sa main droite une fois de plus.
Cette fois, il fit confiance en la force de sa main gauche et lâcha prise de ses deux jambes et étendit sa main droite loin devant lui.
Et il fut capable de la faire. Il ferma son poing, et le cogna dans l'œil du dragon.
Le monstre hurla de douleur et s'inclina soudainement sur la gauche, voltigeant en chute libre.
Dean se rattrapa de la main droite, juste en dessous de l'oreille gauche du dragon., et s'accrocha aussi fermement que possible avec ses jambes.
Même ainsi, il sentait la force centrifuge et le vent s'engouffrant qui menaçaient de l'arraché de sa prise.
Tous ses muscles hurlaient de douleur. Il n'avait jamais poussé ses talents de chasseurs à de telles mesures, mais lâcher prise était encore plus suicidaire que de s'accrocher.

Le monde tournoya follement autour de lui, de plus en plus vite avec les secondes qui passaient. Il lança un rapide coup d'œil au près juste en-dessous, et il sut qu'il devait faire une dernière chose. Ignorant tout ce que son esprit lui criait, il se força à lâcher prise une fois de plus, et il balança au dragon un coup de plus dans les yeux.
Et encore une fois, le dragon jeta sa tête sur sa gauche, loin de l'attaque, orientant sa chute de se coté.
Là ou il avait eu le près, il y avait maintenant des arbres, et Dean et le dragon se dirigeaient tout droit sur eux.
Comme si il réalisait soudain ce qui se passait, le dragon cambra le dos et commença de nouveau à battre des ailes rapidement. Pendant un court instant, mais ce fut trop tard.
Dean se dégagea au moment de l'impact, s'accrochant aussi fermement qu'il le pouvait à l'arbre épais qui le frappa de plein fouet.

Alors que les coups de branches et que la douleur des morceaux de bois qui pénétrèrent sa peau, il entendit l'impact explosif du dragon. Dean tombait entre les branches, en cassait de nombreuses sur son passage, et fini par atterrir sur le sol en ayant le souffle coupé, saignant de coupures mutiples. Bien plus qu'il ne pourrait en compter. Pourtant il garda les yeux ouvert, ne voulant pas que le dragon lui atterrisse dessus.

Mais il n'y avait aucun risque que ça arrive.
Sous le poids de cette énorme masse, les branches se séparèrent comme de l'eau mais les troncs d'arbres tirent bon. Le dragon s'était empalé sur plusieurs énormes troncs d'arbre. Empalé 500 mètres au-dessus de la tête de Dean, il n'était pas tout à fait mort, mais ce n'était qu'une question de minutes. Le sang dévala l'écorce de l'arbre comme une fontaine. La bête essaya de se dégager sans succès, ses ailes bougeant dans tous les sens.
Dean ressenti une fois de plus de la pitié, mais lorsqu'il essaya de se relevé, la douleur dans sa cuisse lui rappela que la situation était claire, c'était soi lui, soit cette bestiole. Il avait fait ce qu'il avait à faire pour survivre.
Je me demande bien comment je vais faire pour retrouvé cette fichu porte maintenant, s'énerva Dean.

Il regarda au loin, vers le château qui était toujours à distance, mais il reporta son regard au il l'avait déposé juste avant car il avait eu l'impression de capter quelque chose du coin de l'œil, quelque chose semblait changer.
Et lorsqu'il regarda de nouveau la bête perché dans les arbres, les choses changeaient c'était certain.
Tout son corps frissonna, comme si il se liquéfiait, et alors que Dean l'observait, il semblait rétrécir.

Donc ils ne se transforment pas en poussière mais on peut les réduire de la taille géante à miniature, se dit Dean. C'est bon a savoir ça. J'aurais vraiment tout vu par ici.
Pourtant,même ça, ça n'allait pas, parce que le dragon ne faisait pas que rétrécir, il changeait de forme. Son cou devint plus court, ses ailes disparurent, ses jambes s'allongèrent, et au moment ou il s'arrêta de se transformer, c'était une forme que Dean reconnu bien vite.

Il était devenu un homme. Un homme empalé sur un seul tronc,mais un homme quand même. Il était aussi nu que le dragon l'avait été , bien qu'il ne restait pas grand chose de lui pour qu'on puisse lui passé des vêtements.
Et le pire, c'est qu'il n'était pas mort, il souffrait beaucoup ,ça c'est vrai mais il n'était pas mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Mer 28 Mai - 13:59

Il s'élança pour lui venir en aide, se frayant un chemin parmi les fourrés, ignorant les nouvelles coupures que lui faisaient les branches.
Ce type devait être un prince charmant, après tout cela conviendrait parfaitement dans ce paysage de conte de fées.
Lui et Sam avaient déjà entendu des contes de fées qui avaient des origines bien plus noires que ce que les gens pensaient, mais ils n'avait jamais su à quel point ils étaient noires jusqu'à ce qu'il vit cet homme se contorsonné de douleur alors qu'il avait un arbre planté dans le sternum.
-Accrochez-vous, lui dit-il en dégageant une branche qui lui coupait le passage.

Dean se rapprochait du blessé, et il pouvait sentir l'odeur du sang sur le bois.
Puis le tronc se brisa et l'homme s'écrasa sur le sol, avec un bruit qui mit Dean mal à l'aise. Alors qu'il semblait que rien ne pouvait être pire que ce qui venait déjà d'arriver, l'homme parla.
-Mer-Merci,dit-il avec un parfait accent britannique, alors que Dean se précipitait et s'agenouillait près de lui.
-Vous me remerciez? répliqua Dean sans même réfléchir. Je viens juste de vous réduire en bouilli.
-Vous m'avez libéré, lui dit l'homme alors qu'il était à l'agonie. De la- de la malé-malédiction.
Une malédiction. Bien sûr. Ca devait être une malédiction.
-C'est mieux comme ça? lui demanda Dean.
Le mystérieux jeune homme toussa, s'affaiblissant.
-Mais- mais vous n'avez pas terminer votre mission ici. Elle attend, dans la tour. Elle à besoin de vous.
-Elle peut attendre, lui répondit Dean. Et de toute façon je ne peux pas rester, il faut que je retrouve mon frère.
Le jeune homme toussa une fois de plus, un toussotement qui lui enleva presque ses dernières forces. Quand il reprit la parole, Dean pouvait à peine l'entendre.
-La-la-la princesse.
Dean resta stupéfait.
-Elle a été emmenée ici contre sa volonté, ajouta-t-il.
-Elle a été emmenée ici par quel moyen? lui demanda Dean.
-Par la magie, Elle a dit qu'elle venait de la maison du portail.
Dean réfléchie à toute allure.
C'est peut être pour ça que le gardien du portail voulait qu'on entre dans ces mondes parallèle. Pour qu'on retrouve quelqu'un qui lui est chère.
Du sang formait des bulles au coin de la bouche de l'homme agonisant.

Sam vu Dean au loin au moment même ou il passa la porte mais quelqu'un arriva près de lui. c'était Lénore, la femelle vampire que lui et Dean avat sauvé de Gordon.
-Lénore? s'étonna Sam. Que fait-tu là?
-Je ne sais pas, j'ai été amené ici.
Tous les deux se retournèrent pour voir le paysage qui s'étendait devant eux. Il était obscurcit par un épais brouillard, froid, mais Sam repéra son frère à travers la brume. Son frère courait à sa rencontre et a travers son souffle coupé et son regard il était clair qu'il avait des problèmes.

Sam et Lénore étaient déjà en mouvement, courant sur la colline pour venir jusqu'à Dean, quand soudain Sam réalisa que Dean ne pouvait pas faire ce bruit. Et que la personne qui venait à leur rencontre n'était pas Dean.
Mais qui que soit cette personne, elle avait des problèmes et il semblait que Dean n'était pas des les parages. Du moins, il ne pouvait pas le voir dans cet épais brouillard perpétuel.
A travers une petite brèche dans la brume; il pu voir pourquoi elle courait. Elle s'enfuyait alors que deux hommes de forte corpulence avec de longs cheveux la pourchassait avec des armes anciennes dans leurs mains.
Lorsque Sam et Lénore atteignirent le bas de la pente, arrivant dans une sorte de vallée étroite, Ils eurent une meilleur vision de cette drôle d'histoire.
Les hommes ressemblaient à des hommes préhistoriques, ne portant seulement que des peaux d'animaux sur eux. L'un d'entre eux tournoya un sabre de 1m50 de longueur au dessus de sa tête, tandis que l'autre donnait des coups de sa hache de combat. La femme que Sam pouvait voir à présent, portait le même genre d'attirail.
Elle portait une cuirasse de métal, qui s'arrêtait au dessus de son ventre et d'une longue jupe faite de cuir. Elle ne portait pas de bijoux et ses cheveux volait librement au vent tandis qu'elle courait.

Mais sa course arrivait à sa fin, quand l'homme barbare qui portait le sabre, qui était aussi blond que la femme, arriva à sa hauteur. Il l'attrapa par les cheveux et tira, lui faisant perdre l'équilibre. Elle tomba à ses pieds, et l'autre type, qui avait les cheveux aussi sombre que l'ébène les rattrapa.
Ils se tirent là, tous les deux au-dessus d'elle en riant. Leur rire rappelait à Sam les types qui riaient lors de compétition sportives, comme des hommes qui passaient un bon moment ensemble. Mais les hurlement de la femme démenti cette conviction.

Sam ne réfléchi pas deux fois, mais lâcha un grognement alors qu'il rentra en collision avec les deux hommes. Il frappa le blond dans les côtes avec son épaule, et s'aida de ses pieds pour frapper le brun avec ses mains. Sam et le blond tombèrent près de la femme et s'écrasèrent sur le sol.
Elle hurla de nouveau, et se remis sur pied.
Le type brun essaya de la rattrapé mais Lénore fut plus rapide, elle lui attrapa les poignés et les tordit. Le barbare hurla de douleur.

Sam se retourna vers le blond mais l'homme s'était remis sur pieds bien plus vite que Sam ne l'aurait imaginer et balança la lame de son épée au niveau du dos de Sam. La lame trancha une parti de la chair puis l'homme donna un coup d'épée près de l'estomac de Sam. Sam grogna, tombant en avant, s'accrochant à la garde de l'épée. Sam s'étala dans la boue sur le ventre. Le barbare se tenait derrière lui. Il plaça un de ses pied sur le dos de Sam et tira son épée.

-Ca t'apprendra à ne pas te mêler des affaires des autres, lui dit le barbare. Sam compris les mots comme si ils étaient anglais, bien qu'ils ne l'étaient pas.
Il attendit là dans la boue, en ressentant une douleur atroce. Aussitôt que l'épée fut retirée, il se sentit tout de suite mieux, mais en attendant Sam était affaiblit.
-Donc, lui dit l'homme, où en étions-nous?
-Mon bras, marmonna le brun, cette fille m'a cassé le bras.
Lénore était mal au point, elle avait des blessures partout. Même si ses blessures n'étaient pas grave, elle était complètement dépassée.
-Silence, lui dit le blond, nous avons des choses à régler avec l'autre femme.
-Non, s'il vous plait, les supplia la femme que Sam et Lénore avaient essayé de sauver. Je vous en supplies...
-Il est trop tard pour supplier, ma jolie. C'est ta tête qu'ils veulent dans le grand hall maintenant.
Le jeune fille éclat en sanglots, et Sam su qu'il devait faire quelque chose.

Ignorant la douleur, il se remit sur ses pieds, et s'élança dans les airs. Et alors qu'il était à quelques mètres du sol, il cogna derrière la tête du blond. Son pied fit un drôle d'impact et il fut satisfait de voir le type s'étaler de tout son long. Le brun souleva sa hache de combat et essaya de frapper Sam avec mais il toucha le sol. Sam en profita pour la frapper à la gorge. L'homme fit un drôle de bruit et s'étala par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Lun 2 Juin - 16:41

Sam était sur pieds,la douleur l'écrasant complètement,mais il parvint à resté debout. La jeune fille continua de hurler, mais il pu voir à travers ses paupières mi - close qu'elle essayait de se contrôle, et ses hurlement se changeaient en sanglots. Des larmes coulaient le long de ses joues.
Sam inspira et ressentit une autre décharge de douleur dans le dos.
Lénore était mal au point aussi. Elle saignait beaucoup. Elle se retourna ver le soleil et...
...Le soleil, pensa-t-elle.

Lénore se trouvait dehors, dans une vallée. Ici, le brouillard était légé, et il n'y avait rien d'autre que le ciel entre elle et le soleil brulant. Cela lui prit un quart de seconde pour réaliser ce qui n'allait pas, et lorsqu'elle en prit conscience, elle se rendit compte que c'était la chose la plus étrange qui lui soit jamais arrivée.

Le soleil est bleu, pensa-t-elle.
Pas jaune, ni blanc. D'un bleu qui ressemblait au bleu d'une piscine de Bel Air. Flottant dans un ciel d'un vert couleur émeraude., réveillant une terre rouge sous ses rayons.

Et je ne me désintègre même pas.
C'était un sentiment remarquable, une sorte de libération.
Quel que soit cet endroit, c'était un endroit où elle pouvait marcher librement pendant la journée. Ce qui, pour elle, n'était pas arrivé depuis très très longtemps.
Ce sentiment de chaleur était incroyable. Exquis.
Mais cela souleva une question des plus troublante.

Je suis en sécurité sous leur soleil, mais qu'en est-il de leur lune?

Lénore était toujours dans ses pensées quand Sam fit fuir les deux barbares. Il se retourna vers elle et fronça les sourcils, se demandant bien ce à quoi elle pouvait penser dans un moment pareil.
Puis il se souvint de la jeune fille et la chercha du regard. Elle était là, acccroupit,recroquevillé sur elle même. quand il se pencha vers elle pour lui demander si elle allait bien, elle se mit à hurler et à courir dans la direction opposé. Elle passa la colline et Sam la perdit de vue.
-De rien, hurla-t-il derrière elle.

Sam se rapprocha de Lénore, elle sursauta.
-Quelque chose ne va pas? lui demanda Sam.
-Non, non c'est juste que..
-Que le soleil,le ciel,la être ne sont pas de la bonne couleur?
-Oui...
-Et que tu ne t'es pas transformé en poussière? Ca c'est ce que je trouve le plus bizarre.
Lénore le regarda bizarrement. Sam réalisa qu'il avait gaffé.
-Non que je veuille que tu te transforme en poussière, balbutia-t-il. C'est juste que..
-Je vois ce que tu veux dire.
Elle lui sourit et il lui sourit en retour.

Soudain, Sam entendit son nom.
Il se retourna.
-Dean?
-Hey, mon vieux si tu savais comme je suis content de te voir, lui dit Dean arrivant à leur hauteur tout essoufflé.
Puis il réalisa que Sam n'était pas tout seul.
-Lénore? Que fait-tu ici?
Elle n'eut pas le temps de répondre.
-Peut importe. C'est dément ici.
-Ne m'en parle pas, répliqua Sam, sarcastique. On vient juste de se battre contre des barbares.
-Des barbares? C'est pas pire que moi.

Il commença à parler très rapidement. tellement vite que Sam ne comprenait rien du tout.
-Attends, ralentis, lui demanda son frère.Je comprends rien à ce que tu me racontes.
Dean repris son récit, plus lentement.
-Un dragon? pouffa Sam. Tu t'es battu avec un dragon?
-Te moques pas de moi, mec, c'est la vérité! J'ai bien failli finir en snack pour dragon. Mais c'est pas ça le plus fou.
-Ah non? riait Sam.
-Non, figure-toi qu'il s'est transformé en homme après s'être empalé sur un tronc d'arbre.
-Tu es sur que tu vas bien? lui demanda Sam, alarmé.
-Bien sur que je vais bien, explosa Dean.
Lénore ne disait rien. Elle les regardait en silence.
-Mais c'est pas ça le plus grave. il m'a dit que la princesse est prisonnière de ce château, là-bas, lui dit Dean en désignant ce somptueux palace.
Sam et Lénore furent bouche bée par sa splendeur.
-Et tu ne devineras jamais qui elle est.... La fille de notre chère gardien du portail. Et on doit la libérer.

-Il nous faut un plan, répliqua Sam.
Il se retourna vers Dean qui regardait tout autour de lui comme si il cherchait quelque chose.
-Qu'est - ce que tu fais? lui demanda Sam les sourcils froncés.
-Rien, répondit vite fait Dean. Trop vite.
Sam le fixa.
-Ok, répondit Dean en levant les yeux au ciel. Je cherchait la porte par où on est entré.
-Pourquoi tu t'en soucis maintenant? On est pas près de sorti d'ici, Dean.
-Oh c'est bon commence pas.
-Que je ne commence pas quoi?
Lénore les regardait une fois de plus sans rien dire.
-Faut toujours que tu l'a ramène, lui dit Dean.
-Excuse moi, mais c'est pas moi qui met la charrue avant les bœufs, lui répondit brutalement Sam.
-Hey, pourquoi quand quelque chose va pas, tu t'en prend à moi? C'est pas ma faute si on est ici!, répliqua Dean sur le même ton.
-Pas ta faute? Je te signale que c'est toi qui à voulu qu'on traque le chevaucheur. Mais je voulais qu'on parte à la recherche de la reine du petit peuple. Mais non, faut toujours qu'on fasse ce que tu veux, et voici dans quelle galère on est! cracha Sam.
-Moi,moi,je veux,je veux. Tu t'entends quand tu parles? lui demanda Dean. On dirait un enfant pourri- gâté!
-Quoi?!

Même si Sam et Dean s'aimaient tendrement et qu'ils comptaient l'un sur l'autre, les rencoeurs de ces derniers jours refaisaient surface comme un volcan en éruption. Sam en voulait à Dean de faire toujours comme bon lui semblait sans en parler à Sam d'abord. Et Dean en avait assez que son frère se prenne pour le génie de la famille et qu'il voulait prendre les décisions lui- même.

-Hey,inverse pas les rôles, d'accord? lui répliqua Sam.
-Non mais c'est l'hôpital qui se fou de la charité!
-Ok, leur dit Lénore en levant les mains pour les calmer.
Ils la regardèrent.
-Vous réglerez vos problèmes fraternel en vous étripant plus tard. Pour l'instant on a une mission.

Ils tournèrent tous les trois le regard vers le château.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ackleslady
Plume
Plume
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 33
Date d'inscription : 20/02/2008

MessageSujet: Re: La journée la plus longue   Jeu 5 Juin - 11:45

-Bon alors, dit Dean. On s'approche du château, on frappe à la porte on leur demande...
-Tu es cinglé! lui dit Sam. On va pas entré là-bas comme ça alors qu'on ne sait pas se qui nous attend.
-Tu as un idée, le génie?
Sam le fusilla du regard, mais il répondit que non.
-Donc je disait, on y va, on frappe à la porte, on leur demande où est la princesse et si ils nous font des histoires on les envois à l'hôpital.
-Non mais ça va pas! lui cria Sam.
-Vas-y cris plus fort je pense qu'il y a deux ou trois personnes sur cent kilomètres qui ne t'ont pas entendu.
Lénore soupira de frustration. Ce que les hommes pouvaient être pénible parfois. Vivants ou morts.
-Ok, la guerre de la testostérone s'arrête ici. Moi j'ai un plan. On s'approche du château sans être repéré. On vois ce qui se passe à l'intérieur pour nous faire une idée. Si ces gens paraissent sympathique, on leur demandera où elle est. Sinon et bien on cherchera à savoir où elle est enfermé.

Dean approuva.
-C'est un bon plan.
-Pourquoi vous voulez savoir si ils sont sympas? On s'est fait attaqué par deux barbares je te rappelle, Lénore. Quand à toi Dean, l'homme - dragon t'as clairement dit qu'elle était retenue ici contre son grès. De quelle autre preuve vous avez besoin? Ils sont mauvais. Mieux vaut se méfier de tout. Et spécialement de la nature, finit par dire Sam en regardant tout autour.

Ils s'approchèrent à pas de loup.Plus ils s'avancèrent et plus ils remarquèrent que l'herbe étaient bizarre. Elle était de couleur rosée, sentait l'eau de cologne bon marché et avec la texture du velours, mais elle était assez grande pour les couvrir.
-Ca ça dépasse toutes les bizarreries que j'ai pu voir, chuchota Dean.
-Ouais, lui répondit Sam avant d'éternuer.
-Tais-toi, on va nous entendre.
-J'y peux rien, j'ai jamais supporté l'eau de cologne.
-Ouais, lui dit Dean avec un sourire sur les lèvres. Je m'en rappelle bien.
-De toute façon même si j'éternue ici qu'est ce que tu veux qu'ils nous entendent. On est encore loin.
-Je sais mais ils ont peut être une super ouïe, par ici. Après tout ça changera rien à toutes ces choses qui nous est arrivé dans ce monde.
Dean frissonna.
-Je déteste les mondes parallèles.
-Moi aussi, répondit Sam.
-Ba tu vois, on est d'accord sur un point.

Lénore restait concentré sur leur objectif en faisant abstraction de ce que les garçons disaient.
Il fallait qu'ils restent concentré tous les trois. Malheureusement, les frères Winchsters lui semblaient pire que des filles quand il était question de papoter.
Ou peu être que ça leur donne du courage, pensa-t-elle. Ils se soutiennent mutuellement. Et il ne connaissent pas d'autres façon de le faire.
Mais elle il n'était pas question qu'elle le fasse. Elle se déconcentrait très vite quand ça arrivait.
Elle se demandait qu'elle genre de chose se cachait derrières les portes et les murs de ce château. Quel autre maléfice allait s'abbatre sur eux.
Elle qui était vampire, le soleil ne lui faisait rien. Mais elle avait peur de la lune sans qu'elle en connaisse la raison.
Et la nuit allait bientôt tomber.

Ils continuèrent de s'approcher, essayant de ne faire aucun bruit. Ce qu'ils réussirent à faire. Mais au moment d'arriver près d'un des murs du château, la porte s'ouvrit et ils se retrouvèrent devant huit barbares.
-Comme je le disait, dit Dean. Ils doivent avoir une ouïe super développée.

Les barbares les attaquèrent. Ils ripostèrent tous les trois. Mais même si Lénore était une vampire et que Sam et Dean étaient entrainé à combattre les démons, ils ne purent pas résister très longtemps. Après tout, les barbares étaient armés et Sam et Dean étaient arrivé dans ce monde sans rien.


Ils furent emmené au roi du royaume. C'était un homme difforme(si on pouvait appeler ça un homme). Sa peau était de couleur pourpre, il avaient des oreilles très grande et un nez crochu. Ses bras était aussi long que son corps et reposaient sur le sol. Ses jambes étaient minuscule.
-Oh mon dieu! s'écria Dean, écœuré.
Sam l'était aussi mais il ne dit rien.
-Ah! répondit le roi. Enfin un intrus qui me considèrent comme son dieu. C'est plaisant.
-Non, je voulais pas dire ça. C'est une façon pour les humain de dire que c'est dégoutant.
-Dean, le prévint doucement Sam.
-Vous me trouver dégoutant? demanda le roi.
-J'ai jamais vu quelqu'un de plus répugnant, lui dit Dean.
-Dean, ça suffit, lui ordonna Sam.
-Quoi? lui demanda ce dernier. Faut bien dire ce qui est vrai.
-Emmenez-les dans le donjon et enfermez -les! Hurla le roi.
-Bravo,mec. bel tactique, lui dit Sam alors que les barbares les conduisirent sans ménagement vers le donjon.

Ils furent jeté dans une cellule.
Lénore était agacé.Son plan n'avait pas fonctionné comme elle l'aurait voulu mais que pouvait-elle faire?
Sam s'assit par terre. Les bras autour des jambe,le dos contre le mur de pierre glacé et la tête baissé.
-Tu abandonnes? lui demanda Dean qui était resté debout.
-Je n'abandonne pas du tout, lui répondit Sam. Je me demande seulement comment on va faire pour sortir d'ici, si on y arrive nous défendre contres des hulks armés alors qu'on ne l'ai pas, délivré la fille du gardien du portail, sorti de ce château et surtout,comment on va faire pour retrouvé cette foutu porte!
Dean resta silencieux quelques instant, puis finit par dire.
-Trop de questions pour moi. Je préfère y aller petit à petit et résoudre les problèmes un par un.
-Notre premier problème on ne peut déjà pas le résoudre, Dean. Comment veux-tu qu'on résoude les autre?
-Oh ne t'inquiète pas. On va sortir d'ici.
-Tu as une idée, lui demanda Sam plein d'espoir.
-Exact, répondit ce dernier.

Lénore ne les écoutait toujours pas. La nuit commençait à tomber et elle ne se sentait pas très bien. Elle se sentait différente. Elle sentait qu'elle devenait quelqu'un d'autre. Elle serra les dents et s'accroupit sur le sol.

-Et c'est quoi ton plan, demanda Sam à Dean.
Les garçons n'avaient pas remarqué l'attitude de Lénore.
-On crochète cette serrure,lui répondit seulement Dean.
-Comment veux-tu crocheté une serrure sans outil, Dean? lui demanda Sam.
-Règle numéro 9.
-Hein?
Sam ne comprenait pas du tout ce que Dean voulait dire.
-La règle numéro 9, mec. Ne jamais sortir sans un couteau, aussi petit soit-il.
-Où vas-tu chercher ces trucs?
-C'est l'agent Gibbs dans NCIS qui le dit, et il a raison.

Sam leva les yeux au ciel.
-Tu veux bien arrêté avec tes séries?
-En tout cas ça sert. Me dit pas que tu ne soit pas heureux que j'ai ce canif?
-Oh,je le suis. Mais voyons d'abord si on arrive à crocheter la serrure avant de remercier qui que ce soit.

Cela prit en tout quinze minutes pour que Dean puisse ouvrir la porte.
-Ah, qu'est ce que je te disait, Sam!
-Ok, je l'admet, cette fois-ci c'était un bon conseil.
-Cette fois-ci? Mais attends c'est moi qui à toujours le plus d'idées.
-Ouais, et les trois quart du temps, ça nous fou dans le pétrin.
-Non mais...
Il s'arrêta en entendant un grognement. C'était Lénore. Elle s'était transformée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La journée la plus longue   

Revenir en haut Aller en bas
 
La journée la plus longue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La journée la plus longue(supernatural)
» pose longue sur le lx5
» Journée magique à Disneyland Paris le 14 juillet
» Journée exceptionnelle en région Chartraine
» Journée Mondiale de la poste 09/10/10

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manuscrits : l'Univers Fan-Fictions :: Films ou Séries-
Sauter vers: