AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le mythe de Siannodel de Misel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lionheart
Apprenti(e) Plume
Apprenti(e) Plume


Nombre de messages : 50
Age : 23
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Le mythe de Siannodel de Misel   Mar 17 Juin - 21:02

Résumé: La guerre éclate dans l'Univers magique de Séodal, des troupes en noir investissent le village de Misel, la jeune Mirhor et le petit Farhor sont capturé. Les années se succèdent, ils quittent enfin les rangs de l'armée pour s'instaurer dans la ville d'Akasha. Un jour, ils sont enlevés par une mysterieuse organistation qu'a fréquenté leur pere...


Lemythe de Siannodel de Misel.


Partie I: « Misel, village fantôme. »


Vingt-huitième jour du mois des glaces infernales, la pluie dégouline sur le rebord des routes, dévale les pentes des toits, s'imbibe dans les chaumières désertées durant ces cinq années de crue qui inondent le village de Misel. Par terre, gît un petit garçon, couvert de contusions et de coupures. Au loin s'enfuient quelques malheureux voleurs qui viennent de lui voler le peu de provisions qu'il était allé chercher dans le bois. Il se relève, les genoux sanglants, la peau des mains abimée.. Il s'essuie les mollets recouverts de boue et sèche ses larmes de ses mains trempées... Il s'avance doucement et rentre dans une chaumière abandonnée...

Quelques maisons plus loin, un jeune femme et sa fille grignotent quelques morceaux de pain d'orge humides, sans un mot, la tristesse règne. Le silence machiavélique rompu par les larmes de la petite fille et sa maman qui cherchent une lueur d'espoir dans leur maison. Au moins, ils sont à l'abri de voleurs et brigands affamés à la recherche de nourriture et de femmes...

Soudain, un bruit retentit dans le patelin, des hommes vêtus d'énormes armures noires arrivent, certains à pied, d'autres à cheval, semblant plus gradés et regardant les quelques gens passer avec dégout et maudissant leur supérieur de les avoir chargé de cette mission... Sans prendre la peine de descendre du cheval,l'un d'eux clame hautement:

-Au nom de l'armée qui dirige le Comté, je demanderai à tous les indigènes du village de Misel de sortir et de venir plaider leur cause pour être rescapé! Le blocus autour de la campagne du comté de Parse est, et ce jusqu'à nouvel ordre, toujours en vigueur.

Une petite dizaine d'hommes maigres et pâles, à la limite de l'hypothermie sortent, « armés » de bouts de bois pour la plupart, et quelque fois de glaives rouillés retrouvé en forêt ou de morceau de métal. L'un d'eux a même déniché une masse d'armes dont la quasi-totalité des pics sont cassé, rouillés voire absents... Flairant évidemment la rébellion et pressé de montrer sa joie d'être ici, l'homme sur le cheval noir fait un signe de main et une quinzaine d'hommes sortent arcs et flèches et éliminent la « menace » qui ce présentait face à eux... Aucun ne cille, certains même sourient voyant la scène...

Un nouveau signe de main et toute l'infanterie fouille le village. Ouvrant une chaumière, l'un des gardes se trouva nez à nez avec la mère et son enfant. Quelques cris suffisent à rameuter trois soldats supplémentaires qui enchainent la jeune fille et prennent la femme par les vêtements, ils retourne ensuite voir l'homme au cheval... Plus loin, un garde rejoint le reste avec le petit garçon aux genoux abîmes et le dépose devant les sabots du cheval...

L'homme, assit sur sa monture, regarde la scène avec un plaisir sadique:

-Les deux enfants viennent avec moi, la femme, quant à elle, n'est pas digne d'être sauvée, faites en ce que vous voulez et tuez-la ensuite... Je ne veux pas de rebelles dans ce minable village de Misel...

Et c'est ainsi que les deux innocents enfants sont déposés dans une charrette qui était posée plus loin. Le véhicule part. Dedans, l'un des enfants pleurniche dans un coin et l'autre regarde sa mère s'éloigner de lui et se faire déshabiller par un garde, elle riposte, la petite fille entend un large cri. Elle voit sa maman cesser de bouger. Les gardes se replient, regardent un vieux panneau et suivent la direction du prochain village: Misael, le village suspendu.

Partie II: « Le voyage. »

Les jours deviennent des mois, les mois des années. Les pluies redoublent de puissance, les gardes avancent durement sous des torrents d'eau. La charrette s'enlise, les hommes la remontent... Puis enfin arrive la saison de la floraison... Le désespoir quitte les cœurs... Les relèves se succèdent. Un nouveau régiment vient justement d'être affecté à la garde du chariot. Silence! Écoutez donc la voix de nos deux jeunes enfants alors que le garde les aborde:

-Votre village vous manque? Je n'ai pas vu ma famille depuis trois ans déjà et j'attends impatiemment la fin de cette guerre qui perdure...
La jeune fille embraye rapidement:
-Notre village est très replié, nous n'étions pas au courant des phénomènes extérieurs, nous vivons en autarcie et sommes coupés du monde extérieur, lors de votre arrivée à Misel, en saison froide, vous nous avez pris au dépourvu étant donné qu'à cette période de l'année, les villageois vont dans leur campement suspendu en forêt...
Le petit garçon, qui rêvassait à l'autre bout de la charrette, entend le garde et réagit immédiatement:
-Cela va faire cinq ans que nous voyageons vers je ne sais quelle contrée, nous avons connu, au minimum, sept régiments de votre armée, pas un seul n'a osé nous adresser la parole...
-J'en suis conscient, et je me suis dit qu'un peu de compagnie vous apporterait un peu de réconfort. Je vous ai également abordé car quelque chose m'intrigue depuis que je suis ici... Pourquoi avez-vous les oreilles pointues? Vous n'avez pas la caractéristique des Elfes des forêt pourtant, vos oreilles marquent vos origines sylvestres...
-Nous... Nous sommes des Semi-Elfes, répondit la jeune fille après réflexion et hésitation...
Le cocher de la charrette apostrophe le garde qui s'excuse auprès de nos jeunes adolescents. Quelques minutes s'écoulent et le soldat revient:
-Le voyage est fini pour vous deux, nous arrivons en ville, on va vous y déposer et vous pourrez commencer votre vie loin de votre village qui doit désormais se trouver sous quelques centaines de mètres cubes d'eau...























Partie III: « Le comté de Marnn et la cité marchande d'Akasha... »

Chapitre 1: « Farhor? Tu es Farhor? »
Les deux adolescents descendent du chariot et se retrouvent face aux porte d'une ville fortifiée, l'ancienne forteresse du seigneur local et sa merveilleuse citadelle a été transformée en cité marchande. Sur la porte Sud se trouve l'inscription « Akasha, Forteresse Centrale du Comté de Marnn ». Les guerriers leur avait laissé une somme considérable d'argent, comme s'ils avaient voulu faire en sorte qu'ils puissent s'imposer dans cette société. Le jeune homme fasciné par la fille qui l'accompagne se pose plein de questions qu'il n'aurait pas osé poser lors du voyage. Enfin arrivés dans un endroit où -apparemment- personne ne les surveille, il hésite puis lance:
-Au fait, pourrais-je connaître ton nom? Moi je m'appelle...
Il n'a pas le temps de répondre que la jeune fille lui renvoie:
-Farhor? Tu es Farhor?
Le garçon, rougissant bredouille, ébahi:
-Tu... Comment as-tu deviné??
Pas surprise de sa réaction, elle embraye:
-Idiot! Ton nom est marqué sur le médaillon que tu as autour du cou...
Gêné et embêté que sa compagne ait trouvé aussi vite, il croise les bras et boude. Puis il se rappelle qu'elle-même n'a pas répondu à sa question! Il la reprend et elle finit par dire:
-Je trouve cela étrange... Est-ce le hasard? Je m'appelle Mirhor...
C'est vrai que « Rhor » signifie lien dans le langage de Misel, mais ça ne peut être qu'une coïncidence!
Les deux enfants réfléchissent. Elle pense qu'ils était fait pour se rencontrer alors que lui imagine l'horreur que ce serait s'il avait eu une sœur telle qu'elle...

Soudainement, le ventre du jeune homme se met à gargouiller... Évidemment, Mirhor en profite pour se moquer de lui quand le sien se met lui aussi à exprimer farouchement sa faim...Après mûre réflexion, ils décident d'entrer dans une taverne qu'ils quittent tout de suite en voyant une table passer à travers la fenêtre... Il entrent dans une auberge et voient un piano encastré dans le comptoir. Ils rebroussent chemin... Ils arrivent finalement dans une petite bâtisse de bois, regardent par la fenêtre pour trouver le piège mais ne voient ni table ni vitre ni piano cassé. Le seul piano qu'il y ait se trouve dans un coin avec un monsieur qui joue tranquillement, mais surtout très mal. Le jeune homme ouvre la porte à Mirhor qui rentre la première pour demander s'il était possible d'avoir une chambre pour la nuit et un couvert pour le soir et possiblement le lendemain matin.

-« Rien de disponible! A part sous les toits, c'est à moitié prix. Mais ce n'est pas divin », voilà ce qu'il m'a répondu, annonce Mirhor à Farhor qui tinte comme un tiroir-caisse à l'idée de payer tarif réduit.
Voyant qu'il avait besoin de reprendre connaissance, elle envoie deux grosse claques sur Farhor et l'attrape par les oreilles. Il pousse un cri de douleur si fort et aigu qu'il aurait fallu vérifier son sexe pour s'assurer que ça ne soit pas une fille qui ait crié ainsi. En tout cas, il est réveillé, douloureux réveil, mais réveillé.

Ils entrent finalement dans l'auberge et montent dans la chambre... L'aubergiste leur explique que tout dégât sera facturé et que s'ils ont froid, la maison ne fournit pas de couvertures supplémentaires...

Ils vont manger et remonte se coucher tranquillement. La nuit se passe sans encombres et ils se réveillent vers la sixième heure de la matinée. Il descendent doucement, et, au grand désespoir de Farhor, Mirhor paye l'aubergiste. Elle s'en va, trainant le jeune homme par les pieds alors qu'il s'est encore évanoui.
Chapitre 2: « La clairière. »
Il est dix heures, la ville a commencé son activité, les marchands affluent, les voleurs aussi. Mirhor et Farhor avancent lentement dans la ville et préparent leur sac (celui que Farhor va gentiment porter, par galanterie.). Vers la première heure de l'après-midi, Les deux jeunes adolescents sortent par la porte Est pour prendre connaissance des lieux.

Après quelques heures de marche, ils arrivent au beau milieu d'une clairière... Ils décident de se reposer pour pouvoir continuer tranquillement la promenade ultérieurement... Seulement, ce n'est pas à la vue et au su de tous les brigands, soldats et bêtes féroces qu'ils réussiront à dormir paisiblement... En effet, c'est durant cette journée que nos deux compères se font capturer par d'étranges guerriers vêtus de grands manteau blanc avec une crois rouge dans le dos, et deux petites de chaque coté de la veste, au niveau de la poitrine... L'un d'eux portait une écharpe aussi immaculée que sa tenue et chevauchait un dragon blanc...


Dernière édition par lionheart le Mar 17 Juin - 22:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lionheart
Apprenti(e) Plume
Apprenti(e) Plume


Nombre de messages : 50
Age : 23
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Le mythe de Siannodel de Misel   Mar 17 Juin - 22:15

Chapitre 3: « Gloriam SSS »
Mirhor se réveille la première... Elle est au milieu d'une vaste salle. Sur le sol est gravée l'inscription « Gloriam SSS ». Elle se retourne et distingue des tribunes placées autour d'elle dans la pièce sombre. La jeune fille entend des voix, quelques murmures et prend peur... Quelques gouttes de sueur coulent le long de sa tempe. Elle se retourne pour vérifier l'état de Farhor et remarque qu'il est lui aussi réveillé et tout aussi apeuré que son amie. Un porte claque...

Des pas retentissent à travers toute la pièce. On actionne un interrupteur laissant entrer un faisceau de lumière qui se réfléchit dans toute la pièce et illumine les lieux par un astucieux jeu de miroir. Le jeune Farhor s'empresse de se lever pour protéger son amie quand Mirhor s'aperçoit qu'ils font face à une foule de deux cents personnes à allure pacifiste, grattant sur des parchemins pour les uns, buvant quelques verres d'eau dans des timbales d'argent pour les autres. Farhor remarque immédiatement que tous ces hommes sont vêtus d'une cape rouge et siègent sur des chaises curules, rappelant les amphithéâtre romains antiques. Mirhor, quant à elle, profite des miroirs pour étudier la forme et la taille de la salle : elle est en forme d'hémicycle et ressemble fortement à un Sénat. Nos deux compagnons se retournent et se retrouvent au bas d'une tribune à trois niveaux. Au premier étage se trouve une dizaine d'homme vêtus de noir, ils bavardent entre eux... Au cran supérieur se trouvent cinq places... Deux personnes semblent manquer à l'appel... Les trois autres personnes semblent plus solennelles que les dix premières... Ceux-ci sont paré d'une longue cape blanche. Farhor croit reconnaître l'homme au dragon... Et enfin, dominant la foule de magistrats, un homme, posé sur un trône de marbre, est caché dans l'ombre. Seule sa manche droite dépasse de la nuit. Farhor distingue un habit extrêmement bien brodé et d'une grande précision. Celui de cet homme est bleu ciel. Sa main est délicatement posée sur le trône... Sur l'accoudoir se remarque encore « Gloriam SSS ». Mirhor regarde la scène, effarée mais non sans intérêt...

Soudainement, elle aperçoit une inscription qui lui avait échappée, sur le gradin des hommes vêtus de noir se trouvait une plaquette dorée avec inscrit: « Commission d ' Enquête ». Au niveau supérieur, l'étiquette comportait « Haut-Directoire ». Nos deux amis s'en doutait déjà, mais l'homme au trône était le « SSS ». Le tout formant un « haut commandement » de ce sénat.

Un membre du haut directoire se lève et prend la parole:
-Moi, Amaryl de Mibael, le village aquatique, déclare la séance « Rhor » ouverte!
Il se rassit calmement pendant que Mirhor et Farhor se demandent pourquoi son nom ressemble étrangement à celui de Misel. Ils comprennent en revanche qu'ils sont, soit une monnaie d'échange, soit condamnés pour méfaits inconnu, mais qu'ils sont au centre de « La séance Rhor », comme l'a déclaré le magistrat. L'un des membres de la commission d'enquête intervient à son tour:
-Mirhor et Farhor, du village de Misel, de la campagne de Parse, vous, les derniers descendants des semi-elfes sylvestres, serez placés sous haute protection juridique du Sénat Secret de la Guilde et ce, jusqu'à nouvel ordre! La séance est levée!
On peut désormais mettre un nom à cette organisation mystérieuse. Cependant, qu'est ce que la Guilde? Et pourquoi s'entêteraient-ils à protéger les espèces rares? Les réponses à ces questions siègent dans les pensées du « SSS ».

Chapitre 4: « Siannodel de Misel. »

La salle semi-circulaire se vide rapidement. Seul restent les membres du haut-directoire et le « SSS ». Ce dernier se lève mais veille à bien rester dans l'ombre. Il déclare:
-Farhor et Mirhor de Misel, fils et fille de Siannodel de Misel, voici les deux reliques laissées par votre père avant son départ à la guerre en vos noms et celui de la Guilde.

Deux portes s'ouvrent sur les gradins, l'une porte l'inscription « A Farhor » et l'autre « Pour Mirhor ». Les deux sont signées Siannodel.

Mirhor s'avance et tombe face à un énorme coffre scellé. A peine l'a-t-elle effleuré qu'un mécanisme s'enclenche et la boite s'ouvre. Elle y prend une cape blanche et émet directement le rapport avec les deux places vides... Elle regarde au fond du coffre et remarque un carquois et un arc. Sur le carquois se porte inscrit: « A Mirhor, ce carquois magique ne s'épuisera jamais... »

Farhor quant à lui est plus embarrassé, de son coté se trouvaient trois armoires, les deux premières contenaient respectivement une cape blanche et un fourreau mais la troisième contient cinq épées et une énigme: « Surmonte la tentation pour obtenir le pouvoir ». En effet, les épées sont rangées, de bas en haut, de la plus vétuste à la plus brillante et luxueuse. Alors qu'il s'apprête, et ce, sans hésitation à prendre l'épée la mieux garnie, il dévie sa main pour prendre la plus abîmée... Dés lors qu'il l'a en main, sa lame prend la couleur de l'or, la dégaine s'agrandit et le fourreau scintille. Il s'empresse de ressortir et aperçoit Mirhor à la sortie. A peine a-t-il quitté la pièce que le mur se referme. Le « SSS » prend la parole:

-Farhor de Misel, pour te permettre de protéger ta sœur Mirhor, ton père Siannodel est allé chercher au fond de la sainte forêt, au milieu du lac, l'épée de légende, Excalibur. Il t'a également donné la cape du haut directoire t'autorisant à siéger parmi nous.
Il se tourne vers Mirhor et dit:
-Mirhor de Misel, pour te permettre de protéger ton frère Farhor, ton père Siannodel est allé chercher au coeur de la citadelle des elfes de Lumvira, la cité-lumière, l'arc légendaire, l'arc de lumière: Le symbole de la symbiose entre la Guilde et Lumvira. Il t'a également donné la cape du haut directoire t'autorisant à siéger parmi nous.

Chapitre 5: « Membre du Haut-directoire! »

Le « SSS » continue:
-Vous voilà membres du Haut directoire, nous devons empêcher une guerre prochaine qui s'établit dans l'ombre. Nous manquons de chef d'armée, c'est pourquoi vous allez être chargés d'une mission dés maintenant... Vous serez bien entendu affectés sur la même ! Votre travail consistera à vous rendre en Terre ennemies pour infiltrer le plus habilement la forteresse du Comte Rangdär, seigneur despotique du comté de Séliane. Si vous réussissez, nous ne stopperons pas la guerre mais nous aurons déjà deux élites dans leur camps. Si vous échouez, la guerre sera déclarée immédiatement dans ce comté et vous perdrez l'effet de surprise mais la faction qui aurait servi à attaquer sera utilisée pour votre défensive. Acceptez vous la mission?
Les deux jeunes adolescents font un signe de tête pour montrer leur accord.


Chapitre 6: « Nous devons retrouver Siannodel! »
Sortant de la pièce circulaire, nos deux compagnons emprunte un long et large couloirs qui les mènera à la sortie: Ils n'avaient pas quitté Akasha, ils sont au cœur même de la citadelle! Mirhor lance à Farhor:
-Notre père, Siannodel de Misel, nous a confié ces reliques pour que nous puissions nous protéger mutuellement... Nous devons le retrouver! Nous devons retrouver Siannodel!
A cet instant passe le « SSS » qui les entend...
-Si seulement ils savaient où Siannodel s'est fourré, ils abandonneraient...
Il sort un médaillon avec l'image d'un semi-elfe sylvestre, signé Siannodel de Misel:
-Tu nous manque, Siannodel, tu nous manque beaucoup... Malheureusement, l'époque qui était tienne est révolue, ta descendance prendra ton auguste relais... Adieu Siannodel...
Le « SSS » brisa regarda le médaillon partir en cendres lentement...
-Mon pouvoir ne perd pas d'efficacité...
Un sourire nostalgique aux lèvres, il s'enfonce dans la ville.

Chapitre 7: « Le messager et la maison. »
Mirhor et son compagnon marchent tranquillement dans la ville quand un homme avec une sacoche les aborde. Il déclare avoir un message pour « Le Sieur Farhor » et « La Mie Mirhor »: Le « SSS » vient de leur attribuer une maison dans la citadelle, inutile pour eux d'aller à l'auberge une fois de plus... Il annonce ensuite que tout frais sera payé par la Guilde puis demande enfin pourquoi Farhor s'est évanoui à ces mots...

Arrivés à la maison, Farhor, qui s'est enfin réveillé, trouve une enveloppe portant inscrit; « Gloriam SSS ». Il remarqua:
-J'y pensais... Quel mégalomane ce « SSS »! Apposer un cachet à sa gloire sur chaque lettre ou enveloppe qu'il envoie, cela doit lui procurer un plaisir de se sentir fort...
-Monsieur a fini de piquer sa crise de jalousie et est prêt à porter les neuf kilogrammes que contient le sac à dos?
-Neuf seulement? J'ai connu pire...
Rajouta-t-il, avec la même vanité qu'il venait de critiquer de la part du « SSS ».
-Pas assez dis-tu? Dans ce cas, tu porteras mon sac...
Contente de sa riposte, Mirhor sort de la maison sans laisser le temps à Farhor de défende son cas... Il la rejoint quelques minutes plus tard portant les deux sacs, au bord des larmes qu'il n'ose pas montrer à sa soeur.

Partie IV: « La traversée et le Comte Rangdär de Séliane. »

Chapitre 8: « La cité maritime d'Aquapol. »
La ville marchande d'Akasha se trouve à une dizaine de kilomètres de l 'océan Sélian. C'est pourquoi nos deux compères partent de leur maison pour rejoindre, en transport commun, la cité maritime de Aquapol.

C'est après une grosse demie heure de trajet que nos deux jeunes adolescents se voient contraints de quitter le fiacre pour embarquer dans une petite gondole qui les mènera sur l'île d' Aquapol. Quelques minutes suffisent à rejoindre la cité. Au delà d'un archipel normal, cette citadelle flotte d'elle même sur les eaux et contient une entrée sous le seuil de la mer pour permettre aux peuples aquatiques de rejoindre une métropole. Autre centre de rencontre de voleurs en tout genre et de grandes société. Rangdär le despote n'est pas maitre que de son comté: Comme à Akasha, on trouve à Aquapol des grandes firmes appartenant, et ce, directement ou indirectement à la « F.I.C.R.S » : « Firme Intercontinentale du Comte Rangdär de Séliane ». Mirhor remarque et murmure à Farhor:
-Nous tenons notre homme, nous embarquerons dans un des navires à destination du Comté de Séliane, et ce, dans l'après-midi même...
Farhor tombe à la renverse et son amie se remet à le trainer par les jambes:
-Quelle plaie...

Vers la troisième heure de la journée, l'heure supposée pour le départ du navire à destination de la cité de Rangys, Mirhor et Farhor achètent au grand désespoir du garçon, deux places pour l'unique cité portuaire et touristique de Comté de Séliane.

Malgré le prix exorbitant des billets de bateau: 150 Nouveaux Drachmes, notre héroïne passe un agréable moment en compagnie de Farhor, qui s'est encore évanoui lorsqu'il a vu les pièces quitter la main de sa sœur....

Chapitre 9: « F.I.C.R.S »
[En cours]
Lionheart Prod.
LIONHEART PROD. ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le mythe de Siannodel de Misel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mythe de la Daytona
» [résolu]Mythe et legende
» Mythe du VRAI Vampire.
» Titanic, mythe et réalité
» [ Jon Izzard ] Loups-Garous ( du mythe à la fascination )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manuscrits : l'Univers Fan-Fictions :: Créations personnelles (inventions)-
Sauter vers: